IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Boston Dynamics condamne la militarisation des robots et s'engage à ne pas le faire avec ses propres robots,
L'entreprise estime que cela introduit de nouveaux risques de dommages pour l'humanité

Le , par Bill Fassinou

0PARTAGES

7  0 
Dans une lettre ouverte publiée aujourd'hui, Boston Dynamics s'engage, aux côtés de cinq autres sociétés de robotique, à ne pas soutenir l'utilisation de ses produits à des fins militaires et appelle les autres entreprises du secteur à faire de même. Les cinq autres cosignataires de la lettre sont : Agility, ANYbotics, Clearpath Robotics, Open Robotics et Unitree Robotics. Le groupe soutient que l'ajout d'armes létales à des robots téléguidés à distance introduits de nouveaux risques de dommages et soulève des préoccupations éthiques. Cette lettre intervient à un moment où de plus en plus de personnes s'amusent à monter des fusils de précision sur les robots.

Boston Dynamics, basé à Waltham dans le Massachusetts, construit des robots de mobilité depuis bientôt trente ans, car les tâches "ennuyeuses, sales et dangereuses" ne se déroulent pas dans une salle blanche stérilisée. L'entreprise souhaite que les robots aillent là où les humains vont, et son robot Spot est la représentation la plus connue de cet objectif de mobilité. Spot est un robot quadrupède doté de capacités remarquables et d'une grande mobilité. Boston Dynamics déclare qu'il "n'autorisera pas et ne s'associera pas avec ceux qui souhaitent utiliser les robots de l'entreprise comme des armes ou des systèmes autonomes de ciblage".

Les robots, comme les drones avant eux, ont un large éventail d'utilisations pacifiques et même pour sauver des vies, mais ils peuvent également être transformés en machines de guerre. La lettre ouverte d'aujourd'hui souligne l'érosion de la confiance des consommateurs dans les robots comme l'une des raisons de ne pas les autoriser à être utilisés comme armes. Cette lettre intervient dans un contexte d'inquiétude croissante face à la prolifération de systèmes robotiques avancés tels que Spot de Boston Dynamics et Digit d'Agility. Le PDG de Boston Dynamics, Robert Playter, a déclaré que l'inquiétude ne cesse de grandir depuis quelques années.



Dans leur lettre, les signataires ont déclaré : « nous pensons que l'ajout d'armes à des robots commandés à distance ou de manière autonome - largement disponibles pour le public et capables de se rendre dans des endroits auparavant inaccessibles, où les gens vivent et travaillent - soulève de nouveaux risques de dommages et de graves problèmes éthiques. Les applications armées de ces robots nouvellement capables d'agir nuiront également à la confiance du public dans la technologie, au détriment des avantages considérables qu'ils apporteront à la société ». Des œuvres de fiction comme Black Mirror ont montré certains de ces risques.

En outre, des efforts palpables comme le chien de l'entreprise Ghost Robotics équipé d'un fusil de précision ont déclenché des signaux d'alarme importants pour beaucoup. Après qu'un collectif d'artistes a monté un pistolet de paintball à l'arrière du Spot, un représentant de Boston Dynamics a déclaré : « ils sont venus nous voir avec l'idée de réaliser un projet créatif avec le robot Spot. C'est un groupe de gars créatifs, qui ont fait un tas de choses créatives. Dans nos conversations, nous avons dit que si vous voulez coopérer avec nous, nous voulons qu'il soit clair que les robots ne seront pas utilisés d'une manière qui pourrait blesser les gens ».

De son côté, Ghost Robotics, qui a sa propre vision du sujet, a déclaré : « nous ne fabriquons pas les charges utiles. Allons-nous promouvoir et faire de la publicité pour l'un de ces systèmes d'armes ? Probablement pas. Il est difficile de répondre à cette question. Comme nous vendons aux militaires, nous ne savons pas ce qu'ils en font. Nous n'allons pas dicter à nos clients gouvernementaux la façon dont ils utilisent les robots. Nous traçons la ligne sur l'endroit où ils sont vendus. Nous vendons seulement aux États-Unis et aux gouvernements alliés. Nous ne vendons même pas nos robots aux clients d'entreprise dans les marchés adverses ».

« Nous recevons beaucoup de demandes de renseignements sur nos robots en Russie et en Chine. Nous ne livrons pas là-bas, même pour nos clients d'entreprise », a ajouté l'entreprise. Ghost Robotics n'est pas un signataire de la lettre ouverte d'aujourd'hui et comme vous pouvez le remarquer, l'entreprise, basée à Philadelphie, en Pennsylvanie, n'entend pas suspendre la vente de ses robots aux militaires. Playter a déclaré que le public continuera à se méfier des robots tant que la possibilité qu'ils soient armés existe : « pour que cette technologie soit largement acceptée dans la société, le public doit savoir qu'il peut lui faire confiance ».

« Et cela signifie que nous avons besoin d'une politique qui interdit aux mauvais acteurs de l'utiliser à mauvais escient », a-t-il ajouté. Quant à Boston Dynamics, les conditions générales de vente de ses robots précisent qu'ils ne peuvent pas être utilisés comme armes, sinon Boston Dynamics "atténuera ce mauvais usage". Cela dit, les fabricants de contrefaçons de ces robots populaires ne sont toutefois pas tenus de respecter les règles de Boston Dynamics. Plusieurs robots qui ressemblent à des membres de la famille des robots Spot sont disponibles à la vente. On peut d'ores et déjà voir des vidéos de robots chiens équipés de mitraillettes.

Certains les appellent de manière appropriée "Skynet", en référence à un ordinateur intelligent qui tente de détruire l'humanité dans le film américain de science-fiction Terminator. La vidéo ci-dessus montre un robot se déplaçant autour d'une série de cibles et les frappant avec succès avec une volée de balles. Les groupes de défenses et des experts en éthiques de l'IA dénoncent ce comportement et appellent à l'action. À l'heure actuelle, la technologie d'un robot de type Terminator et l'IA nécessaire pour le contrôler semblent avoir plus de cinq ans devant elle, mais le scénario semble un peu plus plausible après avoir regardé cette vidéo.

Dans la lettre ouverte d'aujourd'hui, Boston Dynamics, Agility, ANYbotics, Clearpath Robotics, Open Robotics et Unitree Robotics s'engagent à ne pas militariser leurs propres systèmes, tout en appelant les législateurs à "se joindre à leurs efforts pour promouvoir une utilisation sûre de ces robots et interdire leur utilisation abusive, en particulier sous la forme d'armes létales". « Nous appelons également toutes les organisations, les développeurs, les chercheurs et les utilisateurs de la communauté robotique à s'engager de la même manière à ne pas construire, autoriser, soutenir ou permettre la fixation d'armes sur ces robots ».

Source : La lettre ouverte des entreprises

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de la lettre de Boston Dynamics et ses pairs ?

Voir aussi

Boston Dynamics a lancé la commercialisation de son robot Spot pour 74 500 dollars. Extrêmement agile, le robot modulaire est conçu pour aller là où les autres robots ne peuvent s'aventurer

Intelligence artificielle : Amazon, Microsoft ou Intel seraient en bonne place pour la création potentielle de "Skynet", d'après une étude

James Howells voudrait utiliser les chiens robots de Boston Dynamics pour retrouver son disque dur contenant un code d'accès à 8 000 bitcoins, qu'il a jeté par erreur en 2013 dans une décharge

Boston Dynamics dévoile Stretch : un nouveau robot conçu pour décharger des camions, utilisant un logiciel pour détecter et déplacer jusqu'à 800 cartons par heure

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/10/2022 à 9:20
La bonne blague!

Boston Dynamics a vu le jour grâce au financement de... l'armée américaine!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Boston Dynamics a survécu pendant des années grâce à des contrats militaires, en particulier ceux de l'Agence des projets de recherche du département américain de la Défense (DARPA). Une base de données fédérale sur les contrats répertorie plus de 150 millions de dollars américains en financement de la Défense pour Boston Dynamics depuis 1994.

Boston Dynamics a d'ailleurs communiqué sur le développement d'un robot-mule destiné aux Marines us en oubliant de parler des autres développements que l'on qualifiera de "plus dangereux pour le vivant"

Lors de la présentation de son robot "SpotMini", son fondateur, Marc Raibert a déclaré à l'Associated Press qu'il n'excluait pas de futures applications militaires. Mais il a minimisé les craintes populaires voulant que ses robots puissent un jour être utilisés pour tuer. Il a même ajouté l'argument "faux-cul" par excellence: « Nous y pensons, mais c'est aussi vrai pour les voitures, les avions, les ordinateurs, les lasers ».

Donc, vu qu'une voiture peut écraser quelqu'un, le monsieur se dit que cela permet d'utiliser ses robots pour tuer... Intéressant comme argument non?
4  0 
Avatar de maxtal
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 07/10/2022 à 8:49

  1. Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger ;
  2. Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres entrent en contradiction avec la première loi ;
  3. Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n'entre pas en contradiction avec la première ou la deuxième loi.

Asimov et Campbell n'étaient peut être pas ingénieurs; mais ils avaient du bon sens. Merci à Boston Dynamics de cette prise de position, même si on peut se douter qu'avec leurs moyens, les grandes entreprises trouveront toujours un moyen de détourner d'éventuelles brides empêchant l'armement (si ça vient à être mis en place)
1  1