IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'UE adopte une réglementation qui rend obligatoire l'installation de "limiteurs de vitesse intelligents" dans toutes les nouvelles voitures,
Mais la technologie suscite des réactions mitigées

Le , par Mathis Lucas

21PARTAGES

25  0 
Les nouvelles voitures vendues en Europe devront obligatoirement être équipées d'une technologie qui incitera les conducteurs à ne pas dépasser la vitesse autorisée. Cette exigence est entrée en vigueur le 1er juillet 2024. La technologie, appelée Intelligent Speed Assist (ISA), peut soit avertir les conducteurs lorsqu'ils dépassent la limite de vitesse affichée, soit empêcher activement le véhicule de rouler trop vite. Cependant, la technologie n'est pas infaillible, le risque de faux positifs est élevé, et les détracteurs affirment qu'elle peut également distraire et ennuyer les conducteurs ; des choses qui ne rendent pas vraiment les routes plus sûres pour les usagers.

L'assistance intelligente à la vitesse (Intelligent Speed Assist - ISA) est un système qui informe, avertit et dissuade le conducteur de dépasser la limite de vitesse sur une route donnée. La limite de vitesse du véhicule est réglée automatiquement en fonction des limites de vitesse indiquées sur la route. Le GPS associé à des cartes numériques de limitation de vitesse permet au système ISA d'actualiser en permanence la limitation de vitesse du véhicule en fonction de la limitation de vitesse sur la route. Les experts espèrent que cela aide les conducteurs à respecter les limites de vitesse et à réduire le nombre d'accidents.

La technologie a été introduite dans les nouveaux modèles de véhicules à partir de 2022, de sorte qu'un grand nombre de voitures neuves en sont déjà équipées. Le fait qu'un ordinateur puisse ralentir automatiquement une voiture en fonction des limitations de vitesse affichées n'était donc plus vraiment une question de faisabilité technique depuis un certain temps, mais l'imposer sur toutes les voitures a été une question de volonté politique. Le mandat de la Commission européenne entré en vigueur le 1er juillet 2024 rend la technologie obligatoire dans les nouveaux véhicules destinés à la vente sur le marché européen.


La Commission a déclaré dans un communiqué : « l'objectif est de protéger les Européens contre les accidents de la route, la mauvaise qualité de l'air et le changement climatique, de leur offrir de nouvelles solutions de mobilité adaptées à l'évolution de leurs besoins et de défendre la compétitivité de l'industrie européenne ». Selon la Commission, la technologie ISA doit travailler avec le conducteur et ne pas limiter sa capacité à agir à tout moment pendant la conduite. Le conducteur est toujours aux commandes et peut facilement passer outre le système ISA. Il existe trois différents types de systèmes ISA, à savoir :

  • l'ISA informative ou consultative : elle donne au conducteur un retour d'information par le biais d'un signal visuel ou sonore. Un système d'alerte de vitesse est une version informative de l'ISA ; il est capable d'informer le conducteur des limites de vitesse en vigueur et des excès de vitesse ;
  • l'ISA de soutien ou d'avertissement : elle augmente la pression sur la pédale d'accélérateur. Il est possible de passer outre le système de soutien en appuyant plus fort sur l'accélérateur ;
  • l'ISA d'intervention ou obligatoire : elle empêche tout excès de vitesse, par exemple en réduisant l'injection de carburant ou en exigeant un "kick-down" (rétrogradage) de la part du conducteur s'il souhaite dépasser la limite.


Le conducteur serait en mesure d'intervenir et de neutraliser la technologie. En vertu de la législation européenne, le conducteur peut désactiver l'ISA lorsqu'il est confronté à de fausses alertes ou à un retour d'information inapproprié en raison de conditions météorologiques défavorables, de marquages routiers temporairement contradictoires dans les zones de construction, ou encore de panneaux de signalisation trompeurs, défectueux ou manquants. Selon la Commission, en général, 40 à 60 % des conducteurs dépassent la limite de vitesse autorisée, mais le système ISA semble étrangement très facile à ignorer.

« Même dans le cas de la fonction de contrôle de la vitesse, où la vitesse de la voiture est automatiquement réduite, le système peut être neutralisé en douceur par le conducteur en appuyant un peu plus fort sur la pédale d'accélérateur », ajoute la Commission européenne. Si ces systèmes sont si faciles à ignorer, la principale question est de savoir s'ils auront un effet mesurable sur le taux d'accidents de la route liés aux excès de vitesse ou s'ils deviendront un autre système qu'il sera facile d'ignorer, à l'instar des fenêtres publicitaires. En outre, certains critiques pensent que l'ISA pourrait distraire les conducteurs.

Ils estiment que les faux positifs de la technologie pourraient distraire le conducteur, qui pourrait commettre des erreurs et entraîner un accident. Par exemple, la technologie de reconnaissance des panneaux de signalisation équipant les nouvelles voitures vendues en Australie a souvent été critiquée pour sa mauvaise interprétation des panneaux de zones à vitesse variable (telles que les zones de limitation scolaire à durée limitée), ainsi que pour sa mauvaise lecture des panneaux de limitation de vitesse situés sur les voies de desserte. Les critiques craignent que l'ISA soit également sujet à ces nombreux problèmes.

Citation Envoyé par Critique

C'est un exemple de législation qui impose des technologies fantaisistes qui n'existent pas. On pourrait penser que quelque chose d'aussi simple qu'un limiteur de vitesse devrait être très facile à mettre en œuvre, et cela ne pourrait pas être plus éloigné de la vérité. Regardez n'importe quelle critique d'une voiture équipée de cette technologie et chaque critique se plaindra que ce n'est pas la présence du système qui est le problème, mais le fait qu'il se trompe constamment dans la lecture de la limite de vitesse.

Soit en lisant les mauvais panneaux (des rues parallèles ou des panneaux qui ont été vandalisés et déplacés dans le mauvais sens, ou littéralement en lisant la vitesse de manière incorrecte), soit en se trompant de vitesse GPS, soit en se plaçant sur un chemin privé, en se mettant par défaut à 32 km/h et en vous bipant alors que vous conduisez dans votre propre allée.

En général, personnellement, je pense qu'il s'agit d'une bonne chose potentielle, mais la mise en œuvre est universellement défectueuse, à travers chaque marque, chaque modèle. Maintenant, l'argument de vente est de savoir si la voiture dispose d'un bouton de raccourci sur le tableau de bord pour désactiver ce système.
D'autres critiques y voient une mesure de surveillance intrusive qui deviendra de plus en plus restrictive avec le temps, qui pourrait éventuellement être associée à la technologie V2X (vehicle-to-everything) pour créer des zones délimitées géographiquement où les conducteurs n'auraient plus aucun moyen de contourner les limiteurs de vitesse installés dans leur voiture. Les mesures qui suivront pourraient être encore plus restrictives, celle-ci n'étant que le premier pas vers une technologie de surveillance embarquée. (La V2X permet aux véhicules de communiquer entre eux, avec l'infrastructure routière et le cloud.)

Aux États-Unis, le souvenir de la limitation de vitesse à 88 km/h introduite en 1973 et des réactions qu'elle a suscitées est encore relativement frais, même si certaines méthodes de contrôle de la vitesse basées sur la surveillance, telles que les caméras, ne sont pas devenues aussi omniprésentes dans le pays qu'elles le sont en Europe. L'une des craintes à plus long terme aux États-Unis est que la surveillance de la vitesse par GPS ne finisse par être associée aux polices d'assurance automobile à plus grande échelle, ce qui rendrait les voitures dépourvues de ces technologies beaucoup plus chères à assurer, voire impossible.

Le mois dernier, les États-Unis ont approuvé une réglementation qui exigera l'installation d'un système automatisé de freinage d'urgence dans toutes les nouvelles voitures à partir de 2029. La réglementation ne changera pas grand-chose dans la pratique, puisque la plupart des voitures neuves vendues dans le pays en 2024 en sont déjà équipées. Cependant, comme dans le cas de la nouvelle réglementation de l'UE, elle pourrait marquer le début d'un effort des autorités visant à inciter l'industrie automobile à améliorer la technologie, qui peut être très incohérente et ne pas être à la hauteur des annonces publicitaires.

Des partisans de la réglementation de l'UE craignent que les méthodes visant à imposer un plus grand respect de la limitation de vitesse soient trop minimes pour être efficaces. L'utilisation de limiteurs de vitesse obligatoires sur toutes les nouvelles voitures a été approuvée par le Parlement européen en 2019, et ils entrent maintenant en vigueur.

Source : Commission européenne (1, 2)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de l'assistance intelligente à la vitesse ?
Pensez-vous avoir besoin de cette technologie dans votre voiture ? Pourquoi ?
Cette technologie peut-elle vraiment aider à réduire les accidents de circulation ?
Que pensez-vous des critiques selon lesquelles les systèmes peuvent distraire les conducteurs ?
La réglementation de l'UE peut-elle contraindre l'industrie à rendre la technologie ISA plus cohérente et plus fiable ?

Voir aussi

Les États-Unis exigeront l'installation d'un système automatisé de freinage d'urgence dans toutes les voitures à partir de 2029, prétendument pour améliorer la technologie existante et sauver des vies

Les rapports évoquant un « freinage fantôme » des Tesla qui détectent des « incidents imaginaires » se multiplient : une Tesla en mode Full Self-Driving freine brusquement, entraînant un carambolage

Les systèmes de détection des piétons ne fonctionnent pas la plupart du temps, ne comptez pas sur la technologie pour arrêter votre voiture, d'après une nouvelle étude de AAA

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de tepaze
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 10/07/2024 à 23:25
J'ai (malheureusement) une voiture de ce type, qui bip 3x lorsque je dépasse la vitesse que la voiture a déterminé.
C'est un enfer...
Je suis obligé de le désactiver à chaque démarrage (et oui, ça se remet a chaque fois) tellement il y a d'erreurs...
Le pire, c'est en ville et en périphérie, avec des voies rapide qui ont des sorties tous les km... Ça bip tout le temps et ça raconte n'importe quoi. Mais ça bip aussi sur les voies d'accélération des autoroutes qui sont limitées à 70km/h...
De plus, la voiture roule 8km moins vite que la vitesse indiquée... Ce qui fait que la voiture bip à 83km GPS, m'indiquant que je dépasse les 90km au compteur 😅
Bref, ce sont des lois pondu par des gens qui ne conduisent pas...
Quand au hack... Ce doit être possible, mais qu'en est il des histoires d'assurances, de responsabilités lors d'un accident ?
Et de la garantie constructeur ?
Bref, c'est naze 😭
9  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 11/07/2024 à 7:39
Les experts espèrent que cela aide les conducteurs à respecter les limites de vitesse et à réduire le nombre d'accidents.
Qui sont ces experts? S'ils l'étaient ils se rendraient certainement compte que ça ne sera pas le cas.
1. Ca n'aide pas les gens ça les contraint, c'est très différent
2. Je parie que ça ne diminuera pas significativement le nombre d'accidents (par contre je ne serais pas surpris que ça diminue leur gravité)

Et le danger n'est il pas le contraste de la vitesse plutôt que la vitesse elle même?
Est il raisonnable de faire cohabiter des voiture sans permis limitées à 50km/h avec des camions limités à 90-100km/h avec des voitures à 130km/h?

Question à 1000 balles comment la voiture évalue la limite de vitesse?
Sur mon trajet au travail j'ai une section à 120km/h que tous les GPS détectent comme à 90km/h.
Et encore mieux il y a une section sur un pont où nous héritons de la limite de la route en dessous, c'est à dire 50 km/h au lieu de 120 km/h pendant quelques dizaines de mètres.

Ma voiture me donne la limite de vitesse applicable (en fonction des panneaux et de ma position GPS), la qualité de l'information est toute relative.
SI j'enclenche le limiteur de vitesse elle me signalera par deux bips pas si intrusifs que je dépasse la limite que j'ai défini. Cette solution me va bien parce que je sais la désactiver rapidement.

Il serait aussi temps que les gens se rendent compte que certaines personnes se foutent de la limite de vitesse et roule largement plus vite que la limite et que pour notre propre sécurité nous avons parfois BESOIN de dépasser les limites. Et que nous contraindre à les respecter peut provoquer des accidents.

Il y a pour moi une vraie question philosophique derrière ça : Je trouve choquant l'idée qu'on puisse avoir un accident quand les deux personnes au volant étaient mis dans l'incapacité par un ordinateur de l'éviter.
10  1 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre expert https://www.developpez.com
Le 10/07/2024 à 20:18
Je suis totalement contre, ce genre de truc rend illégal la vente d'une voiture sans système embarqué, avec toute les pannes qui vont avec. Et un système GPS traque à distance le déplacement du véhicule, le suivi à distance comme réglage par défaut (j'espère au moins que l'on peu le désactiver) devient donc obligatoire .
En plus dans ce cas, ça ne sers à rien, mis à part distraire le conducteur, comme certains l'on souligné.

Dans l’ensemble, ça fait longtemps que la voiture en Europe est un objet qui a comme fonction d'invoqué, au non de l’environnement ou de la sécurité, une liste sans fin d'obligation qui rapporte énormément à tout le business qui se créer pour répondre à ces mêmes obligations.
Là où ça devient grave, c'est que de plus en plus, cela se transforme en contrôle social, comme avec les radars à reconnaissances de plaque (la prochaine fois il y aura probablement pire, l'Australie à déjà utilisé la reconnaissances facial), les suivis GPS imposés, les contrôles de la consommation dans les moteurs électrique grâce aux Linky... Et cela il faut ajouté le contrôle social mis à place par les fabricant, qui risque de se transformer en norme de-facto : l'incompatibilité entre différents système de recharge (pour les moteurs électriques), l'absence de droit à la réparation (systèmes très dificilement réparable, mécanique qui casse au bous de quelques années), et surtout le suivi permanent par le constructeur (comme la fondation Mozilla l'a dénoncé).
8  1 
Avatar de vanquish
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 11/07/2024 à 9:57
Que l'on soit pour ou contre sur le plan étique ou politique c'est beaucoup trop tôt.
Ces systèmes ne sont fiables ni dans un sens ni dans l'autre.
Sur voie rapide il n'est pas rare que le système m'affiche 50 à cause du panneau d'une sortie.
Et tout à coté de chez moi il m'affiche un panneau "autoroute" alors que je suis en rase campagne et que non seulement je ne suis pas sur autoroute (limitation à 30 à cet endroit), mais en plus je ne vois pas ce qui le perturbe, car il n'y a rien avec ce sigle (comme la direction vers une autoroute proche) ou quelque chose qui pourrais ressembler.

Décision dogmatique de personne qui roule en voiture avec chauffeur ou en vélo d'un arrondissement à l'autre.
Je ne critique pas ces derniers (au contraire) sauf quand ils essaient de transformer leur mode vie en règle applicable à tous.

D'ailleurs je me demande si à vouloir fliquer les gens ou les noyer sous une technologie qu'ils ne maitrise pas toujours, ils vont rester avec leur bonne vieille voiture plus polluante, mais plus simple et fiable.
6  0 
Avatar de BugFactory
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 11/07/2024 à 10:12
J'ai un jour du écraser l'accélérateur pour éviter une collision avec un camion fou. Je n'avais aucun autre moyen d'éviter la collision. Si ma voiture avait refusé d'accélérer, je serai mort.
6  0 
Avatar de der§en
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 10/07/2024 à 21:04
Je sent, venir un nouveau marché pour les hackers pour faire désactiver cette merde !
5  0 
Avatar de phil995511
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 11/07/2024 à 13:35
A un stade donné ou soit on remplace les conducteurs par des automates, soit on arrête de faire chier les conducteurs de la sorte. Car en l'état ce n'est pas qu'une assistance à la conduite que l'on nous vends, sans nous en laisser le choix de l'activer ou pas. En effet certains de ces outils comme ce limitateur de vitesse tiennent plus du flicage de nos véhicules qu'autre chose ;-( Me concernant je veux avoir le choix et non pas devoir subir un dictât induit par des tiers dans un bien de consommation m’appartenant !!!
5  0 
Avatar de smarties
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 11/07/2024 à 9:47
Personnellement, je mettrais un mauvais avis aux concessions qui vendent ce genre de véhicule en espérant que ça remonte aux maisons mère pour pousser l'arrêt de ce genre de mesure.

Ces "penseurs" vivent dans un autre monde pour nous sortir des choses pareilles !
5  1 
Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 13/07/2024 à 20:50
Citation Envoyé par Fagus Voir le message
On est typiquement dans une société individualiste qui veut sans cesse que les droits individuels priment sur la collectivité.[...]
Pas que. On est dans une société de collecte des données et de contrôle pour un oui ou pour un non, et où les dérives se font de plus en plus grandes.

Vous voulez empêcher les gens de rouler à 70 km/h dans des lignes droites à 30km/h? Mettez des dos d’ânes et cassez les lignes droites avec des obstacles, remettez des routes pavées. Ce sera plus efficace et plus rapide.

Pas besoin d'imposer des saletés dangereuses aux véhicules sous prétexte de protection. Là, tout ce que ça apporte, c'est l'obligation du véhicule à être connecté, et bien entendu, la possibilité pour le constructeur et ses partenaires de récupérer des données à l'insu des gens. Et ça, c'est sans compter les problèmes en cas de faux positif/dysfonctionnement.

C'est du même acabit que Chat Control sous prétexte de défendre les enfants.
0  0 
Avatar de Fagus
Membre expert https://www.developpez.com
Le 13/07/2024 à 18:25
Citation Envoyé par phil995511 Voir le message
A un stade donné ou soit on remplace les conducteurs par des automates, soit on arrête de faire chier les conducteurs de la sorte. [...] Me concernant je veux avoir le choix et non pas devoir subir un dictât induit par des tiers dans un bien de consommation m’appartenant !!!
On est typiquement dans une société individualiste qui veut sans cesse que les droits individuels priment sur la collectivité.

On n'a pas voulu des radars de vitesse en ville (chez moi dans les lignes droites à 30 km/h c'est souvent >70km/h). (Vous auriez vu l'état de la moto après la collision sans visibilité au débouché de deux arbres).

On n'a pas voulu du 80km/h sur départementales (les statisticiens sont formels, abaisser puis remonter la vitesse fut une expérience qui permit de démontrer sans aucun doute le lien causal entre la vitesse et la mortalité. Ces départements à 90 ont les pires stats de mortalité de cyclistes sur route d'ailleurs).

Récemment, une automobiliste a fauché 12 enfants. Le post-mortem de l'accident montre que le réseau cyclable s'interrompt totalement dans la zone de l'accident, car, explique une élue, il est risqué électoralement de supprimer une partie de places de stationnement de cette rue.

La nouvelle norme, sur les routes, c'est je suis prioritaire si je peux écraser dans plusieurs régions, et si collision c'est délit de fuite.

Jadis, les Hollandais, horrifiés par les accidents de la route (ils avaient alors une société du tout-voiture similaire à la notre), ont lancé le mouvement Stop de kindermoord qui a abouti à la modification du réseau routier pour diminuer la mortalité sur route. En France l'ambiance politique, c'est "Que voulez-vous, les français adorent la bagnole" comme l'ont paraphrasé des générations de politiques. Il faut dire qu'en France contrairement aux Pays bas, les constructeurs automobiles font la pluie et le beau temps en politique (il n'y a pas de constructeurs hollandais significatif).
0  1