Elon Musk fait part de ses prévisions les plus folles concernant ses voitures autonomes
Et Tesla met fin à sa dépendance vis-à-vis de NVIDIA

Le , par Christian Olivier

44PARTAGES

9  0 
Tesla a donné le coup d’envoi de sa journée consacrée à l’autonomie ce lundi à son siège de Palo Alto, en Californie. À l’occasion de cet évènement baptisé Tesla Autonomy Day, Elon Musk, Andrej Karpathy et Pete Bannon respectivement PDG, responsable de la division Intelligence Artificielle et Autopilot Vision et responsable de division d’ingénierie matérielle de Tesla ont présenté les dernières nouveautés de la technologie Tesla en matière de conduite autonome et leurs prévisions concernant l’évolution du marché.


Ils ont confirmé que « ;Tesla en en train de réaliser des progrès significatifs dans le développement de son logiciel et de son matériel ;», y compris son ordinateur FSD (Full Self Driving), dédiés à la conduite autonome qui devraient permettre une conduite entièrement autonome grâce à de futures mises à jour logicielles. Musk a assuré que « ;la probabilité que cet ordinateur tombe en panne est nettement inférieure à celle d’une personne perdant conscience ;». Pete Bannon a pour sa part déclaré que cet ordinateur de bord est en mesure de déterminer si le code qu’il utilise est authentique a été certifié par Tesla.

L’entreprise d’Elon Musk a une fois de plus pris ses distances vis-à-vis de la technologie radar LIDAR (détection et télémétrie optique) utilisée par le reste de l’industrie pour l’alimenter le logiciel dédié à la conduite autonome. C’est à ce logiciel d’intelligence artificielle qu’il incombe de surveiller tout le flot de données entrant dans les voitures, puis de prendre des décisions de conduite en fonction de ces informations. D’après Elon Musk, « ;toute personne qui utilise le LIDAR est condamnée ;», car ce système fait appel à des capteurs coûteux qui ne sont pas vraiment nécessaires.

Tesla a révélé l’année dernière qu’il comptait abandonner les puces d’IA de NVIDIA et développer ses propres puces d’IA cette année pour ses véhicules autonomes. L’entreprise souhaitait ainsi réduire sa dépendance vis-à-vis de fournisseurs tiers comme NVIDIA pour des composants critiques. La firme de Palo Alto s’est donnée pour objectif de livrer ses premiers véhicules entièrement autonomes (niveau 5 d’après le classement de l’Organisation Internationale des Constructeurs Automobiles) en 2019 et proposait jusqu’à lors des véhicules semi-autonomes (de niveau 2 ou 3 d’après le classement de l’OICA) exploitant sa technologie Autopilot.

Pour parvenir à ses fins, Tesla n’avait pas hésité à s’offrir les services du vétéran d’AMD Jim Keller, le père de l’architecture Zen débauché plus tard par Intel, et d’autres spécialistes de la conception de GPU débauchés chez AMD (Ganesh Venkataramanan, Bill McGee ou encore Dan Baley). La firme de Palo Alto a par la suite confirmé qu’elle avait réussi à mettre au point une puce d’IA viable, baptisée Hardware 3, pour ses voitures électriques autonomes. Cette puce devait être la pièce maitresse au cœur d’un nouvel ordinateur de bord qui marquerait l’ère de la conduite entièrement autonome des véhicules de la marque.

L’entreprise a révélé au début du mois que ce nouvel ordinateur de bord était en production et qu’il ferait bientôt ses preuves. Au cours de cette journée consacrée à l’autonomie les responsables de Tesla ont assuré que leur nouvelle puce a été intégrée et testée avec succès dans les véhicules de la marque - sur les modèles S et X depuis mars notamment. Elon Musk a par ailleurs confirmé que tous les véhicules Tesla qui sont produits à l’heure actuelle sont équipés de sa nouvelle puce d’IA maison dédiée à la conduite autonome complète et que des travaux ont déjà été amorcés pour développer une puce nouvelle génération qui pourrait faire son apparition d’ici deux ans. Cette dernière pourrait être jusqu’à trois fois plus performante que le Hardware 3.


Au cours de cet évènement, Tesla a également présenté une diapositive qui comparait la puissance de calcul de sa nouvelle puce maison dédiée à l’intelligence artificielle (IA) qui équipe son ordinateur FSD à celle de la puce Drive Xavier de NVIDIA. Cette diapositive indiquait que la nouvelle puce de la firme avait une puissance de traitement de 144 TOPS, contre 21 TOPS pour la puce Drive Xavier. Les accélérateurs de réseaux neuronaux de cette nouvelle puce seraient capables de traiter jusqu’à 2100 images par seconde en flux entrant provenant de huit caméras en fonctionnement continu, a précisé Pete Bannon. C’est l’équivalent de 2,5 milliards de pixels par seconde. Comment Tesla, qui n’a jamais conçu de puce auparavant, aurait pu concevoir la meilleure puce d’IA au monde dédiée aux véhicules autonomes ?

Pour Nvidia cette comparaison posait deux problèmes : premièrement, sa puce Drive Xavier dispose en réalité d’une puissance de traitement de 30 TOPS, au lieu des 21 TOPS annoncés par Tesla. Mais plus important encore, NVIDIA a indiqué qu’il serait plus judicieux de comparer la nouvelle puce de Tesla au Drive AGX Pegasus de NVIDIA qui fournit une puissance de traitement de 320 TOPS pour les opérations de perception, localisation et planification liées à l’IA.

En ce qui concerne les améliorations ou fonctionnalités qui seront apportées / ajoutées au logiciel de conduite autonome de Tesla, la société a fait part de l’arrivée progressive de nouveaux modes de pilotage pour son système de pilotage automatique baptisé AutoPilot. L’entreprise a scindé son offre Autopilot en deux et propose désormais une option « ;standard ;» moins avancée du point de vue du nombre de fonctionnalités incluses ainsi qu’une version « ;full self-driving ;» qui se veut plus complète. D’après Elon Musk, Tesla projette d’introduire à l’avenir un mode de pilote automatique agressif qui induirait « ;de faibles chances d’accrochage ;». Il pourrait être vu comme une extension du mode « ;Mad Max ;». Elon Musk n’a pas précisé à quel moment son entreprise pourrait déployer cette option, mais seulement qu’elle devrait avoir une « ;plus grande confiance ;» dans les capacités de son logiciel AutoPilot avant de permettre son déploiement.


Le PDG de Tesla a estimé que d’ici mi-2020, le système autonome des Tesla se serait amélioré au point que les automobilistes n’auraient plus à faire attention à la route. Il a ajouté que la société déploierait des taxis autonomes l’année prochaine dans certaines régions des États-Unis. Ce service permettra aux propriétaires de Tesla d’ajouter leurs voitures à un réseau Tesla, qui ressemblerait à Uber ou Airbnb. Ces voitures auront une autonomie de niveau 5 sans aucune barrière géographique, ce qui est une autre façon de dire qu’elles seront capables de se conduire elles-mêmes n’importe où sur la planète, dans toutes les conditions possibles et sans aucune limitation. Les robotaxis de Tesla pourraient générer des bénéfices pouvant atteindre 30 000 dollars par an, a prédit Musk. Il a enfin promis que Tesla construirait bientôt des voitures pouvant durer au moins un million de kilomètres, tout en nécessitant un minimum d'entretien.

Il faut rappeler que le PDG de Tesla a été critiqué pour avoir exagéré plus d’une fois sur les capacités autonomes de ses véhicules, avec des conséquences parfois désastreuses. Teslas a été impliqué dans une poignée d'accidents, dont certains mortels, impliquant l'utilisation de son logiciel Autopilot. Elon est également connu pour fixer des délais qu’il ne peut pas respecter et pour faire des prédictions qui ne se réalisent pas concernant ses voitures autonomes.
Partners for Automated Vehicle Education, une coalition d'acteurs du secteur des véhicules autonomes et d'organisations à but non lucratif visant à améliorer la compréhension du public des véhicules automatisés, a posté un fil de discussion sur Twitter lors de la présentation critiquant les affirmations de Musk sans le nommer formellement.

D’après cete coalition, « il est préjudiciable pour un débat public sur les technologies avancées des véhicules - et potentiellement dangereux - de faire référence à des véhicules maintenant disponibles à la vente au public avec des termes inexacts ».


Certains experts préviennent que l’appellation « Full Self Driving » de Tesla n’est pas représentative des capacités réelles de la voiture. Comme pour les autres fonctionnalités du pilote automatique, le conducteur est toujours responsable de la voiture à tout moment.

Source : Business Insider

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Les prédictions d’Elon Musk concernant l’avenir des véhicules autonomes de la marque vous semblent-elles réalistes ?

Voir aussi

Elon Musk rappelle qu'en rendant publics les brevets Tesla, il a œuvré pour le bien de la planète et l'essor du marché des véhicules électriques
Le « Sentry Mode » de Tesla a capturé une attaque délibérée contre la model 3, et l'agresseur a été arrêté grâce à la vidéo
Les épaves de Tesla Model 3 gardent beaucoup plus d'informations que vous ne le pensez, comme des données vidéo et de localisation avant un accident
Un propriétaire d'une Tesla a déclaré que le pilote automatique a repris le contrôle du véhicule, après qu'il ait perdu le contrôle sur du verglas

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Dgamax
Membre actif https://www.developpez.com
Le 23/04/2019 à 17:58
Je trouve l'idée génial de partager sa voiture.
On va vers de l'automatisation à fond mais c'est surtout les grosses entreprises qui investissent la dedans qui en profite un max, là, même un particulier peut très bien investir petit à petit pour se créer sa flotte de taxi autonome pendant qu'il bosse en CDI/D, bon c'est pas une solution pérenne car on dépend du service de Tesla mais c'est un bon début :p

Me tarde de voir comment tout ça va réellement se concrétiser, si ça se concrétise, et surtout en Europe!
Avatar de NBoulfroy
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 23/04/2019 à 17:59
Comme le souligne l'article, Elon est connu pour exagérer quelque peu les choses, cela fait parti de sa personnalité.

Il va falloir voir un peu ce que cela donne comme résultat en tout cas, cela peut être intéressant

Par contre, venant de quelqu'un qui n'aime pas les IA, je suis étonné qu'il s'intéresse au marché des voitures autonomes : lui comme Bill étaient pas super chaud mais visiblement cela ne concernerait clairement que des secteurs précis (l'armement ? le traitement d'informations ? La manufacture ?).
Avatar de Dymmm
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 24/04/2019 à 13:04
Citation Envoyé par NBoulfroy Voir le message
Comme le souligne l'article, Elon est connu pour exagérer quelque peu les choses, cela fait parti de sa personnalité.

Il va falloir voir un peu ce que cela donne comme résultat en tout cas, cela peut être intéressant

Par contre, venant de quelqu'un qui n'aime pas les IA, je suis étonné qu'il s'intéresse au marché des voitures autonomes : lui comme Bill étaient pas super chaud mais visiblement cela ne concernerait clairement que des secteurs précis (l'armement ? le traitement d'informations ? La manufacture ?).
Pars que le terme "IA" est un terme fourre-tout essentiellement marketing. Par IA dans les voitures nous devrions comprendre que c'est un traitement informatique des données issues des capteurs embarqués permettant de conduire une voiture d'un point A a un point B en respectant le code de la route.
L'IA dans l'armement c'est un traitement informatique des données issues des capteurs embarqués permettant des tueries de masse automatisées, sans hésitation, état-d’âme ou refus obéissance, permettant a une minorité de personne le contrôle des foules.
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 24/04/2019 à 17:43
En tous cas, il est fidèle à sa stratégie de réduire les dépendances. Je me demande si il a lu Joel Spolsky et sa diatribe contre le code codé ailleurs.

Bien malin qui peut dire qui gagnera cette course(ou même si il y aura un vainqueur).

 
Contacter le responsable de la rubrique Systèmes embarqués

Partenaire : Hébergement Web