IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Elon Musk annonce que Neuralink procédera à la pose du prochain implant cérébral sous peu, en dépit des problèmes rencontrés avec le premier patient
En raison de la déconnexion de certains fils de son cerveau

Le , par Patrick Ruiz

0PARTAGES

3  0 
Elon Musk a déclaré lors d'un récent direct que sa start-up spécialisée dans les technologies cérébrales, Neuralink, envisage de poser un implant cérébral sur un deuxième patient humain sous peu. L’annonce fait suite à des problèmes rencontrés avec un premier patient, notamment, la déconnexion de certains fils de son cerveau. Le tableau ravive le débat entre le danger que représente la nécessité de la pose du dispositif dans le cerveau et les avantages annoncés dans divers domaines dont le médical.

En janvier, Neuralink a implanté le dispositif sur un patient de 29 ans, Noland Arbaugh, dans le cadre d'une étude visant à tester sa sécurité. En mars, l'entreprise a diffusé une vidéo en direct avec M. Arbaugh pendant qu'il utilisait le BCI, et Neuralink a déclaré en avril que l'opération s'était « extrêmement bien déroulée. »

Mais dans les semaines qui ont suivi, un certain nombre de fils se sont rétractés du cerveau de M. Arbaugh, a indiqué Neuralink. Cela signifie qu'il y avait moins d'électrodes efficaces, ce qui a empêché l'entreprise de mesurer la vitesse et la précision du Link. Neuralink n'a pas indiqué le nombre de fils qui se sont rétractés du tissu.

En guise de solution de rechange, Neuralink a déclaré avoir modifié l'algorithme d'enregistrement, amélioré l'interface utilisateur et travaillé à l'amélioration des techniques de traduction des signaux en mouvements du curseur. Neuralink aurait envisagé de retirer l'implant, mais le problème n'a pas posé de risque direct pour la sécurité de M. Arbaugh.

Bien que certains fils se soient rétractés du tissu cérébral de M. Arbaugh, Neuralink a déclaré qu'il utilisait le système BCI de la société environ huit heures par jour pendant la semaine, et souvent jusqu'à dix heures par jour pendant les week-ends. M. Arbaugh a déclaré que le Link était comme une « surcharge de luxe » et qu'il l'avait aidé à « se reconnecter avec le monde », selon la société.


Un implant cérébral mis sur pied par l’entreprise Precision Neuroscience ravive le débat sur la plus grosse tare du dispositif proposé par Neuralink : il pénètre le cerveau

En effet, la solution proposée par l’entreprise Precision Neuroscience ne pénètre pas le cerveau contrairement à celle proposée par Neuralink d’Elon Musk. Elle se pose plutôt sur le cerveau. Chaque réseau de microélectrodes de Precision comprend 1 024 électrodes d'un diamètre compris entre 50 et 380 microns, reliées à une interface matérielle personnalisée. Le dispositif est modulaire. Il peut être glissé sur le cerveau au cours d'une intervention chirurgicale peu invasive qui ne nécessite qu'une mince fente dans le crâne, par laquelle le dispositif en forme de ruban jaune peut glisser, selon Precision.

Le dispositif s'adapte ensuite à la surface du cerveau. L'unité de traitement qui recueille les données des électrodes est conçue pour être placée entre le crâne et le cuir chevelu. Si l'implant doit être retiré, le film est conçu pour glisser hors de la boîte crânienne sans causer de dommages.

Le dispositif actuel de Neuralink contient 1024 électrodes réparties sur 64 fils plus fins qu'un cheveu, qui sont implantés dans le cerveau par un robot chirurgical. Chez le premier patient ayant reçu un implant, les fils ont été insérés de 3 à 5 mm dans le tissu cérébral. Mais 85 % de ces fils se sont rétractés du cerveau du patient dans les semaines qui ont suivi l'opération, et certaines électrodes ont été coupées en raison de ce déplacement. Neuralink aurait l'intention d'implanter les fils plus profondément (8 mm) chez son deuxième patient. La Food and Drug Administration a donné son feu vert à cette opération. L'Utah Array, quant à lui, peut pénétrer jusqu'à 1,5 mm dans le cerveau. Precision pour sa part prévoit de commercialiser son premier dispositif en 2025.

Ces entreprises ont pour objectif préliminaire de mettre ces interfaces cerveau-ordinateur (BCI) à contribution pour diverses applications médicales, en particulier pour les patientes qui ont subi un accident vasculaire cérébral ou une lésion de la moelle épinière

Les implants humains visent à améliorer la qualité de vie des personnes paralysées en leur permettant de contrôler des appareils numériques par la pensée. Cette avancée technologique promet de transformer les soins aux patients souffrant de lésions de la colonne vertébrale. Nolan Arbaugh, premier participant humain, a pu jouer à des jeux vidéo avec ses signaux cérébraux, démontrant le potentiel de la technologie malgré les problèmes actuels.

Selon un sondage mené après les expérimentations de Neuralink par Elon Musk, les consommateurs perçoivent ces implants comme des solutions controversées. En effet, 82 % s'opposent à l'implantation de puces cérébrales, 10 % se disent indécis, et seulement 2 % sont prêts à participer à des essais. Toutefois, à long terme, une adoption réussie pourrait modifier la perception et l'intégration des technologies médicales avancées dans la société. Bien que les attentes envers les implants de Neuralink soient élevées, les défis techniques actuels révèlent un écart significatif entre ces attentes et la réalité. Les frustrations incluent les problèmes de sécurité et de fonctionnalité des fils. Ces défis nécessitent une approche équilibrée entre innovation rapide et sécurité des patients.

Benjamin Rapoport, cofondateur de Neuralink, a récemment quitté la société en raison de désaccords sur les pratiques de sécurité. Le maintien de la sécurité des patients reste une priorité absolue pour la FDA. Tout en refusant de commenter les détails spécifiques de l'essai de Neuralink, l'agence a déclaré qu'elle continuerait à surveiller tous les participants à l'étude de Neuralink.

En revanche, si Neuralink poursuit ses essais sans résoudre le problème des fils qui s'arrachent (se délogent), elle pourrait être confrontée à des problèmes. En effet, un plus grand nombre de fils pourrait entraîner un dysfonctionnement et réduire l'efficacité de l'implant. Les ajustements actuels de l'algorithme de Neuralink pourraient ne pas suffire à compenser la diminution du nombre d'électrodes fonctionnelles. Toutefois, la refonte des minuscules fils qui assurent l'interface avec le cerveau est également une solution complexe.

Si les chercheurs optent pour une nouvelle conception qui implique un ancrage plus solide des fils dans le cerveau, ils risquent de déloger ces fils ancrés et de provoquer des lésions cérébrales. En outre, le retrait du dispositif à l'avenir, si nécessaire, pourrait devenir plus complexe et potentiellement risqué, ont déclaré deux des sources.

Source : Elon Musk

Et vous ?

Que pensez-vous de ces implants cérébraux ? Seriez-vous prêt à les essayer pour des raisons médicales ?

Voir aussi :

Neuralink, le projet d'Elon Musk pour qu'un cerveau humain interagisse directement avec un PC, et l'Homme fusionne avec l'IA, aberration ou fiction ?

Neuralink d'Elon Musk annonce que l'interface cerveau - ordinateur est prête pour des tests sur les humains, et entend procéder aux premiers en 2020

L'apocalypse s'accomplira-t-elle avec la création de l'IA ? L'entrepreneur Elon Musk pense que l'IA est la plus grande menace de l'humanité

Neuralink d'Elon Musk, la discrète firme qui travaille sur des ordinateurs à implanter dans le cerveau, lève le voile sur le secret, sous peu

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !