IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'armée américaine envisagerait d'équiper des chiens-robots semi-autonomes d'une nouvelle génération d'armes de combat,
Dans le but de les déployer avec les soldats sur les théâtres d'opérations

Le , par Mathis Lucas

6PARTAGES

4  0 
L'armée américaine poursuit ses expérimentations en matière d'armes létales autonomes. Un nouveau rapport indique qu'elle envisage d'armer des chiens-robots de type Spot avec son dernier fusil d'infanterie afin d'aider les soldats dans des scénarios de combat rapproché. Un véhicule sans pilote quadrupède Vision 60 fabriqué par Ghost Robotics est déjà équipé de capteurs pour surveiller son fonctionnement lors de missions de reconnaissance et autres. L'armée envisage également de monter le nouveau fusil "Sig Sauer XM7", connu sous le nom de "Next Generation Squad Weapon", sur le robot. Les experts continuent de mettre en garde contre ce type de développement.

Bhavanjot Singh, directeur technique scientifique senior au Combat Capabilities Development Command (DEVCOM) de l'armée américaine, a évoqué pour la première fois la possibilité d'armer le robot quadrupède Vision 60 Q-UGV avec le fusil d'assaut "Sig Sauer XM7" lors d'une réception fin juillet avec des législateurs à Washington, D.C. Selon certains rapports, l'armée a déjà expérimenté le montage d'une carabine M4A1 sur ce robot. Mais l'essai de la nouvelle carabine Sig Sauer XM7 marquerait une nouvelle frontière dans l'utilisation des robots autonomes destinés à épauler les soldats sur les théâtres d'opérations et dans les combats rapprochés.

« La capacité unique du chien est de pouvoir traverser différents types de terrain que les véhicules à roues ne peuvent pas forcément emprunter », aurait déclaré Singh aux législateurs en faisant référence aux chiens-robot Vision 60 Q-UGV. Interrogé sur les remarques de Singh, le porte-parole du DEVCOM, Tim Ryder, a déclaré que le "Army Futures Command" (une initiative publique-privée qui gère des projets de modernisation de l'armée américaine) continue d'explorer l'application de l'intégration homme-machine, tout en avertissant que le développement d'un prototype ne signifie pas que les chiens-robots armés seront déployés sur le terrain.


« Bien que les démonstrations de technologies avancées nous permettent d'explorer le domaine du possible en ce qui concerne les capacités de transformation pour les futures formations de combat, elles ne représentent pas nécessairement des programmes de recherche ou des investissements formels à l'échelle du service ni n'en résultent », a déclaré Ryder. Le XM7 (d'un calibre de 6,8 mm) et son arme sœur, le fusil automatique XM250, ont été adoptés dans le cadre du programme NGSW en 2022 pour remplacer respectivement la carabine M4 et l'arme automatique de peloton M249 dans les arsenaux de l'armée au cours de la prochaine décennie.

Bien qu'il soit déjà populaire au sein des forces d'opérations spéciales américaines, des sources ont précédemment rapporté que certains soldats s'inquiétaient du fait que le XM7 soit trop grand et trop lourd pour fonctionner efficacement comme un fusil d'infanterie standard. Entre-temps, les chiens-robots, tels que le Vision 60 Q-UGV, sont devenus très courants au sein de l'armée américaine, remplissant des rôles comme l'amélioration de la sécurité du périmètre de diverses installations, le renforcement des capacités de renseignement, de surveillance, d'acquisition de cibles et de reconnaissance (ISTAR) pour les troupes dans des environnements éloignés.

Ces chiens-robots exécuteraient même parfois certaines tâches de neutralisation des explosifs et munitions à la demande de leurs opérateurs en uniforme. Cependant, le chien-robot n'est pas le seul engin autonome que les États-Unis tentent de transformer en arme redoutable. Récemment, un rapport a signalé que l'armée de l'air américain teste un prototype de drone avec un logiciel basé sur l'IA. Selon le rapport, le drone est propulsé en vol par un moteur de fusée, peut voler sur une distance égale à la largeur de la Chine, est furtif et peut transporter des missiles capables d'atteindre des cibles ennemies bien au-delà de sa portée visuelle.

Mais ce qui distingue vraiment le drone expérimental XQ-58A Valkyrie de l'armée de l'air, c'est qu'il est géré par une IA. Il est à l'avant-garde des efforts déployés par l'armée américaine pour exploiter les capacités d'une technologie émergente dont les vastes avantages potentiels sont tempérés par de profondes inquiétudes quant au degré d'autonomie qu'il convient d'accorder à une arme létale. Valkyrie est un prototype de ce que l'armée de l'air espère voir devenir un puissant complément à sa flotte d'avions de chasse traditionnels, en donnant aux pilotes humains un essaim d'ailerons robotisés hautement compétents à déployer dans la bataille.

Sa mission est de combiner l'IA et ses capteurs pour identifier et évaluer les menaces ennemies, puis, après avoir obtenu l'aval d'un pilote, de passer à l'acte. Selon le rapport, le programme Valkyrie donne un aperçu de la manière dont le secteur de l'armement, la culture militaire, les tactiques de combat et la concurrence avec les pays rivaux sont remodelés par les progrès rapides de la technologie, notamment dans le secteur de l'IA. Les États-Unis cherchent en effet à acquérir et à maintenir un avantage en matière d'IA sur la Chine, son principal concurrent dans le domaine, ce qui a donné lieu ces dernières années à une course effrénée à l'IA.


Alors que les plateformes d'armes semi-autonomes et télécommandées sont déjà des outils bien établis dans la boîte à outils de plusieurs armées dans le monde, en particulier l'armée américaine, la perspective d'armer des chiens-robots et de les envoyer en territoire hostile aux côtés des troupes américaines a déclenché une controverse dans l'industrie de la robotique. En octobre dernier, une demi-douzaine d'entreprises de robotique, dont Boston Dynamics, ont publié une lettre appelant les armées du monde entier à s'abstenir d'armer leur technologie. Certains ont menacé les contrevenants de représailles et de poursuites en justice.

« Nous pensons que l'ajout d'armes à des robots télécommandés ou autonomes, largement accessibles au public et capables de se rendre dans des endroits auparavant inaccessibles où les gens vivent et travaillent, soulève de nouveaux risques de dommages et de graves problèmes éthiques. Les applications militarisées de ces robots nuiront à la confiance du public dans la technologie, au détriment des avantages considérables qu'ils apporteront à la société », a déclaré le groupe. Cependant, ces préoccupations n'ont pas empêché les entreprises de défense de développer de nouvelles combinaisons de robots terrestres sans pilote et de systèmes d'armes.

En octobre 2021, Ghost Robotics et SWORD International ont dévoilé un chien-robot appelé "Special Purpose Unmanned Rifle" équipé d'un fusil Creedmoor de 6,5 mm, lors de la conférence annuelle de l'Association de l'armée américaine à Washington. Un an plus tard, une vidéo virale de l'entreprise de défense chinoise Kestrel Defense montrait un véhicule aérien sans pilote larguant un chien-robot armé d'une mitrailleuse légère chinoise QBB-97 de 5,8 x 42 mm sur un toit au cours d'une simulation d'entraînement. Des amateurs d'armes à feu s'amusent également parfois à monter des fusils d'assaut sur des chiens-robots.

Par rapport aux considérations éthiques, Kathleen Hicks, secrétaire adjointe à la Défense des États-Unis, a déclaré en janvier dernier : « lorsque des versions armées seront finalement employées, le ministère de la Défense s'engage à développer et employer tous les systèmes d'armes, y compris ceux dotés de caractéristiques et de fonctions autonomes, de manière responsable et légale ». Ces propos sont toutefois controversés et les experts mettent en garde contre les dérives potentielles.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

L'armée de l'air américaine teste un prototype de drone avec un logiciel basé sur l'intelligence artificielle

Doit-on confier les décisions de vie ou de liberté à une intelligence artificielle ? Aux USA, une IA envoie des gens en prison et souvent à tort

Les États-Unis lancent une initiative sur l'utilisation de l'IA à des fins militaire dans un contexte où la Chine ambitionne de devenir la super puissance du monde en matière d'IA

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/08/2023 à 16:03
C'est comme cet épisode de Black Mirror :
Metalhead (Black Mirror)
"Metalhead" is filmed in black and white, and it follows the plight of Bella (Maxine Peake) trying to flee from robotic "dogs" after the unexplained collapse of human society. The dogs were influenced by Boston Dynamics' robots such as BigDog. Filming took place in England, with Lidar scans used for scenes from the dog's perspective. Lasting 41 minutes, "Metalhead" is the second-shortest episode behind "Mazey Day".
Les gouvernements qui développent des armes autonomes pourront les utiliser contre leur propre peuple.
En cas de révolution, par exemple si les étasuniens se rebellaient contre l'administration Biden, peut-être que l'armée refuserait de suivre les ordres (mutinerie de la Garde nationale française à Paris en juillet 1789), alors que les armes autonomes en on rien à foutre, elles suivront toujours les ordres.

Les révolutions ont lieu quand l'armée se met du côté du peuple, avec des armes autonomes ça va être plus compliqué de faire des révolutions.
3  0 
Avatar de RxB2038
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 30/08/2023 à 16:46
Quand on voit les difficultés que Tesla rencontre avec les voitures autonomes, la question que l'on est en droit de se poser au regard du déploiement des ces technologies c'est "mais qu'est-ce qui pourrais bien merder" ?

Parce qu'une chose est certaine, si ça peut, ça merdera, sauf que les bugs dans le cas de chiens robots armés de fusil d'assaut ou de drones bardés de missiles pilotés par IA, ça peut être un peu plus lourds de conséquences que "mon site web est tombé pendant 30 minutes".

Sans parler des biais racistes dans l'identification des cibles, de la généralisation des ces équipements aux forces anti-émeutes, ni du fait que James Cameron nous avait prévenus
3  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 01/09/2023 à 9:34
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
À votre avis, comment les gouvernements peuvent-ils s’assurer que l’utilisation de l’IA dans les drones militaires est responsable et éthique ?
L'important c'est de gagner la guerre, ce n'est pas d'être ethique.
Les gagnants ne sont pas jugés, les USA ne se sont jamais excusé pour avoir largué des bombes atomiques et du Napalm sur des civils.

Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Comment les militaires peuvent-ils s’assurer que les drones autonomes prennent des décisions éthiques et responsables ?
Le problème ce n'est pas les décisions que prennent les drones autonomes, le problème c'est les ordres qu'ils recoivent.

====
Pour les USA il y a un côté positif à l'utilisation de drone autonome, c'est qu'il y aura peut-être moins de militaires US qui vont se suicider.
Etats-Unis : pour un soldat mort au combat, 10 vétérans se suicident
22 suicides par jour ! Quand les dernières guerres des Etats-Unis ont coûté la vie à 4488 soldats, la vie civile a vu le suicide de 43.208 hommes et femmes anciens combattants sur 10 ans... Pour un mort sur le terrain, près de 10 anciens combattants se sont donné la mort.
Cette moyenne du nombre de décès quotidiens de vétérans a fait frémir l'Amérique quand elle l'a appris. Près de 950 tentatives par mois.
1  1