IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Tesla vous attaquera en justice pour 50 000 $ si vous essayez de revendre votre Cybertruck au cours de la première année,
Il désactive également la fonction Autopilot sur les véhicules d'occasion

Le , par Mathis Lucas

5PARTAGES

6  0 
Tesla a ajouté une nouvelle section controversée à ses conditions d'achat qui interdit aux clients qui recevront les premiers Cybertruck de revendre leurs véhicules au cours de la première année. Les clients qui envisageront néanmoins de la faire devront d'abord obtenir l'autorisation de Tesla, sans quoi la société d'Elon Musk se réserve le droit de les poursuivre en justice et pourrait leur réclamer des dommages-intérêts pouvant aller jusqu'à 50 000 dollars. Tesla n'autorise pas non plus le transfert gratuit de la fonction Autopilot à un propriétaire qui a acheté un véhicule d'occasion, affirmant que celui-ci ne peut pas utiliser les fonctions pour lesquelles il n'a pas payé.

Tesla vous interdit de revendre le Cybertruck moins d'un an après l'avoir acheté

En principe, lorsque vous achetez un véhicule et qu'il vous appartient, rien ne peut vous empêcher de le revendre à quelqu'un d'autre. Mais ce n'est pas le cas du Tesla Cybertruck. En effet, les consommateurs ayant précommandé le nouveau pickup électrique de Tesla commenceront à recevoir leurs véhicules à partir de ce mois. Mais les conditions d'utilisation du Cybertruck exigent des acheteurs qu'ils s'engagent à utiliser le véhicule pendant au moins une année avant de songer à le revendre. Les propriétaires qui ne respecteront pas cette règle s'exposent à plusieurs risques, dont des poursuites en justice et l'impossibilité d'acheter un produit Tesla à l'avenir.

[tweet]<blockquote class="twitter-tweet"><p lang="en" dir="ltr">Cybertruck arrival at <a href="https://twitter.com/ElectrifyExpo?ref_src=twsrc%5Etfw">@ElectrifyExpo</a> in Austin today<br>(Thank you CyberGus!) <a href="https://t.co/woQbLEleqV">pic.twitter.com/woQbLEleqV</a></p>&mdash; Greggertruck (@greggertruck) <a href="https://twitter.com/greggertruck/status/1723434600133972443?ref_src=twsrc%5Etfw">November 11, 2023</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>[/tweet]

La société a ajouté une section intitulée "Pour le Cybertruck uniquement" à son contrat de commande de véhicules à moteur, qui énonce les nouvelles règles suivantes : « vous comprenez et reconnaissez que le Cybertruck sera d'abord commercialisé en quantité limitée. Vous acceptez de ne pas vendre ou tenter de vendre le véhicule pensant la première année suivant la date de livraison du véhicule ». Il est clair que plusieurs clients enthousiastes du Cybertruck ne se soucieront pas de cette clause qui semble très contraignante dans une situation urgente. Et si, pour une raison ou une autre, ils doivent le revendre, Tesla décrit une façon correcte de procéder.

Tesla affirme qu'il doit être le premier acheteur potentiel du Cybertruck : « si vous devez vendre le véhicule au cours de la première année suivant sa date de livraison pour une raison imprévue, et que Tesla convient que votre raison justifie une exception à sa politique d'interdiction de revente, vous acceptez d'en informer Tesla par écrit et de donner à Tesla un délai raisonnable pour vous acheter véhicule à sa seule discrétion et au prix d'achat indiqué sur votre fiche de prix final moins 0,25 $ par mille parcouru, l'usure raisonnable et le coût de réparation du véhicule selon les normes cosmétiques et mécaniques de Tesla pour les véhicules d'occasion ».

Si Tesla refuse de racheter le véhicule à son propriétaire, il ne pourra le revendre à un tiers qu'après avoir reçu le consentement écrit de l'entreprise. En revanche, si le propriétaire néglige ou oublie toutes ces conditions, il s'expose à de nombreux risques. « Vous acceptez qu'en cas de violation de cette clause, ou si Tesla a des raisons de croire que vous êtes sur le point de violer cette clause, Tesla peut demander une injonction afin d'empêcher le transfert du titre de propriété du véhicule ou exiger de vous des dommages-intérêts d'un montant de 50 000 $ ou de la valeur reçue en contrepartie de la vente ou du transfert, le montant le plus élevé étant retenu ».

Si cela ne suffisait pas à décourager quelqu'un de revendre au cours de la première année sans autorisation, il y a une autre menace à prendre en compte : « Tesla peut également refuser de vous vendre tout véhicule futur ». L'intérêt pour ce pickup hors du commun ne manque pas. Elon Musk, PDG de Tesla, a déclaré le mois dernier que plus d'un million de clients avaient fait des dépôts pour le Cybertruck. En revanche, la capacité de production de l'entreprise ne s'élève actuellement qu'à environ 125 000 unités par an. Tesla espère porter la production annuelle à 250 000 unités d'ici à 2025. Certains analystes sont sceptiques quant à cette possibilité.

Annoncé pour la première fois en 2019, le Cybertruck est le premier nouveau produit de Tesla depuis des années, et il devrait bouleverser le marché des camionnettes électriques. La société avait initialement annoncé que le prix du camion commencerait à 39 900 dollars, mais il est probable qu'il soit beaucoup plus cher en raison des matériaux de construction onéreux. Selon les analystes, la mise à jour de l'accord d'achat du Cybertruck devrait permettre de contrecarrer les escrocs potentiels qui prévoyaient d'acheter le pickup plus tôt que prévu et de le revendre avec une majoration substantielle. Cette mise fait néanmoins l'objet de critiques.

« Laisser les entreprises s'en sortir avec de telles conneries ne fait qu'encourager les abus sur les consommateurs », a écrit un critique. Toutefois, pour d'autres critiques, il s'agit essentiellement de décourager la vente à la sauvette et soulignent que Tesla est loin d'être le premier constructeur automobile à le faire. « De nombreuses marques de luxe haut de gamme ont des règles de ce type dans leur contrat de vente. Elles visent à empêcher les revendeurs d'écouler les voitures à des fins lucratives », note un critique.

Tesla désactive la fonction Autopilot lorsque le véhicule change de propriétaire

Quelle part d'un véhicule Tesla le propriétaire possède-t-il réellement ? En effet, les véhicules Tesla sont non seulement entièrement électriques, mais l'entreprise les a conçus pour qu'ils soient évolutifs grâce aux logiciels tels que l'Autopilot et le système d'infodivertissement. Et c'est à ce niveau que se situe le problème. Étant donné le modèle d'abonnement de la plupart des logiciels utilisés par les Tesla, la revente peut s'avérer compliquée. Les fonctions logicielles de la voiture peuvent ne pas être transférables, ce qui soulève la question de savoir quelle part du véhicule électrique ils possèdent réellement. C'est notamment le cas pour la fonction Autopilot.

[tweet]<blockquote class="twitter-tweet"><p lang="en" dir="ltr">Good news for Cybertruck buyers: Tesla is contractually preventing reselling in the first year of ownership!<br><br>Tesla will receive first right of refusing to repurchase Cybertrucks. <br><br>If buyers break the contract, Tesla can sue for $50k or the profit made on the sale. <br><br>You may… <a href="https://t.co/5YPH07FAtO">pic.twitter.com/5YPH07FAtO</a></p>&mdash; Matthew Donegan-Ryan (@MatthewDR) <a href="https://twitter.com/MatthewDR/status/1723483942991614324?ref_src=twsrc%5Etfw">November 11, 2023</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>[/tweet]

L'Autopilot, dont la version avancée Full Self-Driving (FSD) coûte 15 000 dollars, n'est pas transférable lors de la revente d'un véhicule Tesla ou en cas de passage à un modèle plus récent. L'abonnement au FSD peut atteindre 199 dollars par mois. Si vous êtes abonné, en cas de revente, le nouveau propriétaire devra se procurer son propre plan. Selon les déclarations de Tesla, le nouveau propriétaire du véhicule ne peut pas utiliser les fonctions logicielles pour lesquelles il n'a pas payé. En outre, si vous avez opté pour le forfait complet, certaines sources estiment que le transfert est possible dans le cadre d'une vente privée directe au nouveau propriétaire.

Mais les choses sont floues sur le sujet. En revanche, une chose est sûre : le FSD qu'un client a acheté pour sa Tesla ne sera pas transféré à la prochaine, à supposer qu'il souhaite passer à un modèle plus récent. Il doit alors racheter le logiciel. De plus, pour des raisons de sécurité, le Supercharging et le FSD seront désactivés pour tout véhicule Tesla considéré comme une épave. Selon les analystes, c'est l'effet secondaire du fait que les voitures modernes tendent vers des ordinateurs sur pattes, ce qui rend le processus stressant tant pour l'acheteur que pour le vendeur. Et pourtant, cela semble n'avoir aucune incidence sur la demande de véhicules Tesla.

Selon les analystes, la capacité des véhicules Tesla à conserver leur valeur est sans précédent sur le marché des voitures d'occasion, même si l'on tient compte des dernières années, où les prix ont explosé. Selon un rapport publié l'année dernière par le site ISeeCars, qui suit les prix des voitures d'occasion, une Model 3 âgée d'un an ou moins a vu sa valeur de reprise bondir de 21,5 % d'une année sur l'autre. La valeur d'une Model 3 âgée de deux ou trois ans a augmenté de 18 %. Les Model S plus récentes ont vu leur valeur de revente augmenter de 36,4 %, tandis qu'une Model S de huit ans a vu sa valeur de revente augmenter de 28,8 % en 2021.

Cette augmentation des prix serait due au fait que la production est limitée et que certains clients doivent attendre plusieurs mois pour être livrés. Ainsi, les adeptes de Tesla sont prêts à payer des sommes astronomiques pour un véhicule d'occasion. En juillet dernier, Tesla a autorisé pour la première fois les propriétaires de Tesla à transférer leur pack de FSD sur un nouveau véhicule, mais, comme vous vous en doutez, l'offre était assortie de quelques réserves. L'offre n'était valable que pendant trois mois. Les propriétaires qui voulaient profiter de l'offre devaient acheter une nouvelle Tesla et en prendre livraison avant le 30 septembre 2023.

Tesla avait également précisé que la capacité FSD ne peut être transférée qu'une seule fois et qu'elle ne peut pas être transférée à une autre personne ou à un autre véhicule, même si le véhicule est vendu à titre privé. Le transfert n'était pas non plus réversible, de sorte que si vous demandez le transfert de la capacité FSD et que vous décidez ensuite que vous ne voulez pas de cette nouvelle Tesla, vous perdrez également le FSD dans le processus. De plus, les propriétaires devaient prendre cette décision avant d'obtenir la nouvelle Tesla, et non après. Tesla avait refusé d'autoriser l'application de l'offre rétroactivement après la livraison du véhicule.

Source : Tesla (PDF)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de la clause relative à l'achat et la revente du Cybertruck de Tesla ?
Est-ce un abus sur le consommateur comme certains le prétendent ? Pourquoi ?
Quel est votre avis sur l'impossibilité de transférer le logiciel FSD des véhicules Tesla ?
Ce comportement est-il conforme aux lois sur la consommation ? Pourquoi ?
Selon vous, les capacités du FSD valent-ils réellement le prix de 15 000 dollars ? Pourquoi ?

Voir aussi

Tesla se prépare à son premier procès impliquant un accident mortel lié à l'Autopilot, dans ce qui sera probablement un test majeur des affirmations d'Elon Musk au sujet de la technologie

Un ingénieur de Tesla affirme que le terme "Full Self-Driving" n'implique pas l'autonomie et ne constitue pas une exagération des capacités du logiciel, mais cette déclaration est controversée

Un ingénieur Tesla témoigne que la vidéo de 2016 faisant la promo de la conduite autonome du véhicule était truquée, pendant un procès impliquant la mort d'un individu suite aux erreurs d'Autopilot

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de smobydick
Membre averti https://www.developpez.com
Le 13/11/2023 à 18:46
Tesla se la joue Ferrari maintenant.
1  0 
Avatar de Leruas
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 14/11/2023 à 23:27
Comment Tesla pourra vérifier que cela a changé de propriétaire ?
Si le vendeur vend le compte utilisateur Tesla avec (en utilisant une adresse email non nominative par exemple), comment Tesla pourra détecter le changement ?
0  0