Facebook se rapproche de vous permettre de faire la saisie avec votre esprit,
Grâce à un futur appareil non envahissant

Le , par Stan Adkens

37PARTAGES

6  0 
Annoncé pour la première fois lors de sa conférence des développeurs dénommée F8 en avril 2017, Facebook se rapproche de l’objectif final de son projet de saisie de mots sur un ordinateur directement à partir de votre cerveau, sans nécessiter de chirurgie envahissante pour le faire fonctionner, a rapporté CNN Business dans un article publié mardi. Dans le cadre du projet, l'entreprise a collaboré avec plusieurs universités, y compris l'Université de Californie à San Francisco, dont le géant des réseaux sociaux a aidé à payer les chercheurs pour étudier si des électrodes placées dans le cerveau humain pouvaient vous aider à « décoder » la parole des ondes cérébrales en temps réel.

Une étude publiée dans Nature Communications montre que, bien qu’il ait encore plusieurs étapes à franchir, le rêve de Facebook pourrait devenir réalité. En effet, l’étude a montré que les chercheurs pouvaient instantanément voir - sous forme de texte sur un écran d'ordinateur - un mot ou une phrase qu'un participant prononçait en regardant l'activité cérébrale, pourvu qu'il fasse partie d'un ensemble limité de réponses à des questions prédéterminées. En plus, une nouvelle étude en cours financée par Facebook dans le cadre du projet tentera d'utiliser l'activité cérébrale pour aider une personne qui ne peut pas communiquer en parlant, a rapporté CNN Business.


Facebook s’attend à ce que ses efforts contribuent à aider à révéler quels signaux cérébraux sont essentiels pour la fabrication d’un wearable non envahissant qu'il prévoit de vous faire porter dans les années à venir.

« Nous nous attendons à ce que cela prenne plus de 10 ans », a déclaré Mark Chevillet, directeur de recherche à Facebook Reality Labs et qui dirige l’équipe d'interface cerveau-ordinateur de la société, à CNN Business au sujet de l’ensemble du projet. « C'est un programme de recherche à long terme », a-t-il ajouté.

Il y a deux ans, en marge de la conférence des développeurs Facebook 2017, Regina Dugan, alors responsable du groupe Building 8 chargé de concevoir les systèmes matériels du futur chez Facebook, a annoncé que le géant des réseaux sociaux avait commencé à travailler sur des capteurs mystérieux permettant de lire les ondes cérébrales et qui vous permettraient un jour de saisir 100 mots par minute.


Même si les recherches sur l’interface cerveau-ordinateur avancent, le gadget final n’existe pour l’instant que dans l’esprit du plus grand des réseaux sociaux. Les chercheurs qui travaillent depuis des décennies n’ont pas encore de solution, car non seulement les recherches sont couteuses, mais encore les gadgets doivent être implantés sous le crâne de l'utilisateur et connectés à un ordinateur pour effectuer même les tâches les plus simples.

Depuis l’annonce en 2017 des travaux en cours, Facebook est resté silencieux sur ses recherches. Ce n’est que récemment, lors d'une conférence à Harvard en mars, que Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, est revenu dessus en affirmant qu'il était enthousiaste à l'idée de « remodeler nos plateformes informatiques pour qu'elles soient fondamentalement davantage axées sur les gens et la façon dont nous traitons le monde ». Mais les résultats de recherches publiés dans la semaine, les nouveaux efforts de Facebook et la nouvelle recherche en cours montrent que le projet de l’entreprise est toujours d’actualité.

L’étude de l’UCSF portant sur le « décodage » en temps réel d'un dialogue de questions-réponses utilisant l'activité corticale humaine publiée mardi

Selon CNN Business, l'étude comprenait trois patients épileptiques qui ont reçu une petite plaque d'électrodes implantées sur le cerveau dans l'espoir de découvrir d'où provenaient leurs crises d'épilepsie. Ils se sont portés volontaires pour participer à l'étude de Facebook pendant leur séjour hospitalier. Dans le cadre de l’étude, les chercheurs ont demandé aux participants d'écouter les questions tout en surveillant leur activité cérébrale. Les algorithmes d'apprentissage machine ont fini par déterminer comment repérer quand les participants répondaient à une question et laquelle des 24 réponses ils choisissaient, a rapporté CNN Business.

Selon le rapport d’étude, les algorithmes de « décodage » de la parole utilisés par les scientifiques étaient précis jusqu'à 61 % du temps lorsqu'il s'agissait de déterminer laquelle des 24 réponses standard un participant prononçait, juste après que la personne ait fini de parler. Edward Chang, neurochirurgien et professeur de neurochirurgie à l'UCSF, coauteur de l'étude, croit que c'est un « résultat très important » qui pourrait aider les personnes qui ont perdu la capacité de parler.

Quant à Chevillet, qui travaillait auparavant à l'Université Johns Hopkins en tant que professeur auxiliaire de neurosciences, a déclaré que le travail de l'UCSF est « un jalon important mais quelque peu attendu », car l'interprétation des signaux du cerveau tend à se faire hors ligne plutôt qu'en temps réel. CNN Business a également rapporté que Facebook n'a aucun intérêt à fabriquer un dispositif médical, mais que ce qui l’intéresse, c'est comprendre les signaux neuronaux nécessaires pour créer une interface vocale silencieuse. Toutefois, Chang a qualifié l’étude publiée dans le journal de « preuve de concept ».

Une autre étude parrainée par Facebook et des efforts de l’entreprise pour construire un wearable non envahissant sont en cours

La nouvelle étude parrainée par Facebook que l’UCSF a commencé et qui porte également sur le projet d'interface cerveau-ordinateur est beaucoup plus importante et plus longue. M. Chang travaillera pendant un an avec un seul participant cette fois (un homme qui ne peut plus parler). Afin de rétablir chez le patient certaines de ses capacités de communication, M. Chang va suivre l'activité de son cerveau avec le même type de réseau d'électrodes utilisé sur les patients épileptiques sur la période de l’étude. « Nous avons encore beaucoup de pain sur la planche pour trouver comment faire en sorte que cela fonctionne », a-t-il dit.

S’il y parvient, cela pourrait un jour aider toute une gamme de personnes, de celles qui ont perdu la capacité de parler en raison de diverses lésions cérébrales, à celles qui veulent simplement contrôler un ordinateur ou envoyer un message avec leur esprit, a rapporté CNN.

M. Chevillet a indiqué également que son équipe de recherche de Facebook Reality Labs poursuit ses travaux pour trouver des moyens non intrusifs de comprendre ce qui se passe dans le cerveau. Il s'agit d'étudier comment la lumière peut être capable de suivre indirectement l'activité cérébrale, en particulier en utilisant la spectroscopie dans l'infrarouge proche pour mesurer les niveaux de saturation en oxygène dans votre cerveau.

Un casque que l'équipe de recherche sur l'interface cerveau-ordinateur de Facebook utilise pour étudier l'oxygénation du sang dans le cerveau
.

Neuralink d’Elon Musk, qui a aussi des activités de mise sur pied d’une interface cerveau–ordinateur, est en avance sur Facebook. Dévoilée il y a peu, la firme a annoncé il y a deux semaines que des essais concluants ont été conduits sur des animaux avec sa machine et qu’elle espérait procéder aux premiers tests sur des humains l’année prochaine.

M. Chevillet a décrit le futur appareil de type « think-to-type » de Facebook comme une paire de lunettes qui utilise la réalité augmentée et inclut une méthode basée sur le cerveau pour tout faire depuis l'envoi d'un message texte jusqu'au simple ajustement du volume d'une chanson en passant par le simple fait d'exécuter l'équivalent du clic de souris. « Les cas d'utilisation que nous envisageons sont certainement pour tout le monde », a-t-il ajouté.

Des lunettes qui permettent de saisir plus rapidement avec la pensée seront les bienvenues à condition que les données des cerveaux ne soient pas exposées aux pirates informatiques.

Source : CNN Business, Rapport d’étude de l’UCSF

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Seriez-vous prêts à acheter les lunettes de type « think-to-type » de Facebook ?

Lire aussi

Facebook travaille sur une interface cerveau-machine pour lire les pensées, et utiliser des applications de messagerie et de réalité augmentée
Neuralink d'Elon Musk annonce que l'interface cerveau - ordinateur est prête pour des tests sur les humains, et entend procéder aux premiers en 2020
Neuralink d'Elon Musk, la discrète firme qui travaille sur des ordinateurs à implanter dans le cerveau, lève le voile sur le secret, sous peu
Libra : Facebook renonce à sa vision ambitieuse sur la cryptomonnaie, suite aux pressions des régulateurs

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de guppyworld
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 31/07/2019 à 16:09
Personnellement, je vais passer mon tour.
4  0 
Avatar de 1franck
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 01/08/2019 à 0:57
Grâce à un futur appareil "non envahissant" ...
2  0 
Avatar de pierre-y
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 01/08/2019 à 8:58
6 mois après la sortie de l'appareil on apprend que celui-ci analyse et enregistre les fonctions cérébrales du sujet a des fin "d"amélioration" bien entendu, 6 mois après facebook annonce un nouvel outil publicitaire a destination des entreprises pour proposer des produits au sujet dont l'activité cérébrale est la plus a même d'accepter facilement la pub... Je dois être complotiste, facebook n'y a pas pensé.
2  0 
Avatar de nirgal76
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 01/08/2019 à 9:52
Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
6 mois après la sortie de l'appareil on apprend que celui-ci analyse et enregistre les fonctions cérébrales du sujet a des fin "d"amélioration" bien entendu, 6 mois après facebook annonce un nouvel outil publicitaire a destination des entreprises pour proposer des produits au sujet dont l'activité cérébrale est la plus a même d'accepter facilement la pub... Je dois être complotiste, facebook n'y a pas pensé.
Quoique tu imagine, Facebook a forcément imaginé pire.
2  0 

 
Contacter le responsable de la rubrique Systèmes embarqués

Partenaire : Hébergement Web