IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Neuralink : Elon Musk annonce rechercher un nouveau cobaye humain pour tester son implant cérébral cybernétique Telepathy
Pour contrôler votre téléphone et votre ordinateur par la pensée

Le , par Stéphane le calme

7PARTAGES

7  0 
Neuralink, la start-up d’Elon Musk dédiée à aider les quadriplégiques à gagner en indépendance, accepte désormais les candidatures pour un second participant qui recevra un implant cérébral cybernétique. Après avoir complété plus de 100 jours d’essais cliniques avec le premier participant ayant reçu l’implant, Neuralink invite maintenant davantage de candidats pour les essais cliniques.

Neuralink, la startup d'Elon Musk spécialisée dans les implants cérébraux, accepte les candidatures d'un deuxième participant à l'essai humain pour tester son dispositif, a déclaré le milliardaire sur X vendredi :

« Neuralink accepte les candidatures pour le deuxième participant. Il s'agit de notre implant cérébral cybernétique Telepathy qui vous permet de contrôler votre téléphone et votre ordinateur simplement par la pensée. Personne de mieux que Noland n'est mieux placé pour vous parler du premier ! »

Cette demande intervient cinq mois après que Neuralink a implanté une puce cérébrale à son premier participant à l'essai humain, Noland Arbaugh, 30 ans, et une semaine seulement après que la société a admis que son implant avait rencontré un problème inattendu. Neuralink a déclaré que les fils reliant la puce au cerveau de Arbaugh s'étaient rétractés, causant des problèmes de performance, bien que l'entreprise ait déclaré avoir fait des ajustements pour améliorer son fonctionnement.

Pourtant, Arbaugh affirme que l'implant, qui lui permet de contrôler un curseur d'ordinateur avec son cerveau, a changé sa vie. Arbaugh est tétraplégique depuis 2016, à la suite d'un accident de plongée.

« Je n'avais rien qui me pousse à me réveiller le matin, et cela a changé la donne pour moi », a déclaré Arbaugh à Good Morning America lors d'une interview diffusée vendredi. « J'étais très heureux de pouvoir participer à quelque chose de si monumental. C'est la prochaine étape pour aider les personnes paralysées ».

Aujourd'hui, Neuralink recherche d'autres personnes comme Arbaugh pour tester sa puce cérébrale. « Si vous souffrez de tétraplégie et souhaitez explorer de nouvelles façons de contrôler votre ordinateur, nous vous invitons à participer à notre essai clinique », a déclaré la société sur X.

Une ambition à plus grande échelle

À terme, l'ambition de Neuralink est d'utiliser des implants pour connecter des cerveaux humains à des ordinateurs afin d'aider, par exemple, des personnes paralysées à contrôler des smartphones ou des ordinateurs, ou des aveugles à retrouver la vue. À l'instar des interfaces cerveau-machine existantes, l'implant de l'entreprise recueillerait les signaux électriques émis par le cerveau et les interpréterait comme des actions.

Les participants à l'essai actuel feront partie de ce que Neuralink appelle l'étude PRIME, abréviation de Precise Robotically Implanted Brain-Computer Interface (interface cerveau-ordinateur implantée robotiquement). L'objectif est d'étudier la sécurité de l'implant et du robot chirurgical et de tester la fonctionnalité du dispositif, a indiqué la société dans un billet de blog 2023.

Citation Envoyé par Neuralink
L'étude PRIME (abréviation de Precise Robotically Implanted Brain-Computer Interface) - un essai de dispositif médical expérimental révolutionnaire pour notre interface cerveau-ordinateur (BCI) entièrement implantable et sans fil - vise à évaluer la sécurité de notre implant (N1) et de notre robot chirurgical (R1) et à évaluer la fonctionnalité initiale de notre BCI pour permettre aux personnes paralysées de contrôler des dispositifs externes par la pensée.

Au cours de l'étude, le robot R1 sera utilisé pour placer chirurgicalement les fils ultrafins et flexibles de l'implant N1 dans une région du cerveau qui contrôle l'intention de mouvement. Une fois en place, l'implant N1 est cosmétiquement invisible et a pour but d'enregistrer et de transmettre sans fil les signaux cérébraux à une application qui décode l'intention de mouvement. L'objectif initial de notre BCI est de donner aux gens la capacité de contrôler un curseur ou un clavier d'ordinateur par la seule force de leur pensée.
La société indique qu'elle recrute des patients qui ont « une capacité limitée ou nulle d'utiliser leurs deux mains en raison d'une lésion de la moelle épinière cervicale ou d'une sclérose latérale amyotrophique (SLA) ».

Des puces sont implantées chirurgicalement dans la partie du cerveau qui contrôle l'intention de bouger. La puce enregistre ensuite les signaux cérébraux et les transmet à une application, l'objectif initial étant de « donner aux gens la capacité de contrôler un curseur ou un clavier d'ordinateur par la seule force de leur pensée », a expliqué Neuralink précédemment.


Les problèmes font partie du processus d'apprentissage

Environ un mois après l'opération, Musk a déclaré qu'Arbaugh pouvait contrôler une souris d'ordinateur avec son cerveau. Neuralink a ensuite publié une vidéo montrant Arbaugh jouant aux échecs sur un ordinateur à l'aide de son seul cerveau.

Mais après que son appareil a rencontré un problème inattendu qui a réduit sa vitesse de traitement des données et ses performances, Arbaugh a déclaré à Good Morning America qu'il avait « pleuré après ». « C'était très, très dur d'abandonner toutes les choses incroyables que j'étais capable de faire », a-t-il déclaré.

Toutefois, Neuralink affirme que ce problème faisait partie de son processus d'apprentissage.

« La raison pour laquelle nous effectuons des essais cliniques et des essais de faisabilité précoces est de découvrir ce genre de problèmes le plus tôt possible avant la mise sur le marché », a déclaré DJ Seo, cofondateur de Neuralink avec Musk, à Good Morning America. « Nous nous sommes retroussé les manches et avons trouvé différents moyens pour que Noland puisse retrouver ses performances, ce que nous avons réussi à faire avec succès ».

Les consommateurs n'auront pas un accès généralisé à cette technologie de sitôt. Avant que les implants cérébraux de Neuralink ne soient commercialisés, ils devront obtenir une autorisation réglementaire plus large.

Après l'opération, Arbaugh a utilisé l'implant pour contrôler son ordinateur portable dans différentes positions, y compris lorsqu'il était allongé dans son lit. Il a également utilisé la puce cérébrale pour jouer à un jeu Mario Kart sur une console Nintendo Switch. Un utilisateur de X a commenté : « L'humanité et la technologie à leur meilleur ».

Avant l'implantation de la puce cérébrale, Arbaugh pouvait utiliser un stylet pour tablette tenu par la bouche (bâton buccal) qui devait être mis en place par un soignant. Aujourd'hui, il joue à des jeux en ligne, navigue sur le web et utilise un ordinateur portable MacBook, le tout en contrôlant un curseur avec son esprit.

Quelques limites

L’annonce de Neuralink concernant l’ouverture des candidatures pour le second participant à l’implant cérébral représente une avancée significative dans le domaine de la neurotechnologie. Cependant, cette initiative soulève également plusieurs questions éthiques et pratiques qui méritent une attention critique.

  • Sécurité et éthique : Le premier essai a révélé des problèmes avec les fils de l’implant, ce qui souligne l’importance de la sécurité des participants. Il est impératif que Neuralink assure une transparence totale sur les risques et les bénéfices potentiels, et qu’elle obtienne un consentement éclairé des participants. De plus, l’aspect éthique de l’expérimentation sur des êtres humains, en particulier lorsqu’il s’agit d’interventions invasives sur le cerveau, doit être rigoureusement examiné.
  • Accessibilité et inclusion : Bien que l’objectif de Neuralink soit d’aider les personnes quadriplégiques, il est crucial de s’assurer que les technologies développées soient accessibles à tous ceux qui en ont besoin, et non seulement à une élite financière ou géographique. L’inclusion doit être une priorité pour éviter de creuser les inégalités existantes en matière de santé et de technologie.
  • Impact à long terme : Les ambitions de Neuralink de connecter des milliers de personnes à des interfaces cerveau-machine d’ici 2030 posent la question de l’impact à long terme de telles technologies sur la société. Comment cela changera-t-il notre rapport à la technologie, à la communication et même à notre propre humanité ? Il est essentiel de mener des débats publics et d’impliquer diverses parties prenantes pour façonner un avenir où la technologie sert véritablement l’humain.

En conclusion, bien que les progrès de Neuralink soient prometteurs, ils doivent être abordés avec prudence et responsabilité. Il est de la responsabilité de la société dans son ensemble de veiller à ce que ces avancées technologiques bénéficient à tous et respectent les principes éthiques fondamentaux.

Source : Neuralink

Et vous ?

Quelles sont les implications éthiques de l’utilisation d’implants cérébraux chez l’homme, et comment pouvons-nous nous assurer que ces technologies ne sont pas abusées ?
Comment la société devrait-elle réguler le développement et l’utilisation des interfaces cerveau-machine pour prévenir les inégalités et garantir un accès équitable ?
Quel type de cadre légal et de gouvernance devrait être mis en place pour superviser les essais cliniques et l’utilisation à long terme des implants cérébraux ?
Comment les avancées de Neuralink pourraient-elles changer notre conception de l’identité humaine et de l’autonomie personnelle ?
Quels sont les risques potentiels pour la vie privée et la sécurité des données lorsque nos pensées et nos mouvements peuvent être interfacés avec des appareils électroniques ?
En quoi les interfaces cerveau-machine pourraient-elles transformer notre façon de travailler, d’apprendre et de communiquer dans le futur ?
Devrions-nous craindre une société divisée entre ceux qui ont accès à ces technologies d’amélioration et ceux qui n’en ont pas ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de TotoParis
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 18/05/2024 à 20:30
J'aurai préféré pouvoir commander ma chasse d'eau, c'est plus simple, mais plus utile.
2  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 19/05/2024 à 23:54
Citation Envoyé par Bruno  Voir le message
Neuralink a-t-il ignoré les risques liés aux premiers essais ? Le premier implant cérébral humain a mal fonctionné,
[B]un problème qui serait connu depuis des années au sein de l'entreprise d'Elon Musk

2  0 
Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/05/2024 à 17:21
Au delà du fait que ça gêne personne aux USA qu'on implante de la camelote dans le cerveau des gens, en tout cas qu'on projette de le faire à une échelle commerciale (bin oui c'est ça le but la santé c'est un prétexte), j'ai lu des articles comme quoi en plus les patients le regrettait souvent bien amèrement.

Frédéric Gilbert, enseignant en philosophie à l'université de Tasmanie et spécialiste en neuroéthique, a mené une étude qui montre les effets indésirables et perturbants des interfaces neuronales directes (BCI) sur une grande partie des patients. Ceux-ci portent notamment sur les «notions de personnalité, d'identité, d'agentivité, d'authenticité, d'autonomie et de soi». Il ajoute avoir observé «des cas où il est clair que les BCI ont induit des changements dans la personnalité ou l'expression de la sexualité» de certains porteurs d'implants cérébraux.
Hmmm charmant

Insider cite l'exemple d'une quinquagénaire qui, se pensant soudain douée d'une force physique supérieure, a tenté de soulever des charges très lourdes à elle seule. Résultat: pas de catastrophe, mais un sentiment d'échec lié au fossé entre ce qu'elle se croyait capable de faire et ce qu'elle pouvait réellement accomplir. «Cela a mené à des cas extrêmes, caractérisés par des tentatives de suicide», souligne Frédéric Gilbert.
Encore plus cool ! On est en train de légaliser l'euthanasie de toute façon, une industrie en nourrira une autre

les spécialistes mettent en garde patients et scientifiques: au lieu d'aider les individus à accomplir un geste auparavant impossible, les implants auraient tendance à prendre les décisions à leur place. «Le dispositif peut finir par supplanter la personne face à la décision [à prendre], à l'exclure de la boucle», explique encore Frédéric Gilbert.
Géniiiial !!! Un problème de moins, roger s'est transformé en machine et en plus il vote Macron grâce à une petite backdoor sympa.

Le lien vers le super boulot de Frédéric Gilbert.
1  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 30/05/2024 à 8:35
Citation Envoyé par sirthie Voir le message
... en créant des dispositifs qui permettraient à une AGI malveillante d'accéder directement aux cerveaux humains, d'en extraire des informations ou d'en prendre le contrôle ?
Et en essayant de développer cette AGI.
En fait tout le génie de Musk est là, il vend le danger et la prévention du danger en même temps.
PS : je ne comprends pas en quoi une "connexion à large bande passante avec les ordinateurs" atténue le risque de l'AGI.
Mais cette idée permet aussi d'ignorer les risque de la "connexion à large bande passante avec les ordinateurs" (qui est un autre sujet traité par bon nombre d'œuvres de SF - qui intéressent surement moins Musk)
1  0 
Avatar de stef-13013
Membre actif https://www.developpez.com
Le 24/05/2024 à 17:13
Le mec a trop lu de bouquins de SF je pense...
1  1 
Avatar de sirthie
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 25/05/2024 à 15:19
Citation Envoyé par Anthony Voir le message
l'objectif ultime de Neuralink est de créer une interface à large bande passante afin d'atténuer potentiellement les risques posés par la superintelligence numérique de l'AGI, en facilitant une communication plus rapide entre les humains et les machines.
... en créant des dispositifs qui permettraient à une AGI malveillante d'accéder directement aux cerveaux humains, d'en extraire des informations ou d'en prendre le contrôle ?
0  0