IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Cruise revient sur les routes avec des conducteurs de sécurité pour la première fois depuis l'incident du piéton traîné au sol sur plusieurs mètres
Par une de ses voitures en mode autonome

Le , par Patrick Ruiz

1PARTAGES

7  0 
Les véhicules autonomes de Cruise sont de retour sur les routes pour la première fois depuis qu'un de ses véhicules sans conducteur a traîné un piéton sur plusieurs mètres à San Francisco. L’entreprise déploiera des véhicules avec des conducteurs de sécurité au volant sur les routes de Phoenix en Arizona. La mesure qui intervient quelques jours après l’interdiction des voitures autonomes en Colombie Britannique vient raviver les questionnements autour de la faisabilité des projets de véhicules dits entièrement autonomes.

Cruise avait déjà annoncé le mois dernier la reprise des essais avec des véhicules conduits manuellement et axés sur la cartographie et la collecte d'informations routières. La manœuvre participe de l’intention de l’entreprise de montrer aux autorités locales qu'elle s'excuse comme il se doit pour l'incident du piéton en allant lentement et en parlant beaucoup de sécurité et de confiance.

« Au cours des dernières semaines, Cruise a cartographié et recueilli des informations routières à Phoenix. Nous allons maintenant valider les comportements de bout en bout de notre AV par rapport à nos exigences rigoureuses en matière de sécurité et de performances de l'AV. Pendant cette phase, les véhicules Cruise conduiront de manière autonome avec un conducteur de sécurité présent au volant pour surveiller et prendre le relais si nécessaire.

La conduite autonome supervisée est une phase de validation essentielle avant le déploiement des véhicules sans conducteur et s'appuie sur nos travaux approfondis en matière de simulation, de conduite en circuit fermé et sur plus de 5 millions de kilomètres parcourus sans conducteur par notre flotte, afin de garantir des performances sûres sur des routes et des scénarios de conduite réels. Les conducteurs de sécurité jouent un rôle important en testant les performances de l'AV et en améliorant continuellement notre technologie. Nous commencerons la conduite autonome supervisée dans la ville de Phoenix et l'étendrons progressivement à Scottsdale, Paradise Valley, Tempe, Mesa, Gilbert et Chandler, en fonction de critères de sécurité prédéterminés.

La sécurité est le principe qui définit tout ce que nous faisons et continue à guider nos progrès vers la reprise des opérations sans conducteur. De la gestion complète du véhicule avant que nos AV ne quittent le garage à la surveillance continue du conducteur et à l'aptitude du véhicule à circuler sur la route, nous déployons des procédures de sécurité rigoureuses, des protocoles et des exigences de performance pour garantir que les opérations autonomes supervisées sont sûres pour la circulation sur les routes publiques », écrit Cruise.


C’est en raison de ces balbutiements dans la filière qui mettent des vies humaines en danger que la Colombie Britannique a interdit les véhicules autonomes

La Colombie-Britannique a mis à jour sa loi sur les véhicules à moteur (Motor Vehicle Act) afin d'interdire les véhicules à conduite autonome hautement automatisés sur les routes publiques.

Depuis le 5 avril, la nouvelle loi de Colombie Britannique stipule que les voitures dotées d'une autonomie de niveau 3, 4 ou 5 ne peuvent pas conduire sur les voies publiques ou utiliser des systèmes d'autoconduite hautement automatisés. Les véhicules faisant partie d'un projet pilote approuvé par le gouvernement constituent l'exception, précise le gouvernement de la Colombie-Britannique.

La conduite d'un tel véhicule - même sans les fonctions de conduite autonome - est passible d'une amende de 368 à 2 000 dollars et d'une peine d'emprisonnement de six mois.


Le gouvernement de la Colombie-Britannique affirme que l'interdiction renforcera la sécurité des usagers vulnérables de la route, notamment les cyclistes et les piétons.

"Ces nouveaux règlements assureront une plus grande sécurité sur nos routes et encourageront l'utilisation des transports actifs", a déclaré Rob Fleming, ministre des transports et de l'infrastructure, dans un communiqué de presse. "Il s'agit d'une nouvelle étape dans la modernisation de nos règles afin de les adapter aux nouvelles technologies qui modifient la façon dont les gens se déplacent."

Commentant l'interdiction, Vince Amodeo, directeur et responsable de la pratique technologique, et Nicole Brassard, vice-présidente de la Colombie-Britannique et coprésidente de la pratique technologique chez Global Public Affairs, indiquent que l'interdiction est « conforme à la perspective traditionnelle de la Colombie-Britannique, le gouvernement adopte une approche prudente à l'égard des véhicules autonomes par rapport à d'autres juridictions. Cependant, il est important de noter qu'il n'y a pas de véhicules autonomes de niveau 3 en vente au Canada à l'heure actuelle, de sorte que l'urgence d'un point de vue réglementaire est quelque peu réduite. »

Bien que le gouvernement provincial reconnaisse que les véhicules à conduite autonome hautement automatisés feront un jour partie de la vie de ses résidents, il souligne que ces véhicules « restent une technologie de transport nouvelle et émergente. »

Le gouvernement de la Colombie-Britannique déclare : « D'autres essais et l'élaboration de politiques sont nécessaires avant que les véhicules automatisés de niveau 3 ou supérieur soient considérés comme sûrs et puissent commencer à être autorisés à circuler sur les routes de la Colombie-Britannique. »

Certains observateurs sont néanmoins d’avis qu’interdire les véhicules autonomes c’est encourager des dizaines de milliers de morts

En août 2023, la California Public Utilities Commission a autorisé Waymo de Google et Cruise de GM à commencer à faire payer les clients pour les trajets en taxi sans chauffeur à travers la ville. Waymo et Cruise ont parcouru un total combiné de 8 millions de kilomètres sans chauffeur. Certains observateurs s’étaient donc appuyés sur cet état de choses pour arriver à la conclusion que les ordinateurs seraient plus sûrs que les humains comme conducteurs. C’est un avis que partage le journaliste Eric Newcomer dans un article intitulé « Nous (les humains) sommes tous de mauvais conducteurs. »

« Il fut un temps où je pensais que les voitures autonomes devaient être soumises aux mêmes normes que les avions. Chaque erreur devait être rigoureusement comprise et toute mort humaine était impardonnable. Mais mon point de vue a évolué au fil du temps, car les conducteurs humains continuent de tuer des dizaines de milliers de personnes chaque année. Nous avons besoin d'une solution qui soit significativement meilleure que celle des conducteurs humains, oui, mais nous ne devrions pas attendre la perfection avant de commencer à retirer les conducteurs humains dangereux des rues.

Les fulminations sur l'automatisation et la tyrannie des grandes entreprises technologiques ne tiennent pas compte du fait que les voitures autonomes constituent une tentative de résolution d'un problème très grave. Les accidents de la route sont l'une des principales causes de décès aux États-Unis pour les personnes âgées de 1 à 54 ans. Environ 40 000 personnes meurent chaque année dans des accidents de voiture aux États-Unis, dont un tiers sont des conducteurs en état d'ébriété. L'être humain a un penchant naturel, bien qu'irrationnel, pour le statu quo. Nous avons tendance à croire que les choses sont telles qu'elles sont pour une bonne raison. Mais bien sûr, la technologie a déjà considérablement amélioré la vie et l'espérance de vie des êtres humains. Pourquoi s'arrêter maintenant que des puces informatiques plus puissantes et des modèles d'intelligence artificielle sophistiqués ouvrent de nouvelles possibilités ?

Si l'on met de côté l'hostilité envers la technologie et les capitaux privés, ainsi que les inquiétudes concernant les pertes d'emplois, l'objection la plus crédible de la gauche à l'égard des voitures autonomes est la crainte que leur déploiement signifie un doublement des routes et de l'étalement urbain, et qu'il sape le soutien aux projets de transport public. Mais il n'y a aucune raison pour que les voitures autonomes et les transports publics s'opposent. Ils peuvent répondre à des besoins différents. À San Francisco, des véhicules autonomes sont déployés dans des flottes dans le cadre de programmes de covoiturage, ce qui réduit la nécessité de posséder une voiture personnelle.

Si nous parvenons à faire fonctionner des voitures autonomes, il devrait être encore plus facile de faire circuler des bus autonomes sur des lignes régulières. Et contrairement à l'idée selon laquelle les voitures sans conducteur sont déployées de façon unilatérale par des milliardaires de la technologie, les représentants du peuple - les fonctionnaires - ont accordé à Waymo, propriété d'Alphabet, une licence d'exploitation. Nos routes et nos véhicules à moteur sont étroitement réglementés. Des incidents isolés ont fait dérailler des projets de voitures autonomes, d'Uber et, plus récemment, de Cruise, propriété de GM, alors que les conducteurs humains tuent des dizaines de milliers de personnes chaque année », déclare-t-il.

Les accidents impliquant les véhicules autonomes renforcent le doute sur la question de savoir si les ordinateurs sont meilleurs que les humains comme conducteurs

En juin, une voiture autonome de Waymo a heurté un chien sur Toland Street à Toland Place, à San Francisco, en Californie. Le Waymo AV se dirigeait vers le sud-ouest sur Toland Street lorsqu’un petit chien a traversé la rue devant lui. Le Waymo AV a alors heurté le chien, qui n’a pas survécu. Au moment de l’impact, l’Advanced Driving Systems (ADS) de niveau 4 du Waymo AV était engagé en mode autonome, et un conducteur d’essai était présent à la place du conducteur.

En février, un véhicule autonome Cruise a roulé vers des tuyaux d'incendie au sol dans une zone de lutte contre les incendies, ont indiqué les responsables des transports de la ville de San Francisco dans une lettre adressée aux régulateurs. Les responsables des transports ont demandé aux sociétés de véhicules autonomes comme Cruise et Waymo de freiner leurs efforts d'expansion. « Les pompiers présents sur les lieux ont fait des efforts pour empêcher le Cruise AV de rouler sur leurs tuyaux et n'y sont parvenus qu'en brisant une vitre avant du Cruise AV », indique la lettre.

En 2019, Waymo a lancé la diffusion de musique en continu sans publicité pour les passagers via Google Play Music, la réponse de sa société mère à Spotify et Apple Music. L’objectif étant de persuader les passagers que le service de transports de la compagnie, baptisé Waymo One, est moins stressant que de conduire leur propre voiture ou de rouler avec ses rivaux. Les conducteurs bavards ou peu précis, ainsi que les véhicules de taille et de propreté variables, sont les plus prisés des amateurs d’applications de conduite exaltante.

Une semaine plus tard après que la California Public Utilities Commission a voté pour autoriser Waymo et Cruise à commencer à faire payer les clients pour les trajets en taxi sans chauffeur à travers la ville, les véhicules Cruise ont été impliqués dans deux accidents graves à quelques heures d’intervalle. Le lendemain, le département californien des véhicules motorisés a exigé que Cruise réduise de moitié sa flotte de taxis sans chauffeur pendant que ces accidents faisaient l’objet d’une enquête.

Si pour certains les voitures autonomes sont plus sûres que les conducteurs humains, le journaliste Cade Metz affirme qu'elles sont imparfaites. « Il est devenu de plus en plus clair pour les personnes qui conduisent les voitures, et pour les autres citoyens de la ville, qu'elles sont imparfaites, qu'elles font des erreurs, qu'elles peuvent encombrer le trafic, qu'elles peuvent causer des accidents. »

Bien sûr, les voitures autonomes sont imparfaites, comme toutes les technologies. La question importante est de savoir si les voitures autonomes sont plus sûres que les voitures conduites par des humains. Et c'est là que le journaliste Metz exprime son ignorance. « Nous ne savons pas encore si elles sont plus sûres qu'un conducteur humain », a-t-il déclaré.


Source : Cruise

Et vous ?

Les voitures autonomes peuvent-ils être plus sûres que celles avec des conducteurs humains ?
Selon vous, les voitures autonomes peuvent-elles réduire le nombre d’accidents de la route de manière significative ?

Voir aussi :

Une voiture autonome Waymo écrase un chien à San Francisco, l'Advanced Driving Systems de niveau 4 du véhicule autonome était engagé en mode autonome

Voitures autonomes : les pompiers sont contraints de briser la vitre d'un taxi Cruise, sans conducteur, pour l'arrêter, Cruise et Waymo veulent accélérer leurs efforts de déploiement

Voitures autonomes : pourquoi la révolution annoncée se fait toujours attendre ? Uber et Waymo se seraient-elles ravisées ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de petitours
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 15/05/2024 à 13:37
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Les voitures autonomes peuvent-ils être plus sûres que celles avec des conducteurs humains ?
Selon vous, les voitures autonomes peuvent-elles réduire le nombre d’accidents de la route de manière significative ?
Bien sur que non puisque dans ce contexte la voiture autonome n'existe pas et n'existera jamais.
Si on demande à une intelligence autonome de garantir la sécurité du conducteur et/ou des autres usagers de la route cette intelligence trouvera vite le principe du E = 1/2mv² et stoppera le véhicule aussitôt.
Dés l'instant où on impose au véhicule de rouler on impose au véhicule de prendre des risques qui sont strictement les même que ceux pris par le conducteur humain.

La seule chose que ça change c'est la responsabilité, le comportement du véhicule devenant le choix et l'arbitrage du fabricant
1  0