Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le dernier pilote automatique de Tesla est « Beaucoup moins compétent qu'un humain »,
Car « incroyablement myope », selon Consumer Reports

Le , par Stan Adkens

95PARTAGES

6  0 
Tesla poursuit son plan de développement des voitures à conduite entièrement autonome en ajoutant progressivement des capacités à sa technologie existante d'assistance à la conduite. La dernière capacité ajoutée par le constructeur de voitures électriques est sa fonction « Navigate on Autopilot ». Avec « Navigate on Autopilot », la Model 3 peut automatiquement changer de voie et tourner sur les bretelles d'accès et de sortie en suivant un itinéraire à partir du système de navigation de la voiture. Cette fonction permet également à la voiture de changer de voie pour dépasser des voitures plus lentes. Mais le problème est que la nouvelle fonction de changement de voie automatique coupe devant les autres conducteurs, enfreignant parfois le Code de la route dans certains Etats américains comme le Connecticut, d’après Consumer Reports (CR).

Les mises à jour du pilote automatique de Tesla se succèdent pour tendre vers une conduite entièrement autonome, et Tesla a indiqué en avril que les nombreux travaux de mise à niveau de ses voitures avancent dans le bon sens. Tesla avait annoncé en début avril que la prochaine version du pilote automatique qui devrait être lancée au cours du même mois allait intégrer une nouvelle puce d’intelligence artificielle pouvant permettre une véritable conduite autonome. Une autre de ses mises à jour, qui devrait faire passer son pilote automatique à une étape de son plan de conduite totalement autonome, est la fonction Navigate on Autopilot introduite il y a quelques mois.


Quelques mois en arrière, la fonction Navigate on Autopilot du pilote automatique demandait au conducteur de confirmer les changements de voie. Mais en avril, Tesla a donné aux conducteurs la possibilité de demander au pilote automatique de changer de voie sans confirmation. Ce niveau d'automatisation est disponible sous la forme d'un paramètre en option sur les nouvelles voitures Tesla, et sous forme de mise à jour logicielle pour de nombreux Teslas existants. Les voitures doivent être équipées de capteurs et de caméras appropriés pour que le système fonctionne.

Alors que le système de pilotage automatique existant jusqu’à cette mise jour aide à maintenir une voiture dans sa voie et à maintenir une distance de sécurité derrière les autres voitures, laissant au conducteur humain le choix pour exécuter des manœuvres plus complexes, Navigate on Autopilot promet de faire beaucoup plus. Mais les critiques de CR soutiennent que la fonction n'est pas prête pour les heures de pointe.

L’association de consommateurs a testé la nouvelle fonction, elle a remarqué qu’elle offre des performances bien pires que celles d'un conducteur humain typique, notamment lors des changements de voie et des dépassements. Le groupe a même dit que cette capacité présente un risque sérieux pour la sécurité. Jake Fisher, directeur principal des tests automatiques de Consumer Reports, a déclaré dans un message électronique adressé à une chaine de télévision :

« Le rôle du système devrait être d'aider le conducteur, mais la façon dont cette technologie est déployée, c'est l'inverse ». « C'est incroyablement myope. Elle ne semble pas réagir aux feux de freinage ou aux clignotants, elle ne peut pas anticiper ce que les autres conducteurs vont faire, et par conséquent, vous devez constamment avoir une longueur d'avance sur elle », a-t-il ajouté.

Le pilote automatique est équipé d'un radar orienté vers l'avant pour aider à détecter les véhicules qui se trouvent devant la voiture et à mesurer leur vitesse, mais il ne dispose pas d'un radar orienté vers l'arrière qui permettrait d'avertir la voiture de l'approche rapide des véhicules par l’arrière. Aussi les caméras arrière du modèle 3 ne semblaient pas capables de voir très loin derrière le véhicule, a constaté CR lors de ses tests. Toute chose qui pousse les véhicules Tesla à couper dangereusement devant les autres conducteurs lorsqu'ils changent de voie, selon les tests du CR. M. Fisher a même constaté qu’après le changement de voie dans un trafic intense, le modèle 3 « freine souvent immédiatement pour créer de l'espace derrière la voiture qu’elle suit, ce qui peut être une mauvaise surprise pour le véhicule que vous avez coupé ».


« Navigate on Autopilot » fait confronter Tesla à un autre challenge : adapter sa conduite autonome aux lois qui varient d'un Etat à un autre

Le plan de Tesla étant de faire en sorte que son logiciel prenne progressivement le relais de plus en plus des fonctions du pilote humain, cette technologie de changement de voie est le premier grand pas de l’entreprise dans cette direction. C’est pourquoi les conclusions du CR sont importantes dans son processus de développement progressif des voitures à conduite entièrement automatique.

Selon CR, la Model 3 munie de la Navigate on Autopilot a également violé certaines lois de la conduite automobile du Connecticut. Keith Barry du CR a écrit : « Plusieurs testeurs du CR ont vu Navigate on Autopilot initier un passage à droite sur une autoroute à deux voies séparées ». « Nous avons vérifié auprès d'un agent des forces de l'ordre qui a confirmé qu'il s'agissait d'une « mauvaise passe » dans le Connecticut et qu'elle pouvait donner lieu à une amende », a-t-il ajouté. Selon les testeurs, lorsque le véhicule a réussi un passage comme l'exige la loi de l'État, il n'a pas non plus réussi à revenir sur la voie de droite.

Selon CR, le système ne fonctionne que sur les autoroutes à accès limité où il n'y a pas d'intersections, et les mains du conducteur doivent être sur le volant pendant toute manœuvre de changement de voie. M. Fisher a déclaré qu’en fin de compte, rouler avec la fonction de changement automatique de voie du pilote automatique est « beaucoup plus difficile que de simplement changer de voie soi-même ». Il a même comparé l’utilisation de la fonction à surveiller un enfant au volant : « Utiliser le système, c'est comme surveiller un enfant au volant pour la toute première fois. Comme tout parent le sait, c'est beaucoup plus pratique et moins stressant de simplement conduire soi-même ».

Le défi que le constructeur de véhicule électrique devra relever est de faire en sorte, à mesure qu'il déploie des capacités plus sophistiquées, d’adapter sa conduite autonome aux lois qui varient d'un pays, d'un état ou même d'une municipalité à l'autre. En effet, différents Etats ont des lois subtilement différentes sur le moment où les voitures sont autorisées à conduire sur la voie de gauche ou à passer sur la voie de droite, et il y aura encore plus de variations lorsque le pilote automatique commencera à prendre des virages, des ronds-points et autres situations complexes.

Si tout se passe bien, on s’attend à ce que Tesla ajoute d'autres capacités dans les mois à venir, selon son rythme de mises à jour. Mais si le pilote automatique a du mal à gérer les changements de voie aussi bien qu'un conducteur humain, il est peut-être prématuré de déployer des capacités supplémentaires.

Depuis 2016, les véhicules Tesla ont été impliqués dans plusieurs accidents mortels de circulation. Un propriétaire d’une Model S, Joshua Brown, un homme de 40 ans qui était à bord de sa berline, est entré en collision avec un camion semi-remorque en 2016. A l'époque, des enquêtes avaient révélé que le conducteur utilisait le pilote automatique avancé de Tesla au moment de l'accident. Le système avait été mis en cause. Mais après le développement d’une version interne du pilote automatique, un nouvel accident mortel survenu en mars 2018 à Delray Beach en Floride et impliquait une Tesla de Model 3.

Tesla a confié à une chaine de télévision dans un courriel que des millions de kilomètres ont été parcourus en toute sécurité grâce à cette fonction, en parlant de Navigate on Autopilot. D'autres mises à jour seront effectuées à l'avenir pour améliorer encore ses performances, comme cela a été fait avec d'autres technologies Tesla, a ajouté la société.

Malgré ces précédents incidents et certaines fonctions non encore opérationnelles qui remettent encore le doute sur cette technologie de pilotage automatique, le PDG et co-fondateur de Tesla, Elon Musk, l'a plutôt vanté allant même jusqu’à dire en avril dernier qu’il y aura 1 million de robo-taxis en circulation l’année prochaine.

Selon un commentaire du rapport des tests de CR sur un site web, Tesla ne serait pas vraiment une entreprise de « conduite autonome ». Pour lui, l’auto-conduite est une activité secondaire pour l’entreprise, « de sorte qu'ils ne peuvent probablement pas rivaliser avec des entreprises spécialisées dans la conduite automobile comme Waymo en ce qui concerne la qualité des bots ». Selon le commentateur, Tesla finira probablement par acheter la technologie chez des entreprises spécialisées.

Source : Consumer Reports

Et vous ?

Que pensez-vous du rapport de Consumer Reports sur Tesla ?
Pensez-vous aussi que Tesla n’est pas vraiment une entreprise de « conduite autonome » ?
Pensez-vous que le plan de la conduite entièrement autonome de Tesla pourra être mise en œuvre d’ici fin 2019 comme l’a promis Elon Musk ?

Lire aussi

Elon Musk a declaré que les voitures autonomes de Tesla rouleront probablement sans assistance humaine, d'ici la fin de 2019
Les actions Tesla chutent après que son système d'autopilote soit impliqué dans un accident, et l'annonce des batteries de ses véhicules prenant feu
Tesla annonce que le nouvel ordinateur pour une conduite entièrement autonome de ses véhicules est en production, et fera ses preuves ce mois-ci
L'Autopilot d'une Tesla Model 3, impliquée dans un accident, était activé lorsque le véhicule s'est écrasé contre un camion, indique le NTSB
Elon Musk rappelle qu'en rendant publics les brevets Tesla, il a œuvré pour le bien de la planète, et l'essor du marché des véhicules électriques

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Contacter le responsable de la rubrique Systèmes embarqués

Partenaire : Hébergement Web