IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les entreprises d'implants cérébraux s'empressent pour implanter leurs dispositifs dans le cerveau de sujets humains,
Malgré les préoccupations liées à la sécurité et à l'éthique

Le , par Mathis Lucas

26PARTAGES

5  0 
Le domaine des implants cérébraux devient de plus en plus compétitif et l'on note l'arrivée de nouveaux acteurs qui accélèrent le rythme de l'innovation. Si Elon Musk, avec son entreprise Neuralink, était jusque-là l'investisseur le plus en vue du secteur, il n'est plus le seul désormais. Le secteur des interfaces cerveau-ordinateur (ICO) a suscité l'intérêt du public et des investisseurs ces dernières années et un certain nombre d'entreprises, comme Synchron et Forest Neurotec, développent de petites puces électroniques implantables dans le cerveau humain. Mais ces entreprises n'ont pas encore apporté des réponses convaincantes aux préoccupations relatives à la sécurité et à l'éthique.

Interfaces cerveau-ordinateur (ICO) : le nouveau terrain de jeu des investisseurs

Pour faire simple, une interface cerveau-ordinateur (ICO) est un système informatique qui acquiert des signaux cérébraux, les analyse et les traduit en commandes qui sont transmises à un dispositif de sortie pour effectuer une action souhaitée. Elle n'utilise donc pas les voies de sortie normales du cerveau que sont les nerfs périphériques et les muscles. L'origine des ICO remonte aux années 1970, lorsque les premiers dispositifs ont été testés sur des animaux de laboratoire. Au fil des années, elles sont devenues plus sophistiquées et visent à permettre aux paralytiques de bouger des bras robotisés, de jouer à des jeux vidéo et de communiquer avec leur esprit.


Neuralink, une startup américaine de neurotechnologie fondée par Elon Musk en 2016, a annoncé en septembre avoir achevé les tests sur les animaux et obtenu le feu vert des autorités pour commencer les tests de ses implants cérébraux sur les humains. Neuralink vise initialement à permettre aux personnes paralysées de contrôler un curseur ou un clavier par la seule force de leur pensée, aider les personnes souffrant de maladies neurodégénératives ou de troubles mentaux… Mais ce n'est pas tout. Musk a déclaré qu'il souhaite à terme fusionner les humains avec l'IA dans le but d'augmenter les capacités cognitives, sensorielles ou émotionnelles des humains.

En attendant, le secteur est devenu plus compétitif et certains acteurs testent déjà leurs implants cérébraux. Cette année, Synchron, un rival de Neuralink, a démontré la sécurité à long terme de son implant chez les patients. D'autres startups ont testé de nouveaux dispositifs sur des sujets humains, tandis que de nouvelles entreprises sont apparues sur la scène. Parmi elles, on peut citer Motif Neurotech et Forest Neurotech. Face à la concurrence, Neuralink accélère le pas et lève de nouveaux fonds. Des documents déposés auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis montre que l'entreprise a levé récemment 43 millions de dollars.

Cela porte à plus de 323 millions de dollars le montant total des fonds levés par Neuralink. Selon certains rapports, les investissements publics, en particulier ceux de la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) des États-Unis et de la Brain Initiative des National Institutes of Health, ont également contribué à faire avancer le domaine. Cette dernière aurait injecté plus de 3 milliards de dollars dans la recherche en neurosciences depuis son financement initial en 2014. En outre, Synchron, basé à New York, aurait levé environ 145 millions de dollars depuis sa création en 2016. L'entreprise a pris de l'avance sur Neuralink dans les tests sur les humains.

« La science et la technologie ont atteint un niveau de maturité tel que nous pouvons commencer à avoir des effets réels et spectaculaires sur la condition humaine. Des gens comme Elon Musk reconnaissent ces points d'inflexion et investissent des capitaux pour les commercialiser », affirme Jacob Robinson, PDG et fondateur de la startup Motif Neurotech et professeur d'ingénierie à l'université Rice. Selon Sumner Norman, cofondateur de la startup Forest Neurotech, l'on pourrait être amené à penser qu'il s'agit d'une année de rupture pour le secteur de la neurotechnologie. Mais il affirme qu'il s'agit de résultat de décennies de travail dans le milieu universitaire.

Les fabricants d'implants cérébraux s'attaquent aux maladies neurodégénératives

Les startups de neurotechnologie tentent aujourd'hui de créer des systèmes sans fil avec des implants plus petits, plus souples ou capables de capturer plus de données neuronales que le système rigide "Utah array" en forme de peigne qui a été le pilier de la recherche sur les ICO. Par exemple, Synchron développe un implant cérébral semblable à un stent. En janvier, Synchron a publié des données clés concernant quatre patients paralysés en Australie, montrant que son dispositif cérébral est capable de transmettre en toute sécurité des signaux neuronaux depuis l'intérieur d'un vaisseau sanguin dans le cerveau pendant un an, sans effets secondaires graves.

La qualité du signal est également restée stable pendant les 12 mois de l'étude. L'appareil aurait permis aux participants d'envoyer des SMS, d'envoyer des courriels et de naviguer sur Internet. Selon les experts, sa nouveauté réside dans le fait qu'il ne nécessite pas d'opération à cerveau ouvert. Il est implanté par une fente à la base du cou et remonté par la veine jugulaire dans le cortex moteur, la partie du cerveau qui dirige les mouvements. Le dispositif est alimenté par une petite batterie placée sous la peau de la poitrine. Synchron aurait posé des implants à dix patients, dont six dans le cadre d'un essai de faisabilité aux États-Unis soutenu par la Brain Initiative.

Cette année, d'autres startups ont mené des expériences sur l'homme avec de nouveaux dispositifs. Au printemps, la société Precision Neuroscience, basée à New York, a posé son implant cérébral sur trois personnes pendant environ 15 minutes. Les patients subissaient une opération du cerveau pour d'autres raisons - deux étaient éveillés à ce moment-là - et Precision voulait voir si son implant pouvait lire, enregistrer et cartographier avec succès l'activité électrique de la surface du cerveau. La startup a depuis effectué des tests similaires sur deux autres patients et a déclaré qu'elle prévoit d'étendre l'étude à d'autres sites au cours de l'année prochaine.

Dans un premier temps, Precision prévoit d'utiliser son implant pour aider les personnes paralysées à utiliser un ordinateur et à communiquer numériquement. À terme, elle entend traiter une série de maladies neurologiques et neurodégénératives, dont l'anxiété, la dépression et la démence. La startup Motif Neurotech s'attaque aussi aux maladies mentales. Son appareil est conçu pour émettre des impulsions de stimulation électrique afin de rétablir une activité saine des circuits. Une future version lira les données relatives à l'état du cerveau et y réagira. Elle teste depuis septembre son dispositif sur un patient qui a subi l'ablation d'une tumeur cérébrale.

Le dispositif de Motif Neurotech s'insère dans le crâne juste au-dessus de la dure-mère, la membrane protectrice qui enveloppe le tissu cérébral. Le dispositif ciblera le cortex préfrontal, qui est altéré chez les patients souffrant de troubles dépressifs majeurs. L'implant est alimenté par une technologie magnétoélectrique sans fil qui élimine le besoin d'une batterie. Un capuchon spécial porté pendant environ 20 minutes par jour recharge le stimulateur.

Les ICO suscitent des inquiétudes relatives à l'éthique et à la sécurité de la technologie

L'une des principales préoccupations relatives aux implants cérébraux est qu'ils peuvent endommager le tissu cérébral. Le cerveau humain est très sensible, même une petite lésion peut causer des dommages permanents ou la mort. Ainsi, si la puce cérébrale est implantée d'une manière incorrecte, elle peut entraîner des infections et des inflammations dans le cerveau. Cela peut augmenter le risque de développer plus tard dans la vie une maladie neurodégénérative (une catégorie de maladies que les entreprises cherchent à combattre). Par exemple, lors d'essais sur des animaux, Neuralink aurait causé la mort de plus d'un millier d'entre eux en quatre ans.

Selon des documents internes examinés par des enquêteurs en décembre 2022, environ 1 500 animaux - dont plus de 280 moutons, cochons et singes - seraient morts à la suite de tests de Neuralink depuis 2018. L'entreprise a également mené des recherches sur des rats et des souris. Elle a été accusée de causer des souffrances et des décès inutiles d'animaux sous la pression de son PDG Elon Musk. Dans une plainte déposée contre Neuralink, les plaignants affirment qu'un ordre d'essai précipité de Musk a entraîné des expériences bâclées, violant ainsi la loi américaine sur le bien-être des animaux de 1966, connue sous le nom d'Animal Welfare Act (AWA).

Les enquêteurs ont identifié quatre expériences impliquant 86 porcs et deux singes qui ont été entachées ces dernières années par des erreurs humaines. « Toutes ces erreurs auraient été causées par un calendrier précipité et auraient finalement affaibli la valeur de recherche des expériences, ce qui a exigé que les tests soient répétés, conduisant ainsi à la mise à mort d'un plus grand nombre d'animaux », ont déclaré à l'époque des membres du personnel. Plusieurs groupes de défense des animaux ont accusé Musk et Neuralink de cruauté envers les animaux. En plus de cela, les implants cérébraux suscitent d'autres préoccupations, notamment :

Possibilité d'abus et de mauvaise application

Un autre inconvénient des implants cérébraux est qu'ils peuvent être utilisés de manière abusive par des personnes qui veulent contrôler d'autres personnes ou leur voler des informations. L'abus le plus probable serait le fait de gouvernements, d'agences de sécurité et d'institutions qui voudraient l'utiliser pour manipuler des personnes ou des entreprises qui voudraient lire tous vos courriels et savoir ce que vous pensez, ce qui constitue de nouveaux risques pour la cybersécurité.

Les effets à long terme n'ont pas été bien étudiés

Les implants cérébraux pourraient avoir des effets importants sur le cerveau et le corps humain. Selon les experts, certains de ces effets peuvent être positifs, mais d'autres peuvent être négatifs, voire dangereux. Jusqu'à présent, les effets à long terme des interfaces cerveau-ordinateur sur l'homme ont fait l'objet de très peu de recherches. Ce manque de recherche signifie qu'il est impossible de connaître l'ampleur réelle de ces effets secondaires.

Des risques d'atteinte à la vie privée

Un autre problème posé par les implants cérébraux est qu'ils peuvent porter atteinte à la vie privée d'une personne en lisant ses pensées et en enregistrant ses souvenirs. Cela signifie que si la puce est implantée dans votre cerveau, toute personne y ayant accès pourra lire vos pensées et voir ce dont vous vous souvenez. Elle pourrait également être utilisée par des gouvernements ou des entreprises privées pour surveiller les pensées et les actions des personnes à leur insu ou sans leur consentement. Certains réfutent toutefois cet argument, affirmant que les ICO ne lisent pas les pensées, mais des signaux.

Risque de dépendance, d'anxiété ou de dépression

Un autre inconvénient des implants cérébraux est le risque de dépendance. Si les personnes peuvent accéder à des capacités surhumaines grâce à leurs implants, elles pourraient en devenir dépendantes. L'expérience pourrait être si puissante qu'elle leur ferait perdre tout intérêt pour les expériences de la vie réelle et leur donnerait l'impression de ne pas être à la hauteur de leur potentiel. Ce type d'accoutumance pourrait rendre les personnes déprimées par leur incapacité à réaliser leur véritable potentiel et peut les conduire au suicide si elles ne peuvent plus accéder à leurs implants cérébraux.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de la popularité croissante des interfaces cerveau-ordinateur ?
L'intérêt accru pour les interfaces cerveau-ordinateur va-t-il conduire à leur démocratisation ?
Que pensez-vous des nombreuses préoccupations que posent les interfaces cerveau-ordinateur ?
Ces technologies sont-elles suffisamment matures pour être implantées dans le cerveau humain ?
Que pensez-vous du scandale entourant les tests réalisés par Neuralink sur les animaux ?

Voir aussi

Neuralink : la start-up d'implants cérébraux d'Elon Musk est prête à commencer la chirurgie sur des humains pour créer une interface cerveau-ordinateur

Neuralink d'Elon Musk aurait tué 1 500 animaux en quatre ans et est maintenant poursuivie pour cruauté envers les animaux, Musk aurait précipité les tests, ce qui a conduit à des erreurs graves

L'histoire macabre de la mort des singes de la société Neuralink d'Elon Musk, après qu'Elon Musk a déclaré qu'"aucun primate n'est mort suite aux implants de Neuralink"

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de L33tige
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 30/01/2024 à 12:27
Hâte d'avoir des pubs ou des échantillons de consommation directement dans la tête, des odeurs pour tester des produits du gout, pour ACHETER, VENDRE ALLEZ HOP HOP HOP.

Comme d'habitude, ça sera utilisé à 5% dans la recherche et le militaire, tout le reste ça sera pour la consommation, nous vendre des choses inutiles, on est dans le futur de robocop, pas dans celui d'avatar.
5  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/01/2024 à 14:40
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Par exemple l'UE pourraient mettre les opposants politiques dans des camps d'extermination.
Pas besoin d'implants pour ça. Regarde du coté de Poutine, il y arrive très bien sans technologies futuristes.
5  1 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 30/01/2024 à 18:03
La Chine y arrive avec plusieurs moyens à la fois, mais le premier reste la surveillance de l'espace publique.
3  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 02/01/2024 à 10:15
Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
Face à la concurrence, Neuralink accélère le pas et lève de nouveaux fonds. Des documents déposés auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis montre que l'entreprise a levé récemment 43 millions de dollars.
Je trouve toujours intéressant qu'on vive dans un monde ou accélérer consiste, pour certains, à lever plus de fonds.
Selon certains rapports, les investissements publics, en particulier ceux de la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) des États-Unis et de la Brain Initiative des National Institutes of Health, ont également contribué à faire avancer le domaine. Cette dernière aurait injecté plus de 3 milliards de dollars dans la recherche en neurosciences depuis son financement initial en 2014.
Une entreprise militaire qui finance la recherche dans les implants cérébraux, qu'est ce qui pourrait mal se passer?
Dans un premier temps, Precision [..] À terme, elle entend traiter une série de maladies neurologiques et neurodégénératives, dont l'anxiété, la dépression et la démence. La startup Motif Neurotech s'attaque aussi aux maladies mentales. Son appareil est conçu pour émettre des impulsions de stimulation électrique afin de rétablir une activité saine des circuits.
C'est le moment où les choses deviennent délicates et pourraient rappeler les tortures faites il y a quelques décennies pour les même raisons. L'endroit où la limite entre la recherche et la maltraitance devient floue.
Que pensez-vous de la popularité croissante des interfaces cerveau-ordinateur ?
Je penses que cette popularité est très localisée et tant mieux.
Cette technologie a un potentiel révolutionnaire pour certaines personnes handicapées.
Et que cette révolution devrait rester très limitée dans son application (ce qui ne sera pas le cas) pour éviter toute dérive éthique.
L'intérêt accru pour les interfaces cerveau-ordinateur va-t-il conduire à leur démocratisation ?
Pas de mon vivant en tout cas. Matrix n'est pas pour demain.
Que pensez-vous des nombreuses préoccupations que posent les interfaces cerveau-ordinateur ?
Autant je crois assez peu aux craintes de lecture/écriture des pensées (j'aime pas untel, je crois en ci pas en ça etc), autant je penses qu'il y a un vrai risque dans la dépendance à l'entreprise qui implante et donc dans son pouvoir sur la vie de l'implanté.
Ces technologies sont-elles suffisamment matures pour être implantées dans le cerveau humain ?
Je ne suis pas qualifié pour y répondre mais les exemples suggèrent que certaines personnes bénéficient des implants.
Que pensez-vous du scandale entourant les tests réalisés par Neuralink sur les animaux ?
J'en ai parlé assez longuement plus haut (ou dans une autre discussion), la logique d'ingénierie de Musk est incompatible avec la recherche ce qui mène à des situation scandaleuses et dramatiques, c'est pourquoi je craint que la vie des personnes implantées par Neuralink ne devienne pas si rose. Je penses que la priorité ne sera pas les personnes mais l'avancée scientifique ce qui amène des risques médicaux et d'asservissement non négligeables.
2  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 31/01/2024 à 8:46
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Elon Musk est l’un des entrepreneurs [...] qui pensent que les avancées actuelles en matière d’intelligence artificielle laissent présager d’un futur où les robots domineront sur l’humanité. C’est la raison pour laquelle il travaille depuis quelques années sur une interface cerveau-ordinateur.
Et le développement de sa propre IA
Qu’en pensez-vous ?
Il y a un monde entre le projet de Neuralink et celui de Epicenter mais je n'ai envie de ne suivre ni l'in ni l'autre.
Celui d'Epicenter est juste inutile pour moi, en plus de venir avec une montagne de risques.
Celui de Neuralink me semble plus défendable, comment s'opposer à un moyen de faciliter la vie des handicapés s'ils le veulent? Mais l'éthique de Musk me fait craindre pour ceux qui se feront implanté. Et je ne parle même pas du projet long terme.
Quels dangers (induits par l’adoption massive de ces implants) entrevoyez-vous sur le long terme ?
Pour moi le plus gros risque de l'adoption massive d'une chose est qu'à la fin on a plus le choix que de l'adopter.
A un moment l'usage devient tellement populaire que les anciens moyens disparaissent. Aujourd'hui ça pose problème pour certaines personnes qui ont moins accès aux services publics (dans certaines "grandes" mairies ont est obligé d'initier un dossier sur internet pour un renouvèlement de carte d'identité ou de passeport).
Ca sera quoi quand les serrures physiques n'existeront plus et qu'il sera quasi impossible de vivre sans l'un ou l'autre implant?
Par exemple l'UE pourraient mettre les opposants politiques dans des camps d'extermination.
Pourquoi se focaliser sur l'UE, la possibilité intéresserait un paquet de monde, à commencer par ceux qui n'ont pas attendu les implants pour le faire. Et j'ai envie d'ajouter Gaza à la liste initiée par mes prédécesseurs.
Pour moi le risque n'est pas tant les camps que l'identification et la localisation facilitée.

L'adoption massive serait d'autant plus dangereuse pour les résistants qui refusent les implants.
Rappelons qu'à la fin des manifestations contre la réforme des retraites, le simple fait de venir sans son téléphone faisait de toi une personne suspecte voir était une preuve de culpabilité - de quoi?
3  1 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/02/2024 à 7:36
Citation Envoyé par smobydick Voir le message
Je suis presque sûr que les personnes opposées sont celles qui sont valides.
Ce n'est pas si sûr que ça, une collègue mal entendante a eu un implant cochléaire qu'elle a fait retirer assez vite. Elle supportait très mal tous les bruits ambiants.
Mais pour être honnête je trouverais rassurant que les 2% qui le ferait sans hésiter ont tous un handicap lourd. Mais je ne doute pas qu'il y a dans le lots quelques fans de technologie qui veulent toujours être à la pointe de la technologie.
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/02/2024 à 9:46
Citation Envoyé par Jade Emy Voir le message
Pensez-vous que ces résultats sont crédibles ou pertinents ?
Oui.
C'est normal que la plupart des gens n'aient pas envie de se faire implanter un ordinateur dans le cerveau.

Le cerveau est un organe extremement important, mieux vaut ne pas prendre de risque.
Pour quel bénéfice ? (si on a aucun problème de sante qui pourrait être résolu par ce type d'implant)

Je peux communiquer avec un ordinateur grâce à des périphériques qui font l'interface entre l'homme et la machine, comme par exemple : écran, clavier, souris.
Grâce à cette technologie je peux me déconnecter de l'ordinateur (il suffit que je m'éloigne du bureau), avec un implant dans le cerveau t'es jamais vraiment déconnecté.

Je ne vois pas l'intérêt, à part pour tricher (aux examens, en entretien, aux échecs, aux quiz, etc).
2  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 22/03/2024 à 8:41
Comment la société peut-elle s’assurer que la technologie reste accessible à tous et ne crée pas un fossé entre ceux qui peuvent se permettre ces implants et ceux qui ne le peuvent pas ?
Elle ne peut pas via Neuralink.
Et elle ne le pourra pas tant que la technologie ne soit pas assurée (en partie) par un système publique.
Quelles mesures de sécurité et de confidentialité devraient être mises en place pour protéger les données personnelles des utilisateurs ?
Quand tu signes un contrat avec Neuralink, tu signes probablement un contrat avec le diable.
Tant que t'y gagnes c'est OK, mais les risques de retours de bâtons peuvent être violents.
Comment Neuralink pourrait-elle de surmonter les défis techniques actuels pour améliorer la précision et la fiabilité de l’implant ?
Mon premier conseil est de prendre son temps.
Je préfère voir ce gars ne jamais être capable de faire mieux que jouer à Civ que de voir ce gars souffrir le martyr parce qu'on a essayé de le faire marcher et qu'on a échoué.
Et vue ce qu'il s'est passé pour certains singes je crains pour les premiers implantés.
Parce que rien n'empêchera Musk de leur demander "d'imaginer qu'ils avaient une bombe attachée à leur tête, dans le but de les inciter à avancer plus vite"
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Par exemple, on a entendu Musk à plusieurs reprises dire aux employés d'imaginer qu'ils avaient une bombe attachée à leur tête, dans le but de les inciter à avancer plus vite.
Quel pensez-vous du plan à long terme de Neuralink pour l’évolution de cette technologie ? Comment cela pourrait-il changer notre interaction quotidienne avec la technologie ?
Musk est pour l'émancipation des personnes, pour la liberté d'expression, contre la censure etc *tant que tu es d'accord avec lui
Donc il a deux plans potentiels :
1. Emanciper ceux qui sont d'accord avec lui (et en ont les moyens)
2. "Emanciper" ceux qui ne sont pas d'accord avec lui en leur faisant changer d'avis
Les deux plans me semblent potentiellement gravissimes, ce qui me rassure est qu'il n'a probablement pas suffisamment d'espérance de vie pour voir son plan mener à succès.
Quelles sont les conséquences potentielles sur le marché du travail et l’éducation avec l’introduction de cette technologie ?
On peut imaginer le meilleur ou le pire.
Et certains auteur de SF suggère même que le meilleur mènera au pire.
3  1 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/03/2024 à 16:22
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Elon Musk s'est fait des ennemis puissants depuis qu'il a racheté Twitter.
Il s'en prend souvent aux médias mainstream et aux démocrates.
Aux USA tout le monde s'en prend à tout le monde, c'est le jeu, ma pôv' Lucette.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Donc toutes ses activités sont scrutées à la loupe. Le pouvoir veut forcer Musk à se soumettre.
Comme c'est fait pour Meta, Google, ...
Les états (tous sans distinction) aiment avoir le contrôle. Donc, ils essaient toujours de forcer la main des puissants. Souvent, cela se passe par des négos confidentielles, dont tu (toi et tous les "gens du peuple") n'as absolument pas connaissance, car ce que tu vois, n'est que ce que les médias relaient, c'est à dire la partie émergée de l'iceberg.

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Et de toute façon si il est arrivé à Neuralink de ne pas respecter le protocole, ce n'est pas forcément de la faute d'Elon Musk.
Ce n'est pas lui qui prend toutes les décisions.
Il ne prend peut-être pas toutes des décisions, mais donne les directives, le cadre. Et si quelqu'un avait débordé du cadre, il aurait été le premier à le donner en pâture pour assurer la communication. Donc, oui, il est entièrement responsable.

Ce n'est pas parce que c'est un pote de ton chouchou Trump, qu'il est blanc comme neige et tous les autres complètement pourris !
3  1 
Avatar de smobydick
Membre averti https://www.developpez.com
Le 08/02/2024 à 17:18
Je suis presque sûr que les personnes opposées sont celles qui sont valides.
1  0