SpaceX a annoncé qu'il était en communication avec tous ses satellites sauf 3 des 60
Un mois après leur lancement, mais la société semble satisfaite

Le , par Stan Adkens

119PARTAGES

3  0 
Un mois après leur lancement, mais la société semble satisfaite

Nous en savons plus sur les 60 premiers satellites de la constellation Starlink, le projet d’Elon Musk pour fournir de l’Internet à haut débit depuis l’espace partout dans le monde. Selon les mises à jour fournies par un porte-parole de SpaceX, l’entreprise a pu communiquer avec les 60 engins spatiaux après leur lancement le 23 mai dernier, mais il a fini par perdre le contact avec trois d’entre eux. Selon le porte-parole, ces trois satellites « ne sont plus en service » et « se désorbiteront passivement ». En d'autres termes, les trois engins spatiaux ont échoué et retomberont sur Terre, probablement d'ici un an en raison de leur orbite relativement basse de 440 kilomètres au-dessus de la surface de la planète, a rapporté Business Insider qui a reçu le communiqué complet par courriel de SpaceX.

Selon le communiqué, les 57 autres satellites ont fonctionné comme prévu. Quarante-cinq des satellites ont augmenté leur altitude avec leurs propulseurs embarqués et ont pu atteindre leur orbite finale prévue de 550 kilomètres. Cinq des satellites sont encore au milieu de leur course vers leur orbite, et cinq autres font l'objet de vérifications supplémentaires avant de continuer à s’élever vers leur destination finale. Enfin, en ce qui concerne les deux derniers satellites, l’entreprise d’Elon Musk a intentionnellement tiré leurs propulseurs embarqués dans le but de les faire s'écraser dans l'atmosphère de la planète, bien qu’ils fonctionnaient correctement. SpaceX voulait simplement tester le processus de désorbitation. Donc ces deux satellites ainsi que les trois autres qui ne sont plus en service se désintègreront une fois qu'ils seront entrés dans l'atmosphère terrestre, conformément à l'engagement de SpaceX envers un environnement spatial propre.


SpaceX a procédé au lancement en orbite terrestre basse de sa première flotte de 60 satellites, dans la nuit du jeudi 23 au vendredi 24 mai. Le lot des 60 satellites a été transporté dans l’espace à bord de la fusée Falcon 9 depuis la base aérienne de Cap Canaveral en Floride, aux États-Unis. L'objectif à long terme de Starlink est de mettre en orbite 12 000 satellites afin de couvrir la planète avec l'Internet haut débit. Au cours d’une interview accordée avant le lancement du 23 mai, le PDG de SpaceX avait précisé qu’au moins 12 lancements portant des charges utiles similaires au premier lancement sont nécessaires pour assurer une couverture Internet constante dans la plupart des pays du monde.

Selon Business Insider, pour sa constellation Starlink, SpaceX a reçu l'autorisation de la Commission fédérale des communications (FCC) de lancer un premier lot de 4 409 satellites, suivi d'un second de 7 518. Les engins spatiaux de masse de 227 kilogrammes chacun ont été conçus pour voler sur une orbite relativement basse au-dessus de la planète et pour diffuser la couverture Internet dans toutes les régions du globe, y compris les zones rurales ou éloignées où la pose de fibre optique n'est pas une option. Il s’agit également pour SpaceX de fournir aux clients une option supplémentaire de service Internet.

Le 12 juin dernier, la compagnie a envoyé une lettre optimiste à la FCC pour l'aviser qu'elle communiquait avec succès avec les satellites par le biais de stations sur Terre, a rapporté Business Insider. Mais la défaillance des trois satellites ne semble pas émouvoir le PDG de SpaceX et Tesla. En effet, SpaceX ne s'attendait pas à ce qu'ils fonctionnent tous parfaitement, compte tenu de la nature expérimentale de la mission, a rapporté Business Insider. Lors d’un appel avec les journalistes le 15 mai dernier, Musk a déclaré : « Il y a beaucoup de nouvelles technologies ici, il est donc possible que certains de ces satellites ne fonctionnent pas ».

Pour tester le service et vérifier son temps de latence, SpaceX commencera bientôt à utiliser sa nouvelle constellation Starlink pour diffuser des vidéos en continu et jouer à des jeux vidéo à large bande passante. La société affirme qu'elle apportera également des changements aux futurs vaisseaux spatiaux en fonction du premier lancement. SpaceX a déclaré dans un communiqué : « Bien que nous soyons satisfaits de la performance des satellites jusqu'à présent, SpaceX continuera de pousser les capacités opérationnelles des satellites pour informer les futures itérations ».


Après le premier lancement le mois dernier, des préoccupations ont émergé dans le rang des astronomes après un court moment d’émerveillement. Les astronomes de la lumière et les radioastronomes ont soulevé des inquiétudes sur la façon dont la constellation Starlink pourrait affecter les observations de l'Univers. Lorsque les 60 premiers satellites ont été lancés, l'engin spatial s'est avéré beaucoup plus lumineux dans le ciel que prévu (visible depuis le sol), et les scientifiques ont averti que la lumière réfléchie par ces véhicules pourrait gâcher leurs images du ciel à longue exposition. En outre, les radioastronomes soupçonnaient également que les fréquences sur lesquelles ces satellites fonctionnent puissent croiser les fréquences utilisées par les scientifiques pour étudier des objets éloignés dans l'espace.

Le fait que trois des satellites SpaceX Starlink aient cessé de communiquer avec les stations au sol pourrait susciter d’autres préoccupations au sein de la communauté spatiale. Que deviendront les engins spatiaux désorbités ? Certains experts s'inquiètent déjà qu’ils deviennent des débris spatiaux, alors que SpaceX n’a placé en orbite que 60 satellites pour l’instant, d’après Business Insider. Selon les derniers chiffres de l'Agence spatiale européenne, il y a actuellement 2 000 satellites opérationnels en orbite autour de la Terre, et la constellation Starlink, une fois terminée, augmentera considérablement ce nombre.

Selon l’agence, le risque de collision de satellites dans l'espace pourrait s’accroître après l’envoi en orbite de toute la constellation Starlink et davantage de débris qui pourraient être créés menaceraient d'autres engins spatiaux. Selon une étude de la NASA, 99 % de tous les satellites de ces constellations massives doivent être retirés de l'orbite d'ici cinq ans pour que le risque de collision dans l'espace reste faible. Et si une entreprise ne peut pas communiquer avec un satellite, elle ne peut pas contrôler le véhicule et le sortir de son orbite, augmentant ainsi le risque de collision.

Cependant, SpaceX semble avoir tout prévu. L’entreprise a indiqué avoir mis diverses stratégies en place pour s'assurer que la constellation ne contribue pas à la pollution de l’environnement spatial. Elon Musk a déclaré que le vaisseau spatial Starlink utilise les données de US Air Force sur les positions d'autres satellites dans l'espace, afin de s'écarter du chemin et d'éviter les collisions avec des objets proches, a rapporté Business Insider. Et en avril, la FCC a approuvé la demande de SpaceX de faire voler son premier lot de satellites Starlink plus près de la Terre, afin qu'ils soient entraînés vers le bas et qu'ils quittent leur orbite plus rapidement.

En ce qui concerne les préoccupations liées à la pollution radio et lumineuse, l’entreprise d’Elon Musk dit qu'elle a travaillé avec des groupes d'astronomes de premier plan pour trouver des moyens d'atténuer tout impact potentiel sur les sciences spatiales. Voici ce que la société a déclaré par courriel à ce propos :

« Nous avons également établi des contacts proactifs avec des groupes d'astronomes du monde entier pour discuter du profil de la mission Starlink, évaluer scientifiquement les impacts sur les activités astronomiques et évaluer toute mesure d'atténuation utile pour l'avenir ». De plus, SpaceX a ajouté qu'il « continue de surveiller la visibilité des satellites à l'approche de leur orbite finale » et qu'ils seront mesurés pour leur visibilité depuis le sol une fois sur place.

En attendant, on ne sait pas très bien comment ni pourquoi trois des satellites de SpaceX ont échoué, l'entreprise n’ayant pas fait de commentaires sur la raison de la perte de contact avec ces trois engins et un porte-parole de SpaceX ayant refusé de donner des détails à ce sujet, selon Business Insider. Cependant, compte tenu de la nécessité de plusieurs autres lancements pour atteindre l’objectif, l’entreprise serait probablement en train d'enquêter sur la perte de ses satellites expérimentaux et d'étudier les moindres détails des défaillances afin de les corriger.

Dans le cas contraire, à ce taux d'échec, après les 8 prochaines années de lancement, il y aura environ 600 satellites morts dans l’environnement. Espérons que l’autodestruction fonctionnera à la perfection, le PDG de Tesla nous ayant habitués à des prédictions audacieuses à échéances variables.

Source: Business Insider

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Que pensez-vous du taux de réussite pour le premier lancement de Starlink ?
SpaceX a tout mis en œuvre pour que la constellation des 12 000 satellites ne contribue pas à la pollution de l’environnement. Quel commentaire en faites-vous ?
Chaque satellite Starlink utilise les données de US Air Force sur les positions d'autres satellites dans l'espace afin d’éviter toute collision avec des objets proches. Qu’en pensez-vous ?

Lire aussi

Las Vegas mise sur le projet de tunnels urbains d'Elon Musk et signe un contrat de 48,6 MM$, pour un système opérationnel en janvier 2021
Google voudrait s'allier au projet de SpaceX, en investissant 1 milliard de dollars pour créer l'Internet spatial
Explosion d'une fusée de SpaceX : Mark Zuckerberg se dit déçu par la destruction du satellite Amos-6, coup dur pour l'initiative Free Basics
Les 60 premiers satellites de Starlink, le projet d'Elon Musk pour fournir Internet depuis l'espace, sont lancés en orbite, qprès deux tentatives
La flottille de 60 satellites de SpaceX est visible dans le ciel nocturne, et cela inquiète les astronomes

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de akrogames
Membre actif https://www.developpez.com
Le 01/07/2019 à 8:53
Bonjour,

Je sais que le protocole réseau derrière Starlink est propriétaire. Sauf que j'aimerais connaître le nom du protocole et ces papiers de recherche ou les brevets le définissant. Quelqu'un connait ?

Merci d'avance
0  0 
Avatar de bizulk
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 01/07/2019 à 9:35
Demandez leur....
0  0 
Avatar de onilink_
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 01/07/2019 à 10:22
Citation Envoyé par akrogames Voir le message
Bonjour,

Je sais que le protocole réseau derrière Starlink est propriétaire. Sauf que j'aimerais connaître le nom du protocole et ces papiers de recherche ou les brevets le définissant. Quelqu'un connait ?

Merci d'avance
Essayes via google scholar, y a l'air d'y avoir de la lecture (reste à voir si y a ce qui t’intéresse):
https://scholar.google.fr/scholar?hl...k+SpaceX&btnG=
0  0 
Avatar de hotcryx
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 01/07/2019 à 10:32
Citation Envoyé par akrogames Voir le message
Bonjour,

Je sais que le protocole réseau derrière Starlink est propriétaire. Sauf que j'aimerais connaître le nom du protocole et ces papiers de recherche ou les brevets le définissant. Quelqu'un connait ?

Merci d'avance
P2P

"Internet traffic via a geostationary satellite has a minimum theoretical round-trip latency of at least 477 ms (between user and ground gateway), but in practice, current satellites have latencies of 600 ms or more. Starlink satellites would orbit at ​1⁄30 to ​1⁄105 of the height of geostationary orbits, and thus offer more practical Earth-to-sat latencies of around 25 to 35 ms, comparable to existing cable and fiber networks[67] The system will use a peer-to-peer protocol claimed to be "simpler than IPv6", it will also incorporate end-to-end encryption natively.[68] Although no details have been as yet released."

Source: https://en.wikipedia.org/wiki/Starli..._constellation
0  0 

 
Contacter le responsable de la rubrique Systèmes embarqués

Partenaire : Hébergement Web