IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Boston Dynamics dévoile Stretch : un nouveau robot conçu pour décharger des camions,
Utilisant un logiciel pour détecter et déplacer jusqu'à 800 cartons par heure

Le , par Stan Adkens

152PARTAGES

9  0 
Boston Dynamics n’est plus vraiment à présenter. Mais pour ceux qui viennent de le découvrir, c’est la société connue pour son chien robot Spot à 74 500 $, une machine conçue pour travailler dans divers environnements, des plateformes pétrolières en mer aux mines souterraines profondes. Mais ces dernières années, l'entreprise s'est de plus en plus intéressée à l'espace logistique et dévoile maintenant un nouveau robot qui n'a qu'une seule application en tête : le déplacement de cartons dans les entrepôts. Pour la vision, le robot utilise un logiciel d'apprentissage automatique de Boston Dynamics pour détecter et déplacer jusqu'à 800 cartons par heure.

Il est fascinant d'observer la transition de Boston Dynamics, qui est passée d'une entreprise de recherche robotique de plusieurs décennies à une société qui produit et vend du matériel. Bien sûr, l'entreprise continuera à courtiser le public avec des vidéos virales amusantes montrant sa technologie dansant sur les vieux tubes, mais lorsqu'il s'agit de vendre réellement la robotique, la quête de commercialisation de Boston Dynamics se poursuit avec l'annonce d'un deuxième robot commercial baptisé "Stretch".


Stretch semble relativement différent des premières créations de Boston Dynamics. Il n'est pas modelé selon des humains ou des animaux, mais vise plutôt à être aussi pratique que possible. Il est doté d'une base mobile carrée contenant un ensemble de roues, d'un "mât de perception" équipé de caméras et d'autres capteurs, ainsi que d'un énorme bras robotique à sept degrés de liberté et d'un ensemble de ventouses à son extrémité, capable de saisir et de déplacer des boîtes pesant jusqu'à 23 kilogrammes.

Le robot est conçu pour « aller là où se trouve le travail » dans un entrepôt, en déchargeant les camions, en dépalettisant les expéditions et, éventuellement, en construisant des commandes. Pour l'instant, il s'agit d'un prototype, mais Boston Dynamics espère que les entreprises commenceront à acheter Stretch lorsqu'il sera déployé commercialement dès l’année prochaine.

L’intérêt pour le secteur de la logistique : du robot "Atlas" à "Stretch"

La lignée de Stretch peut être retracée jusqu'au robot Atlas à deux jambes de Boston Dynamics, qui est capable d'équilibrer son poids de manière si fluide qu'il peut courir, sauter, faire un saut arrière, et plus encore. « Atlas ne se contente pas d'étendre les bras et de les déplacer, mais coordonne les hanches, les jambes et le torse pour ramasser une boîte », explique Michael Perry, vice-président du développement commercial de Boston Dynamics. « Une grande partie de cette même réflexion sur la conception a été appliquée à Stretch ».

Atlas est le robot de recherche humanoïde polyvalent de la société et est probablement beaucoup trop cher pour être un produit commercial. Il n’est également pas très pratique pour les tâches dans les entrepôts. « Nous avons pensé : "Atlas est probablement un peu compliqué pour travailler dans un entrepôt, mais nous pourrions concevoir un robot beaucoup plus simple qui aurait les mêmes caractéristiques », a dit Kevin Blankespoor, vice-président de l'ingénierie des produits de Boston Dynamics.

La société a ensuite conçu un robot à roues appelé Handle qui pouvait déplacer des cartons à l'aide de deux bras, en s'équilibrant avec un énorme contrepoids oscillant comme une queue. La première version de Handle était un robot humanoïde capable de faire toutes sortes de tours de passe-passe grâce à ses jambes à roulettes, comme contourner des coins, descendre des marches et sauter sur une table, mais le robot n'était pas encore destiné au travail en entrepôt.

Pour la version 2, Handle a été "réimaginé". Au lieu de deux bras, il a utilisé une grosse pince à vide pour soulever les boîtes. Selon Blankespoor, Handle pourrait couvrir un grand nombre de cas d'utilisation d'Atlas dans un entrepôt, mais avec un tiers du nombre d'articulations. Selon Perry, Handle avait « la bonne empreinte et la bonne portée » pour les entrepôts, mais ne pouvait pas travailler assez vite. Le bras du robot est directement attaché à son corps principal, ce qui signifie que l'ensemble de la machine devait se déplacer avec chaque charge.

« Il est devenu évident que pour Handle, la manœuvre dans un espace restreint était délicate », explique Blankespoor. « Nous pouvions faire le travail et décharger tous les cartons, mais cela prenait trop de temps, en gros. Chaque fois que Handle prenait un carton, elle devait rouler jusqu'au milieu du camion pour pouvoir pivoter sans collision, rouler vers l'avant et placer le carton ». Lorsqu'il soulevait les boîtes, Handle gardait son équilibre grâce au gros contrepoids oscillant à l'arrière, qui était constamment dans le chemin. « Nous savions qu'il existait une autre option », a déclaré Blankespoor. « Nous avons envisagé quelque chose comme Stretch pendant des années ».


S’adapter au « problème du jour » et déplacer « jusqu'à 800 cartons par heure »

Stretch est le premier robot Boston Dynamics "entièrement conçu" pour l'entrepôt, avec une grande partie de la conception en faveur d'un grand robot industriel imposant. Monté sur une grosse boîte, le robot est donc stable par défaut et n'a plus besoin de s'équilibrer activement. Le robot pèse désormais 1 200 kg, il n'est donc pas nécessaire d'avoir un gros contrepoids oscillant et il ne risque pas de basculer. Le bras peut tourner sur la base, ce qui lui permet de décharger des cartons d'un camion vers un tapis roulant sans avoir à bouger et à se cogner contre quelque chose. Le résultat est que Stretch peut décharger un camion environ cinq fois plus vite que Handle. Stretch peut déplacer jusqu'à 800 boîtes par heure, un taux d'exécution comparable à celui d'un employé humain.

Ce qui relie Stretch aux autres machines de Boston Dynamics, c'est l'accent mis sur la mobilité. Habituellement, lorsque des équipements d'automatisation sont installés dans des entrepôts, le système est boulonné à un endroit précis et le flux de travail est modelé autour de lui. Stretch, en revanche, est conçu pour se glisser dans n'importe quel lieu de travail existant où il pourrait être utile pour charger ou décharger des marchandises.

Blankespoor imagine une journée typique dans l'entrepôt pour Stretch : « Stretch peut passer la matinée du côté de l'entrée de l'entrepôt, à décharger les boîtes des camions. Il peut passer l'après-midi dans les allées de l'entrepôt à constituer des palettes, qui seront envoyées aux détaillants ou aux centres de commerce électronique. Et il peut passer la soirée à recharger les boîtes dans les camions ».

« C'est ce qui est passionnant avec ce système : il peut fournir une automatisation à des environnements qui n'ont pas d'infrastructure d'automatisation », a expliqué Perry. « Vous pouvez prendre cette capacité et la déplacer à l'arrière du camion, vous pouvez la déplacer dans les allées, vous pouvez la déplacer à côté de vos convoyeurs. Tout dépend du problème du jour ».

Les bras stationnaires de Stretch peuvent être aussi robustes si cela est nécessaire, mais en étant mobile, Stretch doit faire attention à son poids. Le bras personnalisé de Boston Dynamics pèse un quart du poids d'un bras industriel, tout en étant capable de soulever une charge utile maximale de 23 kg contre 15 kg pour Handle. Le bras devait être conçu de manière à pouvoir atteindre les palettes et les boîtes jusqu'au sommet du camion, là où il n'y a pas beaucoup d'espace libre.

Un autre composant majeur de Stretch est le mât de perception, une grande tour qui repose sur la même base rotative que le bras et qui abrite la plupart des capteurs du robot, de sorte qu'elle ne gêne jamais le bras. Le mât abrite des capteurs 2D et de profondeur, ce qui permet à Stretch d'avoir une vue en hauteur de son environnement. Pour la vision, le robot utilise le logiciel "Pick" de Boston Dynamics, un ensemble d'algorithmes alimentés par l'apprentissage automatique pour détecter et déplacer des cartons, qui est arrivé dans la société via l'acquisition de Kinema Systems.


Quant à la base carrée de Stretch, elle possède une interface modulaire où l'on peut fixer divers accessoires. Pour le déchargement d'un camion, elle peut supporter un tapis roulant fixé à Stretch, de sorte que le robot puisse emporter le tapis roulant avec lui lorsqu'il s'enfonce dans le camion. Ce qui permet au robot de déposer plus rapidement le carton pour passer à un autre. Il existe également un chariot à palettes, qui permet au robot de transporter une palette lorsqu'il prépare des commandes. Des capteurs supplémentaires peuvent également être fixés à la base, soit pour la connaissance de la situation, comme des caméras supplémentaires ou un lidar, soit pour un lecteur de code-barres pour la saisie.

Boston Dynamics espère vendre Stretch en 2022, en commençant à déployer les applications au fur et à mesure. « Nous allons commencer à déployer les applications que le produit peut faire, progressivement. La première que nous ferons sera le déchargement de camions, et un peu plus tard, nous commencerons à faire de la constitution de palettes », a déclaré Blankespoor. Mais il lui reste encore quelques itérations à faire d'ici là, puisque ce que nous voyons actuellement n’est que le prototype de Stretch.

« Les entrepôts ont du mal à répondre à une demande qui augmente rapidement alors que le monde s'appuie davantage sur la livraison de marchandises en flux tendu », a déclaré dans un communiqué de presse Robert Playter, PDG de Boston Dynamics. « Les robots mobiles permettent de déplacer les matériaux de manière flexible et d'améliorer les conditions de travail des employés. Stretch combine les avancées de Boston Dynamics en matière de mobilité, de perception et de manipulation pour s'attaquer aux tâches de manutention de caisses les plus difficiles et les plus sujettes aux blessures, et nous sommes impatients de le voir mis au travail ».

Mais selon un commentateur, ce genre de robot menace certains emplois humains : « Nous sommes à 10-15 ans de l'élimination d'un secteur entier d'emplois de cols bleus, de l'emballage à la conduite et au déballage ». D’après un autre, Amazon pourrait s’en servir pour donner une bonne leçon aux employés partisans de la syndicalisation : « Jeff vient de trouver la réponse à ce mouvement de syndicalisation d'Amazon ». Selon différents rapports, Amazon lutte depuis toujours pour empêcher ses employés du monde entier de se syndiquer.

Un commentateur semble se préoccuper de l’autonomie de Stretch. En effet, le bras est doté d'un ensemble de ventouses à son extrémité « qui soulève des charges assez lourdes. C'est beaucoup de vide à générer. J'aimerais vraiment connaître l'autonomie de ce truc avant de devoir le recharger ». Mais selon la société, la base géante signifie également qu'il y a beaucoup de place pour la batterie, suffisamment pour alimenter Stretch pendant un quart de travail de 8 heures, ou jusqu'à 16 heures avec « l'option d'autonomie étendue ».

Sources : Vidéo YouTube, Communiqué de presse

Et vous ?

Que pensez-vous du nouveau robot de Boston Dynamics ?
Stretch est-il vraiment adapté aux travaux dans les entrepôts, selon vous ?
Selon le PDG de BD, « Les robots mobiles permettent… d'améliorer les conditions de travail des employés ». Quel est votre commentaire sur cet avis ?

Voir aussi :

L'entreprise américaine Boston Dynamics a officiellement lancé la commercialisation de son robot Spot, à travers un programme de leasing
Spot, le chien robot de Boston Dynamics, armé au nom de l'art. Des individus lui rattachent un pistolet de paintball contrôlable à distance, pour laisser entrevoir les dangers de l'automatisation
Spot, le chien robot de Boston Dynamics, armé au nom de l'art. Des individus lui rattachent un pistolet de paintball contrôlable à distance, pour laisser entrevoir les dangers de l'automatisation
Amazon envoie des instructions "Votez NON" aux employés dans le cadre de l'élection syndicale, et leur demande d'utiliser une nouvelle boîte aux lettres qui les met mal à l'aise

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/04/2021 à 12:14
Après le robot chien à 78000 $ qui ne sert à rien, voilà le robot "gadget" qui ne correspond à aucun besoin logistique...

Le propre de la logistique est de faciliter le transport des biens à travers le monde entier: Tous les envoyeurs, tous les destinataires et tous les intermédiaires doivent être équipés des mêmes moyens de manipulation de biens.

C'est pour cela que la solution se compose d'une palette en bois (dont les dimensions sont identiques dans le monde entier) qui accueille des biens filmés et étiquettés de codes-barres selon des normes internationales style GS1; Palette manipulable via un transpalette (manuel ou motorisé). Les transports internationaux sont réalisés à l'aide de conteneur tout aussi normalisé.

Pourquoi ces solutions et pas d'autres? Tout simplement parce que cela correspond aux besoins de tous au coût le plus faible!

Pour cette raison, les tag RFID n'ont jamais remplacé les codes barres sur les emballages (même si un tag RFID ne coûte qu 10 centimes d'euro/pièce, l'impression d'un code barre ne coûte rien!) et ce robot "gadget" ne restera qu'un succès youtube!

Pour info réussir à déplacer 800 cartons/heures n'a rien de révolutionnaire. 800 cartons, c'est 8 palettes de 100 cartons ou au pire 80 palettes de 10 cartons... Un chauffeur même aviné vous décharge cela en moins de 1/2 heure avec un bête transpalette manuel Un transpalette qui ne tombe jamais en panne et qui peut attendre des mois au fond d'un hangar sans qu'il soit nécessaire de recharger ses batteries toutes les nuits.

Prix d'achat d'un transpalette??? A partir de 300 euro!

7  1 
Avatar de archqt
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 03/04/2021 à 18:07
Très intéressant mais il y a déjà des robots pour cela dans le usines.
2  0 
Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 03/04/2021 à 18:34
Je n'ai jamais vue de déchargement par camion de ce genre autrement que par palette ou équivalent (apres je ne dis pas que ça n'existe pas). En plus le robot a l'air de les retourner dans tout les sens ce qui n'est pas génial et il faut espérer que le carton tienne bon. Pour les centres de stockage ou on a un contrôle sur ce qu iva être manipulé par contre, je ne dis pas.
1  0