IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le Congrès refuse que l'armée dépense 400 Mns $ pour acheter des casques HoloLens
Mais lui accorde des millions pour une nouvelle version résolvant les problèmes qui ont rendu malades les militaires

Le , par Stéphane le calme

4PARTAGES

11  1 
Le Congrès a rejeté la demande de l'armée américaine d'acheter jusqu'à 6 900 casques basés sur la technologie HoloLens de Microsoft, selon un rapport. L'armée demandait apparemment environ 400 millions de dollars. Au lieu de cela, elle va en recevoir environ un dixième pour améliorer le système, car les versions précédentes auraient causé des « handicaps physiques affectant la mission », tels que des maux de tête et des nausées lors des tests.

HoloLens est un casque de réalité augmentée lancé en 2016 par Microsoft qui permet de simuler des hologrammes. Il a été dévoilé pour la première fois lors de la conférence Windows 10 : The Next Chapter, le 21 janvier 2015.

Le casque Microsoft HoloLens embarque un ordinateur qui tourne sous Windows et est doté de 3 processeurs. Il est capable de réaliser la simulation des holographes sans l’obligation d’être connecté à internet. HoloLens s’adapte à plusieurs domaines et suit le rythme de l’évolution du marché de la réalité augmentée. Il est en concurrence avec Oculus et HTC Vive entre autres.

Microsoft a signé pour la première fois un contrat avec l'armée pour développer des lunettes HoloLens modifiées pour le combat fin 2018. L'accord, d'une valeur de 480 millions de dollars, a finalement conduit à des conflits internes au sein de l'entreprise, certains employés estimant que leur travail était utilisé pour propager la violence à l'étranger plutôt que d'aider les gens. La division HoloLens a également connu sa juste part d'agitation chez Microsoft, alors que le créateur des lunettes AR, Alex Kipman, a quitté l'entreprise en juin après que des allégations de harcèlement sexuel ont fait surface.

En fin de compte, la pression de l'intérieur n'a pas empêché l'accord militaire de se produire. Le PDG de Microsoft, Satya Nadella, a défendu la décision au début de 2019, affirmant qu'il s'agissait d'une « décision de principe » prise pour aider à « protéger les libertés dont nous jouissons ». Selon un rapport, l'armée pourrait dépenser jusqu'à 21,9 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie pour le programme IVAS, en tenant compte des coûts de maintenance.

L'armée a déclaré en octobre 2021 qu'elle devrait cependant retarder le déploiement de l'appareil, en attendant une évaluation plus approfondie par le Pentagone.

Les lunettes de réalité augmentée, une version personnalisée des lunettes HoloLens, offrent à l'utilisateur un « affichage tête haute », ce qui signifie qu'un hologramme est placé sur son environnement, lui donnant plus d'informations sur ce qu'il peut déjà voir.

La commande de 5 000 lunettes avait été initialement passée en mars 2021, mais avait été suspendue en raison de préoccupations concernant leurs performances. Un test final sur les lunettes n'était pas attendu avant octobre 2022, mais Bush a déclaré à ce moment-là : « L'armée reste convaincue que le programme réussira ».

Un rapport d'audit du 22 avril du Bureau de l'inspecteur général du ministère de la Défense a exercé une pression supplémentaire sur le projet en constatant que l'armée n'avait pas défini de produit minimalement viable en termes de ce que les soldats accepteraient. « L'achat d'IVAS sans obtenir l'acceptation des utilisateurs pourrait entraîner un gaspillage jusqu'à 21,88 milliards de dollars de fonds publics pour mettre en place un système que les soldats pourraient ne pas vouloir utiliser ou ne pas utiliser comme prévu », indique le rapport.


Les IVAS peinent à convaincre les militaires

Le rapport de 79 pages, obtenu par Bloomberg, sur les tests pilotes de HoloLens par l'armée américaine est désigné comme étant « Information contrôlée non classifiée » et n'a pas été rendu public.

Mais un résumé, par Nickolas Guertin, directeur des tests et de l'évaluation des opérations du ministère de la Défense, décrit des tests entraînant des « handicaps physiques affectant la mission », en particulier des maux de tête, une fatigue oculaire et des nausées. Le résumé indique que plus de 80 % des soldats qui ont ressenti une gêne avec la version personnalisée du casque de Microsoft ont présenté des symptômes dans les trois heures. Du côté de Bloomberg, il n'est pas indiqué quel pourcentage de testeurs HoloLens ont globalement ressenti de l'inconfort.

L'acceptation de la technologie « reste faible », selon un résumé préparé pour les responsables de l'armée et du département de la Défense, les soldats se plaignant que les casques ne « contribuent pas à leur capacité à mener à bien leur mission ».

Un des testeurs estime que « les appareils nous auraient tués ». En cause, la lumière émise par les IVAS, qui donnent l’emplacement de leur porteur à « des centaines de mètres ». Les testeurs ont également constaté que le champ de vision des soldats, y compris la vision périphérique, est limité lorsque le casque est allumé, et que l'encombrement et le poids de l'appareil limitent les mouvements du soldat.

Le Congrès s'en mêle

Ce sont ces résultats qui auraient conduit à ce que le budget des nouveaux casques, appelés Integrated Visual Augmentation Systems ou IVAS par l'armée, ne soit pas inclus dans la facture de dépenses du gouvernement de 1 750 milliards de dollars. L'armée dit qu'elle prévoit de les corriger, cependant, avec une version 1.2 qui inclura « une nouvelle forme » destinée à traiter les symptômes physiques, ainsi qu'un « affichage tête haute à profil bas avec contrepoids distribué pour une interface utilisateur améliorée et confort » en plus des améliorations logicielles.

Dans un communiqué publié plus tôt ce mois-ci, l'armée a déclaré qu'elle passerait des commandes pour les casques 1.2 IVAS terminés « après qualification et tests opérationnels ». Jusqu'à présent, environ 1 000 soldats ont fourni des commentaires basés sur 100 000 heures de test avec les versions précédentes :

Citation Envoyé par Armée américaine
Le 20 décembre 2022, l'armée américaine a attribué une commande à Microsoft Corporation pour développer la variante 1.2 du système d'augmentation visuelle intégré.

Cette commande de tâche est la dernière étape du processus qui a commencé en mars 2021, lorsque l'armée a attribué à Microsoft un accord de production à prix ferme avec une Other Transaction Authority pour la fabrication d'IVAS [ndlr. une Other Transaction Authority, ou OTA, est le terme couramment utilisé pour désigner l'autorité du ministère de la Défense (DoD) pour réaliser certains prototypes, projets de recherche et de production. Les autres autorités de transaction (OT) ont été créées pour donner au DoD la flexibilité nécessaire pour adopter et incorporer des pratiques commerciales qui reflètent les normes et les meilleures pratiques de l'industrie commerciale dans ses instruments d'attribution]. En vertu de cet accord, l'armée envisageait d'améliorer le système par le biais d'un processus itératif, et cet ordre de tâche fournira des améliorations basées sur les événements de test terminés.

L'IVAS fournira aux soldats un seul appareil pour combattre, répéter et s'entraîner en intégrant des outils de connaissance de la situation de nouvelle génération. À ce jour, l'armée a mené plus de 30 événements de test de soldat et plus de 100 sous-tests techniques, avec plus de 1 000 soldats contribuant près de 100 000 heures de commentaires des utilisateurs IVAS. Ces tests ont validé les progrès continus du système tout en identifiant les domaines nécessitant des améliorations ciblées.

L'IVAS commencera la mise en service incrémentielle en septembre 2023. L'IVAS 1.0 fournit une capacité de combat de base, et l'IVAS 1.1 dispose d'un capteur de faible luminosité amélioré pour faciliter les manœuvres et l'identification positive de la cible. En plus des améliorations d'IVAS 1.1, IVAS 1.2 inclura une nouvelle forme pour répondre à l'intégration des systèmes humains, y compris les impacts physiologiques identifiés lors des tests, et un affichage tête haute à profil bas avec contrepoids distribué pour une interface utilisateur et un confort améliorés. IVAS 1.2 comprendra également des améliorations logicielles pour une fiabilité accrue et une demande de puissance réduite.

Les commandes de livraison pour les systèmes de production IVAS 1.2 seront passées après la qualification et les tests opérationnels.

L'armée continuera de travailler avec son partenaire industriel IVAS, Microsoft, pour exécuter le programme IVAS de manière rapide et innovante. Le processus de développement itératif et axé sur les commentaires des soldats pour IVAS se traduira par la mise en service d'une capacité substantielle plusieurs années avant les délais du programme d'acquisition traditionnel. L'armée est pleinement engagée envers l'IVAS et la capacité d'avance qu'elle offrira aux soldats pour l'emporter sur le champ de bataille.
Selon Bloomberg, Microsoft a accordé environ 125 millions de dollars pour développer la version 1.2, en plus des 40 millions de dollars récemment approuvés par le Congrès.

Des symptômes qui ne sont pas propres à IVAS, même s'ils sont considérés comme « mauvais » sur le baromètre SSQ

L'une des raisons pour lesquelles les soldats pourraient se méfier du matériel de Microsoft est le potentiel de nausée et de désorientation. Une méta-analyse de 2020 de la maladie induite par la réalité virtuelle a révélé que les participants à la réalité virtuelle avaient un score moyen « relativement élevé » au Simulator Sickness Questionnaire (SSQ) de 28.

SSQ est un framewok développé pour les simulateurs de vol militaires qui évalue les personnes en fonction des symptômes (par exemple, fatigue, maux de tête, fatigue oculaire) associés à des scores pondérés.

« En général, des scores plus élevés sur chaque échelle indiquent des perceptions plus fortes des symptômes sous-jacents de la maladie et sont donc indésirables », explique un article de 2020 sur la notation SSQ. « Sur la base d'un large échantillon de données SSQ recueillies auprès de pilotes militaires, il est suggéré que les scores totaux peuvent être associés à des symptômes négligeables (< 5), minimes (5 - 10), significatifs (10 - 15) et préoccupants (15 - 20 ). Un simulateur dont les scores totaux sont supérieurs à 20 est considéré comme "mauvais" ».

Certaines activités comme les jeux ont produit des scores SSQ plus élevés (34) tandis que d'autres comme le contenu scénique (17) ont été mieux tolérés, selon la méta-analyse. Le temps d'exposition à la réalité virtuelle entre également en jeu : une étude de 2017 sur un environnement de montagnes russes virtuelles a révélé que près des deux tiers des participants ne pouvaient pas supporter 14 minutes d'exposition.

La réalité augmentée (AR), ou réalité mixte comme l'appelle Microsoft, a un effet différent, car une partie du monde réel passe à travers, ce qui diminue la probabilité de désorientation. Cependant, une étude de 2020, The Psychometrics of Cybersickness in Augmented Reality, a examiné la différence entre une tablette et un HoloLens pour fournir des soins tactiques aux blessés au combat – l'une des raisons pour lesquelles le ministère de la Défense s'intéresse à l'AR/VR – et a constaté que le casque de Microsoft peut également provoquer des cybermalaises.

Sources : Bloomberg, communiqué de l'armée américaine

Et vous ?

Que pensez-vous de la réalité mixte lors d'une opération militaire sur le terrain ? Pratique ou pas ?
Les problèmes soulevés par les militaires vous surprennent-ils ?

Voir aussi :

Des services Azure cloud de Microsoft inaccessibles en Europe, Asie et Amérique pendant 14 h à cause de 3 bogues dans son service d'authentification
Windows 10 : L'office fédéral allemand pour la sécurité de l'information publie une analyse des fonctions de télémétrie, mises en œuvre par Microsoft
Microsoft envisage de créer un tableau de bord des bogues pour Windows 10 afin de faciliter la tâche aux utilisateurs
Microsoft devient la société la plus précieuse au monde devant Apple et Amazon, après les avoir surpassés en capitalisation boursière
Microsoft va ouvrir une région Azure en Afrique « d'ici quelques semaines », les datacenters seront à Johannesburg et Cape Town

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 14/01/2023 à 15:26
Citation Envoyé par Cpt Anderson Voir le message
Vive le progrès.
Vive le business surtout.

Que pensez-vous de la réalité mixte lors d'une opération militaire sur le terrain ? Pratique ou pas ?
Pas au point mais cela pourrait surtout aider les tireurs d'élite.

Les problèmes soulevés par les militaires vous surprennent-ils ?
Au delà des questions de nausées et de fatigues, je suis surpris que celles d'encombrement soient toujours un souci.
0  0 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 16/01/2023 à 14:46
Citation Envoyé par marsupial Voir le message
Pas au point mais cela pourrait surtout aider les tireurs d'élite.
Pas que. Déjà la réalité augmentée fait déjà parti du quotidien de beaucoup de pilotes de chasse, on peut imaginer la même chose pour les pilotes de n'importe quel engin (véhicule de transport de troupe, char de cavalerie, char d'artillerie...)

De manière générale, les véhicules sont équipés de capteurs bien supérieurs à ce que peut embarquer un fantassin. je pense en particulier à la boule de SAFRAN qui est capable de repérer des coups de feux à plusieurs kilomètre, les géolocaliser précisément et même déterminer le type d'arme et donc émettre une probabilité allié/ennemi.
Si un fantassin à portée radio reçoit ce genre de notification directement dans la vision, ça peut vraiment être utile. Au même titre, tout simplement, qu'une minimap...
Le fantassin pourrait, par exemple avec un fusil équipé d'une lunette FELIN ( en particulier télémétre + géoréférencement), remonter aussi directement la position des ennemis observés et les partager plus précisément qu'avec un ordre vocal

Le prérequis de tout ça est évidement que ces fonctions en plus ne détériore aucune capacité du soldat. Force est de constater que ce n'est pas le cas pour le moment avec du matériel généraliste, mais vu que c'est utilisé dans les avions de chasses, pour moi c'est parfaitement raisonnable de penser que c'est atteignable à moyen terme, peut-être même à court terme.
0  0