IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les robots cuisiniers alimentés à l'IA débarquent dans la restauration rapide
En dépit des difficultés apparentes rencontrées à l'automatisation de ce secteur et de la controverse soulevée

Le , par Stéphane le calme

10PARTAGES

13  0 
Dans un quartier de Pasadena, en Californie, des robots dopés à l'IA travaillent côte à côte avec les humains dans la cuisine d’un restaurant. Le restaurant, appelé CaliExpress, est le premier à utiliser autant de technologies dans un seul endroit, selon son propriétaire Vic Aulakh.

Le restaurant utilise un robot de grillade de la société Cucina et “Flippy”, un robot de la société Miso Robotics qui peut s’occuper de la friture. Les deux robots peuvent préparer beaucoup de nourriture : Flippy peut faire 250 livres de frites par heure, et le robot de grillade peut cuire environ 100 steaks dans ce laps de temps. Aucune des deux machines n’a besoin de pause ou de congé.

CaliExpress n’utilise pas seulement des chefs robots. Le système de commande du restaurant est alimenté par l’intelligence artificielle et utilise un logiciel de reconnaissance faciale de la société Pop ID pour garder une trace des choix alimentaires et du paiement des clients. Le créateur de la technologie affirme que le système n’est pas utilisé pour la surveillance.


Avec le développement de la technologie, certains emplois seront progressivement remplacés par des robots. Cela est de plus en plus vrai même pour des domaines qui semblaient autrefois à l'abri de l'invasion des robots dans la vie de l'homme. L'un des domaines les plus menacés par l'automatisation est l'industrie de la restauration rapide. Et l'une de ces menaces mécanisées prend la forme de Flippy, un robot qui retourne les hamburgers, développé par la société californienne de robotique Miso Robotics, s'appuyant sur l'IA et des caméras.

Dans sa première itération, Flippy a utilisé un logiciel d'apprentissage automatique pour localiser et identifier les objets devant lui (plutôt que d'avoir besoin d'aligner des objets à des endroits spécifiques) et a pu apprendre de son expérience pour améliorer sa précision. Des capteurs situés sur le côté faisant face au gril ont capté des données thermiques et 3D pour évaluer le processus de cuisson de plusieurs galettes de viande à la fois, et des caméras ont permis au robot de « voir » son environnement.

Un système qui envoyait numériquement des billets à la cuisine depuis le comptoir du restaurant permettait à Flippy de savoir combien de hamburgers il devait cuisiner à un moment donné. Ses tâches principales consistaient à extraire des galettes de viande crue d’une pile et à les placer sur le grill, à suivre le temps de cuisson et la température de chaque hamburger, et à transférer les hamburgers cuits dans une assiette.

Le nouveau Flippy amélioré, Flippy 2, peut faire tout cela et plus encore. Il peut cuire 19 aliments différents, y compris des ailes de poulet, des rondelles d'oignon, des frites et bien d'autres. Flippy 2 serait capable de cuisiner simultanément plusieurs repas avec des recettes différentes, ce qui réduit le besoin de personnel et accélère les livraisons.


CaliExpress s'appuie sur deux robots

CaliExpress, se trouve au cœur de Pasadena, en Californie. Selon Vic Aulakh, propriétaire de l'établissement, c'est la première fois qu'autant de technologie est réunie au même endroit.

Le restaurant utilise un robot de grillade de la société Cucina ainsi que Flippy. Les deux robots peuvent préparer beaucoup de nourriture : Flippy peut faire 250 livres de frites par heure, et le robot de grillade peut cuire environ 100 steaks dans ce laps de temps. Aucune des deux machines n’a besoin de pause ou de congé.

« Nous n’arrivons pas à trouver assez de personnes pour venir travailler sur la friteuse et le grill », a déclaré Aulakh. « Ce sont des emplois dangereux et cette automatisation nous aide à résoudre beaucoup de problèmes que nous rencontrons ».

Flippy peut également être trouvé dans des chaînes de restauration comme White Castle et Jack in the Box. Rob Anderson, un des cofondateurs de Miso Robotics, a déclaré que la société a commencé à travailler sur le robot il y a six ans.

« Flippy est très doué pour les tâches répétitives comme faire fonctionner la friteuse dans ces environnements dangereux », a déclaré Anderson. « De cette façon, les personnes qui travaillent au restaurant peuvent se concentrer sur l’élément humain ».


Des stations PopID pour la commande et le paiement

La préparation hautement automatisée des aliments n'est pas la seule innovation présentée à CaliExpress. Le restaurant a également mis en place des stations PopID pour la commande et le paiement. Les clients peuvent créer un profil avec leur visage, leur mode de paiement et leurs informations de fidélité. Une fois le profil créé, le client peut passer commande, payer et gagner des points de fidélité sans carte de crédit, carte de fidélité ou smartphone. Pour accélérer le processus de commande, un client peut rapidement sélectionner une commande précédente lors de ses visites ultérieures. Selon les analystes, il s'agit d'un marché très concurrentiel.

PopID semble viser le même marché de l'authentification biométrique qu'Amazon One, CLEAR et d'autres. Les travailleurs de la restauration rapide se font rares, alors même que le salaire minimum proposé par les restaurants pourrait passer à 20 dollars par heure en 2024. Miso Robotics explique que les économies de main-d'œuvre réalisées grâce à l'automatisation permettent au restaurant de servir le bœuf Wagyu, plus cher, dans ses hamburgers. L'entreprise affirme que cela assure la sécurité des travailleurs humains, car ils ne sont plus à proximité de dangers potentiels tels que l'huile de cuisson chaude et les surfaces glissantes près des friteuses.


L'impact sur les emplois

« Cela réduit certains emplois, mais il y a tellement plus d’emplois créés avec la technologie ainsi que l’entretien de cette technologie », a déclaré Aulakh.

Une étude publiée par des chercheurs du MIT a révélé que seule une petite quantité d’emplois pouvait être effectuée par l’IA, mais que dans la plupart des cas, il n’était pas économique d’utiliser l’IA pour faire le travail nécessaire. Cependant, un rapport gouvernemental de décembre 2023 a répertorié l’IA comme une menace pour la stabilité financière.

Une étude a révélé que 82% des emplois dans la restauration pouvaient être gérés par la robotique, une statistique importante dans un secteur qui souffre souvent de sous-effectifs.

Les deux robots sont loués, et des techniciens les surveillent 24 heures sur 24. Ces techniciens peuvent prendre le relais de la cuisson si quelque chose ne va pas avec les robots pendant les heures de repas.

« Si pour une raison quelconque Flippy ne fonctionne pas, ils peuvent relever la barrière et cuisiner manuellement comme ils le feraient normalement », a déclaré Anderson.


« Pas convaincant », pour certains observateurs

« Le restaurant n'est pas convaincant. À mon avis, il est toujours moins cher, plus fiable et polyvalent d'embaucher des travailleurs humains payés au salaire minimum que d'investir des millions de dollars dans des équipements qui ne peuvent même pas passer la serpillière. Beaucoup d'informations concernant le fonctionnement du restaurant ne sont pas révélées au grand public. Il ne s'agit pas d'un restaurant entièrement automatisé. J'ai vu la vidéo et il est risible de penser qu'il suffit d'ajouter des bras robotisés avec des codes QR pour la vision, cela ressemble plus à un projet de fin d'études en robotique d'un étudiant diplômé », note un critique.

De nombreux critiques remettent en cause l'utilisation du terme « autonome » par le restaurant. En effet, les robots de Miso Robotics semblent s'occuper uniquement des tâches liées à la cuisson des frites et des hamburgers. Le restaurant requiert toujours du personnel humain pour d'autres tâches en cuisine et dans le restaurant. D'autres questions restent en suspens, notamment celles liées à la rentabilité du projet. Les robots sont généralement employés dans les industries où il faut produire en grande quantité et à grande vitesse. Rien n'indique que ce sera le cas avec ce restaurant et les précédentes tentatives n'ont pas donné des résultats probants.

Le service de commande au volant géré par l'IA de McDonald's semble être un échec. Des dizaines de vidéos postées sur TikTok début 2023 démontraient à quel point l'automatisation semble mal préparée à prendre des commandes de restauration rapide ; du moins, cela n'arrivera pas dans un futur proche. Dans les vidéos postées, l'on peut remarquer que le système de commande au volant de McDonald's, piloté par une IA, manquait la cible et interprète maladroitement les commandes des automobilistes ou ne parvenait pas à prendre correctement leurs commandes. Cela a provoqué la frustration de certains et a suscité un tollé sur la toile.

En dépit des difficultés apparentes rencontrées à l'automatisation de la restauration rapide, les chaînes de restaurants poursuivent leurs efforts et adoptent des robots pour faciliter les opérations dans un contexte où la pénurie de main-d'œuvre est évoquée. Checkers & Rally's, Taco Bell, Panera Bread et Popeyes testent aussi des robots vocaux dans les couloirs du service au volant. Chipotle utilise des robots pour prendre les commandes par téléphone et teste actuellement un robot capable de cuire des frites en Californie. Plusieurs entreprises basées en Californie expérimentent ce type de robot cuiseur de frite, comme le robot Flippy 2 de Miso Robotics.

Source : vidéo dans le texte

Et vous ?

Êtes-vous pour ou contre l’utilisation des robots et de l’IA dans la restauration ? Est-ce une bonne ou une mauvaise chose pour les clients, les employés et les propriétaires ?
Quels sont les avantages et les inconvénients de la reconnaissance faciale pour la commande et le paiement dans les restaurants ? Seriez-vous à l’aise d’utiliser cette technologie ?
Comment l’automatisation va-t-elle affecter l’emploi et l’économie dans le secteur de la restauration ? Quelles sont les solutions possibles pour éviter ou atténuer les effets négatifs ?
Quelles sont les limites et les risques de l’IA et des robots dans la cuisine ? Comment assurer la sécurité et la qualité des aliments ?
Quelles sont les compétences et les qualités humaines qui restent indispensables dans la restauration ? Comment valoriser le travail des employés humains ?

Voir aussi :

Un nouveau robot à hamburger amélioré grâce à un logiciel d'apprentissage automatique débarque sur le marché. ROAR peut cuire 19 aliments différents et ses ventes explosent suite au COVID-19

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de denisys
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 04/02/2024 à 14:16
« Pas convaincant », pour certains observateurs
...
À mon avis, il est toujours moins cher,
plus fiable et polyvalent d'embaucher des travailleurs humains payés au salaire minimum
...
Que les observateurs aillent jusqu’au bout de leurs considérations de leurs observation !!
Pourquoi des travailleurs humains payés au salaire minimum, bien plus que des esclaves ??
1  0 
Avatar de sergio_is_back
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 04/02/2024 à 16:09
Citation Envoyé par denisys Voir le message
Que les observateurs aillent jusqu’au bout de leurs considérations de leurs observation !!
Pourquoi des travailleurs humains payés au salaire minimum, bien plus que des esclaves ??
Tout dépend de ce l'on veut en faire...

Entre en un Ducasse (ou un Bocuse) et un robot mon avis est fait !!
0  0 
Avatar de unanonyme
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 04/02/2024 à 16:24
Dans l'idée que la cuisine n'est que de la chimie, un robot fera de meilleurs plats.
Dans la catégorie art créatif, il faudrait produire des llm avec une dose d'hallucinations
pour les faire produire des nouvelles recettes à tester.
De ce qu'on dira aimer ou pas, elle pourra en déduire le prochain plat à la mode..
0  0 
Avatar de denisys
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 04/02/2024 à 16:59
sergio_is_back
Expert confirmé
Le 04/02/2024 à 16:09

Entre en un Ducasse (ou un Bocuse) et un robot mon avis est fait !!
Un Ducasse (ou un Bocuse) payés au salaire minimum .
Pas sur que tu en trouve 1 ,
pour ce salaire autant que les efforts a fournir ,
que pour atteindre une telle renommée !!!
0  0 
Avatar de plegat
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 04/02/2024 à 17:26
Citation Envoyé par denisys Voir le message
Que les observateurs aillent jusqu’au bout de leurs considérations de leurs observation !!
Pourquoi des travailleurs humains payés au salaire minimum, bien plus que des esclaves ??
bah parce qu'il compare à un robot qui coûte des millions... faut lire la phrase jusqu'au bout avant de s'offusquer... et en gros il dit qu'un humain au minimum légal de compétence sera toujours plus adaptatif et créatif qu'un robot qui ne sait faire qu'un chose. La comparaison est foireuse, certes, mais de là à parler d'esclavagisme...

Et un Ducasse (plus facilement accessible qu'un Bocusse, avec deux "s" au passage, qui est décédé en 2018...) ne se payant pas au smic, il risque de revenir plus cher que le robot... et la comparaison en deviendrait encore plus foireuse!
0  0