IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

82 % s'opposent à l'implantation de puces cérébrales, 10 % sont indécis, 2 % sont prêts à faire des essais, selon un sondage suite aux expérimentations Neuralink d'Elon Musk

Le , par Jade Emy

4PARTAGES

8  0 
Après que Neuralink a commencé à expérimenter des puces pour le cerveau humain afin de connecter le cerveau à la technologie, YouGov a réalisé un sondage sur le sujet. Parmi les résultats, seulement 8 % des personnes interrogées se feraient implanter une puce dans le cerveau si elle était vendue publiquement, tandis que 82 % des personnes interrogées ont répondu par un non catégorique.

Elon Musk a annoncé que sa société Neuralink avait commencé à expérimenter des puces pour le cerveau humain afin de connecter le cerveau à la technologie. L'entreprise a déjà implanté la puce dans un sujet humain. Cette nouvelle a suscité des réactions mitigées de la part du public et, pour savoir ce que les gens en pensent, YouGov a réalisé un sondage en février 2024. Un total de 1 000 personnes ont répondu au sondage et il a été constaté que seulement 8 % des personnes interrogées se feraient implanter une puce dans le cerveau si elle était vendue publiquement.

82 % des personnes interrogées ont répondu par un non catégorique lorsqu'on leur a demandé si elles souhaitaient se faire implanter une puce dans le cerveau. 10 % des personnes interrogées se sont montrées indécises et ont donc coché la case "indécis". 2 % des personnes interrogées étaient prêtes à se porter volontaires comme sujets d'expérimentation humaine pour se faire implanter une puce dans le cerveau au cours de l'année prochaine. Dans l'ensemble, 5 % des personnes interrogées ont déclaré qu'elles aimeraient se faire implanter une puce dans le cerveau au cours de l'année à venir.

Les hommes (13 %) sont prêts à ce que les puces soient disponibles dans le commerce, contre 4 % des femmes. Les démocrates et les indépendants (10 %) sont également plus à l'aise avec cette technologie sur les marchés que les républicains.


L'idée de puces humaines destinées à modifier les fonctions cérébrales ou à accroître les capacités mentales est souvent évoquée dans les romans et les films de science-fiction. Les personnes interrogées qui sont d'accord avec l'idée d'avoir des puces cérébrales sont probablement celles qui ont ces romans et films de science-fiction à l'esprit. Neuralink joue avec l'esprit des personnes qui ont lu Dune et Ender's Game. 19 % des personnes interrogées qui sont prêtes à acheter la puce ont lu Dune et 11 % qui ont lu le roman sont prêtes à se procurer la puce cette année.

Cependant, il existe également un livre intitulé Flowers of Algernon, une nouvelle sur les effets désastreux des puces sur le cerveau humain. 13 % des personnes interrogées qui ont lu cette nouvelle sont également enthousiastes à l'idée de la puce, même si elles connaissent certains de ses effets grâce à l'histoire.


Source : YouGov

Et vous ?

Pensez-vous que ces résultats sont crédibles ou pertinents ?
Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Neuralink, l'entreprise d'Elon Musk, veut implanter des micro-puces dans des cerveaux humains et parallèlement prépare des robots qui pratiqueront ces interventions chirurgicales

Neuralink : la start-up d'implants cérébraux d'Elon Musk est prête à commencer la chirurgie sur des humains, pour créer une interface cerveau-ordinateur

Les Nations unies mettent en garde contre les risques liés à l'implantation de puces d'IA dans le cerveau, affirmant que cela pourrait menacer la confidentialité des pensées des utilisateurs

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/02/2024 à 7:36
Citation Envoyé par smobydick Voir le message
Je suis presque sûr que les personnes opposées sont celles qui sont valides.
Ce n'est pas si sûr que ça, une collègue mal entendante a eu un implant cochléaire qu'elle a fait retirer assez vite. Elle supportait très mal tous les bruits ambiants.
Mais pour être honnête je trouverais rassurant que les 2% qui le ferait sans hésiter ont tous un handicap lourd. Mais je ne doute pas qu'il y a dans le lots quelques fans de technologie qui veulent toujours être à la pointe de la technologie.
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/02/2024 à 9:46
Citation Envoyé par Jade Emy Voir le message
Pensez-vous que ces résultats sont crédibles ou pertinents ?
Oui.
C'est normal que la plupart des gens n'aient pas envie de se faire implanter un ordinateur dans le cerveau.

Le cerveau est un organe extremement important, mieux vaut ne pas prendre de risque.
Pour quel bénéfice ? (si on a aucun problème de sante qui pourrait être résolu par ce type d'implant)

Je peux communiquer avec un ordinateur grâce à des périphériques qui font l'interface entre l'homme et la machine, comme par exemple : écran, clavier, souris.
Grâce à cette technologie je peux me déconnecter de l'ordinateur (il suffit que je m'éloigne du bureau), avec un implant dans le cerveau t'es jamais vraiment déconnecté.

Je ne vois pas l'intérêt, à part pour tricher (aux examens, en entretien, aux échecs, aux quiz, etc).
2  0 
Avatar de smobydick
Membre averti https://www.developpez.com
Le 08/02/2024 à 17:18
Je suis presque sûr que les personnes opposées sont celles qui sont valides.
1  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 14/02/2024 à 8:14
Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message
Cela dit, la fonction est parfois double ; même en ville, il suffit d'un jardin pour qu'un chien se mettent à servir de garde et qu'un chat éloigne les rongeurs du territoire des maîtres. Par conte dès qu'il n'y a plus de terrain, la fonction utilitaire est totalement perdu en effet).
Mais il y a une chose étrange dans le raisonnement de l'inversion animal de compagnie-maitre.
Combien de chiens deviennent agressifs par manque de dépense énergétique ou combien de chats deviennent fou à foncer dans les murs, je ne parle même pas des lapins et oiseaux dont l'espace se limite à une cage qui fait max 100 fois leur volume.
Bref les animaux de compagnie sont bien souvent prisonniers de leurs maitres et le payent de leur santé mentale.
Et les comportementalistes animaliers s'en frottent les mains, 70€/h pour dire que Médor est un HPI naturellement dépressif alors que le conseil est simple : sortez le 2 fois 1h par jour et passez du temps à jouer avec lui. Ne me remerciez pas le premier conseil est gratuit
1  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 12/02/2024 à 21:57
Citation Envoyé par unanonyme Voir le message
l'ironie de votre intervention c'est que dans le cadre de la relation
que nous entretenons avec les "animaux de compagnie" dans notre modernité,
le servant, c'est celui qu'on appel communément le maître.

Un animal de compagnie, ça ne fait rien, ça jouit de tout.
C'est très différent d'un chien de garde, ou un chien de berger,
au sens utilitariste et productif de la chose.
Cela dit, la fonction est parfois double ; même en ville, il suffit d'un jardin pour qu'un chien se mettent à servir de garde et qu'un chat éloigne les rongeurs du territoire des maîtres. Par conte dès qu'il n'y a plus de terrain, la fonction utilitaire est totalement perdu en effet).
0  0