Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

SpaceX d'Elon Musk vaut maintenant plus que Tesla,
Après le déploiement en orbite avec succès des 60 satellites Starlink

Le , par Stan Adkens

69PARTAGES

6  0 
SpaceX n’a lancé que 60 de ses satellites sur les 12 000 à déployer dans le cadre de son projet Starlink, mais l’entreprise fondée en 2002 par Elon Musk serait déjà devenue importante que son autre entreprise de construction de véhicules électriques, Tesla, selon un rapport de CNBC. Starlink est le projet d’Elon Musk pour fournir de l’Internet haut débit depuis l’espace partout dans le monde. Dans la nuit du jeudi au vendredi de la semaine dernière, SpaceX a procédé à la mise sur orbite de ses 60 premiers satellites de la constellation Starlink. L’entreprise qui travaille dans le domaine de l'astronautique et du vol spatial a également révélé qu'elle a levé plus d'un milliard de dollars de nouveaux fonds en 2019.

SpaceX est maintenant évalué à 33,3 milliards de dollars, ont déclaré vendredi dernier à CNBC des investisseurs qui connaissent bien la dernière ronde de financement de l'entreprise, tandis que la capitalisation boursière de Tesla était de 32,8 milliards de dollars à la fin de la séance le même vendredi, avec les actions de l’entreprise se négociant à moins de 200 dollars. Ce qui a permis à la CNBC de conclure que SpaceX, la société spatiale d'Elon Musk, vaut maintenant plus que sa société de véhicules électriques, Tesla, du moins sur papier.


Selon CNBC, depuis le début de l’année 2019, SpaceX a, non seulement, levé plus de 1,02 milliard de dollars, mais également, lancé avec succès 60 satellites Starlink. Pendant ce temps, Tesla connait une chute continue de ses actions avec une baisse de plus de 44 % au cours de la même période. En effet, introduite en Bourse en 2010, l'action Tesla a connu un parcours boursier qui a donné envie aux investisseurs. Mais après avoir suscité beaucoup d'espoirs lors des années précédentes, la société montre des signes de faiblesse.

Bien que Tesla, l'un des principaux pionniers de la voiture électrique, arrive à vendre ses modèles, elle a dû s'endetter lourdement pour maintenir son ambition de changer l'univers automobile. Selon CNBC, le constructeur de véhicules électriques a eu du mal à maîtriser ses dépenses, tout en misant sur le succès en Chine, pendant que la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine devient de plus en plus intense.

C’est depuis cette année que Tesla a commencé ses efforts afin d’installer une usine à Shanghai, mais plusieurs challenges se dessinent déjà face l’entreprise. Selon CNBC, l’entreprise d’Elon Musk devra faire face à des taxes d'importation élevées en Chine dans ce contexte de vives ripostes du pays face à la répression américaine, jusqu'à ce que Tesla commence à y fabriquer ses berlines électriques de modèle 3. Le fabricant de véhicules électriques serait également confronté à des tarifs plus élevés sur les pièces et les matières premières qu'elle achète auprès de fournisseurs locaux pour fabriquer ses batteries et ses voitures aux États-Unis. L’administration Trump ayant rendu la vie difficile à certaines entreprises chinoises qui s’approvisionnent en intrants aux Etats-Unis. La situation ne devrait pas non plus être favorable au moment de la production des Models 3 en Chine si cette guerre commerciale persiste.

L’action Tesla, qui donnait autrefois envie aux investisseurs, est en baisse et cela peut s’expliquer aussi par le fait que l’entreprise a longtemps pu compter sur son célèbre PDG, Elon Musk, qui a l’art de présenter un avenir radieux pour sa société en faisant des promesses. Cependant, à force de promettre sans résultats concrets à ce jour, les investisseurs commencent à s'impatienter.

Elon Musk ne manque pas d’éloges pour la technologie de pilotage automatique de Tesla. Cependant, les véhicules Tesla ont été impliqués dans trois accidents mortels aux Etats-Unis sur trois ans pendant que le pilote automatique était activé. Malgré ces incidents, qui remettent encore le doute sur cette technologie de pilotage automatique, le PDG et co-fondateur de Tesla, Elon Musk, l'a plutôt vanté allant même jusqu’à dire le mois dernier qu’il y aura 1 million de robots-taxis en circulation l’année prochaine.

Raj Rajkumar, professeur en génie électrique et informatique à la Carnegie Mellon University, a déclaré ceci : « Le fait que le même type d'incident se soit produit en 3 ans semble indiquer que le problème n'a pas été résolu. L'apprentissage automatique (Machine Learning) et l'intelligence artificielle ont des limites inhérentes. Si les capteurs du véhicule détectent ce qu'ils ont rarement ou jamais vu auparavant, ils ne savent pas comment gérer ces situations. Tesla ne prend pas en charge les limitations bien connues de l'IA ».


Pendant que les investisseurs sont en train de lâcher le titre Tesla qui chute en bourse, SpaceX est maintenant évalué à 33,3 milliards, après avoir levé plus de 1,02 milliard de dollars depuis le début de 2019. L’entreprise vient également de placer en orbite avec succès 60 satellites pour fournir l’Internet haut débit dans tous les recoins du monde, même si les mini-satellites lumineux ont suscité cette semaine des inquiétudes parmi les astronomes. En effet, 60 des 12 000 satellites Starlink déployés à 450 km d’altitude étaient visibles depuis le sol, et ces scientifiques craignent qu’ils causent la pollution du ciel et qu’à l’avenir il devienne impossible de « balayer le ciel à la recherche d'objets radioélectriques de faible intensité ».

Musk est le principal actionnaire et PDG des deux sociétés, avec une participation de 54 % dans SpaceX et plus de 20 % dans Tesla, et selon l'analyste de Morgan Stanley, Adam Jonas, qui a déclaré lors d'une conférence téléphonique le 22 mai dernier, que les investisseurs ne devraient pas exclure la possibilité que Musk puisse utiliser sa participation dans SpaceX pour « garantir » Tesla. « Il existe un précédent pour Elon Musk qui lui permet de réfléchir à l'ensemble de son portefeuille d'entreprises », a-t-il déclaré, faisant référence à l'acquisition par Tesla en 2016 de SolarCity, une société américaine de services énergétiques.

Selon CNBC, l'opération d’acquisition de SolarCity a coûté à Tesla environ 5 milliards de dollars. La société a émis 2 milliards de dollars d'actions et a pris en charge environ 3 milliards de dollars de dette. CNBC rapporte que l’opération était également perçue comme un plan de sauvetage pour Musk et sa famille – son cousin Lyndon Rive était le PDG de l'installateur solaire résidentiel, tandis qu'Elon Musk et d'autres amis et membres de sa famille avaient également investi personnellement dans SolarCity.

Tesla présente clairement beaucoup de difficultés à accroître son activité et à tenir ses objectifs. Consumer Reports a publié, la semaine dernière, un rapport d’enquête sur une nouvelle capacité ajoutée en début d’année à la Modèle 3, la fonction « Navigate on Autopilot ». En effet, avec « Navigate on Autopilot », la Model 3 peut automatiquement changer de voie et tourner sur les bretelles d'accès et de sortie en suivant un itinéraire à partir du système de navigation de la voiture. Mais le problème est qu’avec la nouvelle fonction la Model 3 coupe dangereusement devant les autres conducteurs, enfreignant parfois le Code de la route dans certains Etats américains, comme le Connecticut, de sorte l’association a conclu que le dernier pilote automatique de Tesla est « Beaucoup moins compétent qu'un humain ».

Par ailleurs, The Guardian a rapporté dimanche dernier que l’idée de Musk de faire des voitures autonomes Tesla des robots taxis, d’ici peu, est tout aussi qualifiable d'une idée démesurée que d’une idée très alléchante pour les amoureux de voitures autonomes de la marque Tesla. Elon Musk avait en effet émis l’idée selon laquelle, d’ici la fin de l’année prochaine, les propriétaires de voiture autonomes Tesla seront en mesure de transformer leurs voitures en des « robots taxis » et les faire travailler quand ils seront au bureau afin de gagner des revenus supplémentaires.

A cette allure, acheter l'action Tesla pourrait être comme un investissement spéculatif risqué, particulièrement à court terme. Espérons également que tout se passe très bien pour SpaceX.

Source : CNBC

Et vous ?

Que pensez-vous de ce rapport de CNBC ?

Lire aussi

Les 60 premiers satellites de Starlink, le projet d'Elon Musk pour fournir Internet depuis l'espace, sont lancés en orbite, après deux tentatives
Le dernier pilote automatique de Tesla est « Beaucoup moins compétent qu'un humain », car « incroyablement myope », selon Consumer Reports
Tesla annonce que le nouvel ordinateur pour une conduite entièrement autonome de ses véhicules est en production, et fera ses preuves ce mois-ci
Des chercheurs ont réussi à inciter le pilote automatique de Tesla à s'engager dans le trafic opposé, en utilisant des autocollants
L'Autopilot d'une Tesla Model 3, impliquée dans un accident, était activé lorsque le véhicule s'est écrasé contre un camion, indique le NTSB

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 16/09/2019 à 13:30
SpaceX annonce qu'il déploiera le haut débit par satellite à travers les États-Unis plus rapidement que prévu,
et demande le feu vert des autorités

SpaceX a annoncé son intention de modifier sa stratégie de lancement de satellites de manière à accélérer le déploiement de son service haut débit Starlink et s'est fixé pour objectif de fournir un haut débit dans le sud des États-Unis à la fin de l'année prochaine.

Dans un document déposé le 30 août, SpaceX a demandé à la Federal Communications Commission de « modifier l’espacement orbital de ses satellites ». Avec ce changement, chaque lancement de SpaceX déploierait des satellites dans « trois plans orbitaux différents » au lieu d'un, « accélérant le processus de déploiement de satellites couvrant une zone de service plus large ».

Un plan orbital

« Cet ajustement accélérera la couverture dans les États du sud et les territoires des États-Unis, potentiellement dans les régions du sud des États-Unis d'ici la fin de la prochaine saison des ouragans et atteindra d'autres territoires des États-Unis avant la prochaine saison des ouragans », a déclaré SpaceX à la FCC. Les saisons des ouragans de l'Atlantique et du Pacifique commencent chacune au printemps et se terminent le 30 novembre de chaque année.

SpaceX a déjà annoncé son intention de « fournir une couverture continue sur les États du nord du pays après seulement six lancements supplémentaires », mais a indiqué qu'une modification de licence était nécessaire pour accélérer le déploiement dans le sud des États-Unis. Le dossier de SpaceX souligne l’importance d’obtenir rapidement le service dans certaines parties des États-Unis où la couverture haut débit est limitée.

« Grâce à cet ajustement simple, SpaceX peut élargir sa couverture géographique dès les premières étapes du déploiement de la constellation et permettre au service initial de desservir les clients plus tôt dans les latitudes moyennes et à l'extrême sud des États et, surtout, aux Américains souvent mal desservis à Hawaii, à Porto Rico. et les îles Vierges américaines », a déclaré la société à la FCC.

SpaceX a été quelque peu vague sur les dates de lancement de son service haut débit. En octobre 2017, SpaceX a annoncé devant un comité du Congrès qu'il lancerait au moins 800 satellites avant d'offrir un service commercial, affirmant que ce service commercial serait probablement disponible en 2020 ou 2021, comme le rapportait SpaceNews à l'époque. L'année dernière, Reuters a annoncé que l'objectif de SpaceX d'un lancement en 2020 était « à peu près conforme ». Le PDG de SpaceX, Elon Musk, avait licencié certains des cadres supérieurs de Starlink afin de respecter son calendrier.

Moins de satellites lancés

Dans sa nouvelle demande à la FCC, SpaceX a déclaré que le réglage de l'espacement orbital signifiait qu'il faudrait « moins de lancements de satellites - peut-être même la moitié en moins - pour pouvoir desservir l'ensemble des États-Unis contigus (ainsi que Hawaii, Porto Rico, Virgin Samoa américaines et les îles Mariannes du Nord) ». Dans le reste du monde, « la modification permettrait une couverture plus rapide de toutes les longitudes et se développerait vers l'équateur, ainsi qu'une capacité accrue dans les zones à plus forte densité de population », a déclaré SpaceX.

Afin de couvrir une région donnée, SpaceX a déclaré qu'il devait « déployer un nombre suffisant de nœuds pour assurer une couverture continue » et « disposer d'assez d'antennes dans les bonnes configurations physiques pour transmettre les signaux ».

Si la modification est approuvée, les satellites SpaceX voyageront dans 72 plans orbitaux au lieu des 24 précédemment approuvés, et il y aurait 22 satellites dans chaque plan au lieu des 66 déjà approuvés. L'altitude et l'inclinaison resteraient inchangées à 550 km et 53°, respectivement.


SpaceX a lancé 60 satellites en mai de cette année pour tester le système avant de se préparer à un déploiement plus large. SpaceX a déclaré que son « processus itératif » avait conduit à sa nouvelle proposition. « SpaceX a démontré l'efficacité de son processus de déploiement révolutionnaire et a confirmé sa capacité à équiper trois plans orbitaux en un seul lancement », a déclaré la société dans un nouveau dossier. « En réorganisant ensuite ses satellites à l'altitude déjà autorisée, SpaceX peut assurer une couverture et une capacité plus homogènes et plus rapides sur une plus grande partie du territoire américain ».

SpaceX a également annoncé son intention de « procéder à plusieurs autres lancements de Starlink avant la fin de 2019 » et a demandé à la FCC de se prononcer rapidement sur sa demande.

Une collision évitée

Au début du mois, l'Agence spatiale européenne (ESA) a pris des mesures pour éviter une collision avec un satellite à large bande SpaceX après qu'un bogue dans le système de pagination sur appel de SpaceX ait empêché la société d'obtenir une mise à jour cruciale.

« Pour la première fois de son histoire, l'ESA a réalisé une "manœuvre d'évitement de collision" afin d'empêcher l'un de ses satellites d'entrer en collision avec une "méga constellation" », a annoncé l'ESA sur Twitter. Elle faisait référence au système large bande Starlink de SpaceX, qui en était aux premières étapes de son déploiement. Des mesures ont dû être prises car le satellite Aeolus de l'ESA et un satellite Starlink suivaient une trajectoire comportant plus d'une chance de collision sur 1 000.


Un article paru dans Forbes était intitulé « SpaceX a refusé de déplacer un satellite Starlink malgré la menace de collision avec un satellite européen » et incluait des citations de Holger Krag, responsable du Bureau des débris spatiaux de l'ESA :

« Sur la base de ce [risque de collision], nous avons informé SpaceX, qui a répondu en disant qu'ils n'envisageaient pas d'agir », a déclaré Krag, qui a informé SpaceX par courrier électronique. « Il était au moins clair de savoir qui devait réagir. Nous avons donc décidé de réagir car le risque de collision était proche de 1 sur 1000, ce qui était dix fois plus élevé que notre seuil ».

SpaceX a expliqué dans un communiqué qu'il n'avait pas pris de mesures à cause des premières estimations selon lesquelles le risque de collision était beaucoup plus faible que ce qu'il s'est avéré. SpaceX a déclaré qu'il se serait coordonné avec l'ESA pour éviter une collision une fois les estimations empirées, si seulement le bogue du système de pagination n'avait pas empêché SpaceX d'obtenir une mise à jour de la probabilité de collision. SpaceX a déclaré qu'il essayait de corriger le bogue afin d'éviter de tels incidents à l'avenir.

Dans un billet publié sur le site de l'ESA. Krag a précisé qu'il ne blâmait pas SpaceX, mais il a déclaré que l'incident mettait en évidence le besoin de systèmes plus performants pour prévenir les collisions :

« Personne n'était en faute ici, mais cet exemple montre le besoin urgent d'une gestion appropriée du trafic spatial, avec des protocoles de communication clairs et une automatisation accrue », a déclaré Krag dans le billet sur le site de l'ESA. « C’est ainsi que le contrôle du trafic aérien fonctionne depuis plusieurs décennies et les opérateurs spatiaux doivent à présent se rassembler pour définir la coordination automatisée des manœuvres ».

Sources : ESA (twitter), ESA (billet), demande de SpaceX

Voir aussi :

« On peut voir l'humanité comme une sorte de chargeur d'amorçage biologique pour l'intelligence artificielle », d'après Elon Musk
Voitures autonomes : « Tous ceux qui comptent sur le lidar sont condamnés », selon Elon Musk, PDG et co-fondateur de Tesla
Microsoft investit 1 Md$ dans OpenAI, la société fondée par Elon Musk, qui tente de développer une IA semblable à l'intelligence humaine
Neuralink d'Elon Musk annonce que l'interface cerveau - ordinateur est prête pour des tests sur les humains et entend procéder aux premiers en 2020
12  0 
Avatar de halaster08
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 03/06/2019 à 7:43
Citation Envoyé par Uther Voir le message
c'est vrai, mais ça ne veut pas dire 12000 lancement de fusées
Si il reste sur 60 satellites par lancement comme pour le premier, ça fait quand même 200 lancement de fusées.
D'ailleurs, j'y connais pas grand chose en fusée mais ça coute pas un peu cher en carburant le décollage ? Alors que les énergies fossiles se raréfient est-ce vraiment un bon investissement ? Surtout si d'autres veulent faire pareil par la suite.
5  1 
Avatar de MarieKisSlaJoue
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 06/06/2019 à 13:02
Citation Envoyé par Itachiaurion Voir le message
Pourquoi ça poserai problème? Réponse simple, plus il y a de stallite, plus il y a de chance qu'on se retrouve dans un scénario catastrophe ou les débris flottant deviennent tellement nombreux a force de collision et de destruction (et rajouter 10 fois l'équivalent de ce qu'il y a comme satellite en orbite basse en ce moment c'est pas un petit chiffre) qu'on serait incapable de lancer des fusée a cause des probabilités bien trop importante de collision avec par exemple un simple boulon qui va a des vitesse suffisante pour le transformer en projectile mortel. Puis bon l'internet depuis l'espace c'est gentil mais le ping est dégueulasse, il ferait mieux d’investir dans la fibre ou dans d'autre truc plutôt que de faire mumuse avec des domaine qui le dépasse.
On les envoies en orbite bases, donc si ton satellite ne prévois pas déjà de se désintégré lui même dans l’atmosphère il finira de toute façon par se faire ralentir par les frôlement (même léger il en à toujours) et la gravité. C'est un problème connu, pour cela que space X font revenir leur lanceur d'ailleurs. En orbite base tu as 1 débris pour plusieurs km de vide.. Avant de ne plus pouvoir lancer de fusée il va se passer du temps.

Citation Envoyé par halaster08 Voir le message
Si il reste sur 60 satellites par lancement comme pour le premier, ça fait quand même 200 lancement de fusées.
D'ailleurs, j'y connais pas grand chose en fusée mais ça coute pas un peu cher en carburant le décollage ? Alors que les énergies fossiles se raréfient est-ce vraiment un bon investissement ? Surtout si d'autres veulent faire pareil par la suite.
Oui une fusée ça pollue et ça coûte cher en carburant. Mais comme une voiture. Et si on compare l'industrie automobile à l'industrie spatiale, je pense que le plus gros pollueur serai l'industrie automobile. Alors ne faudrait-il pas mieux commencer par arrêter l'industrie la plus polluante avant ?

Il existe par contre des moteur à hydrogène dans les fusée qui eux ne rejette que de... l'eau...

Citation Envoyé par Jipété Voir le message
Par ailleurs je considère qu'on aurait vraiment autre chose à faire ici-bas plutôt que de vouloir à tout prix que tout le monde soit connecté surveillé h 24.
Par exemple, nettoyer les océans, et là, y a du boulot. Mais non, on préfère envoyer ces machins en l'air qui vont nous fliquer, dans un monde de plus en plus invivable.
On est vraiment trop "cé eau haine"s. Tous. Même ceux qui envoient des machins là-haut, avec notre pognon au bout du compte.
CQFD.
Ca n'a aucun rapport. C'est pas parce qu'il à des chose à faire en bas qu'il faut arrêter d'en faire en haut. Envoyer des satellites n'empêche pas au gens d'aller nettoyer les océans. Envoyer un satellite ne t'empêche pas d'aller nettoyer une forêt.

Et puis ton pognons... Tu sais combien tu donne à la conquête spatiale ? Tu sais combien elle te rapporte ?
4  0 
Avatar de Pierre Fauconnier
Responsable Office & Excel https://www.developpez.com
Le 02/06/2019 à 18:43
12000 satellites? Sont pas un peu fous?
4  1 
Avatar de Pierre Fauconnier
Responsable Office & Excel https://www.developpez.com
Le 04/06/2019 à 12:41
Moi, en plus de beaucoup d'autres inquiétudes (qui finance réellement? Qui sera en mesure de couper l'internet à tout moment, sous quelle raison et avec quel contrôle?, ...) je retiens également ceci:

« C'est une société privée qui souille notre ciel à nous tous. Il est intéressant de constater qu'il n'y a pas de consensus à ce sujet. Personne ne nous l'a demandé »
3  0 
Avatar de MarieKisSlaJoue
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 05/06/2019 à 20:41
Citation Envoyé par plegat Voir le message
Si tu prends les transports en commun, non, le plus urgent, c'est d'avoir de la 4G sur le smartphone... même au fin fond du métro... ça devient dur de croiser le regard de quelqu'un dans le métro ou le bus de nos jours! J'ose à peine imaginer le taux d'arthrose du pouce et des cervicales quand ils seront vieux tous ces gens...
Parce que c'est vrai qu'avant les smartphones les gens se parlaient plus dans le train… Avant les smartphones on avait des MP3 et on écoutez notre musique, avant encore on lisaient nos magazines, des bouquin ou des journaux, personne ne parlait.
Et puis lire ça use aussi les cervicale et le pouce…
3  0 
Avatar de plegat
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 04/06/2019 à 12:52
Citation Envoyé par Jipété Voir le message
Eh bien, par le plus grand des hasards j'ai passé un gros quart d'heure vers 1 h cette nuit dehors et n'ai rien vu de particulier, ni sat' ni avions et encore moins le train de Musk.
Moi non plus... mais c'est surtout parce qu'à 30 bornes de Toulouse, tu te prends toute la pollution lumineuse de la ville et de sa proche banlieue dans les yeux maintenant! ([mode=Cabrel] c'était mieux avant... [/mode])

Citation Envoyé par Jipété Voir le message
Mais même s'il y en avait eu, cela n'aurait rien enlevé à l'énorme artificialité du "train"
à modérer un petit peu, les satellites sont sur une orbite commune temporaire juste après leur lancement, ils vont se séparer pour gagner leur orbite respective, et fini le petit train! Tu auras plein de lucioles après!

Citation Envoyé par Jipété Voir le message
, et cela n'empêche pas qu'il ferait mieux de s'occuper d'autre chose, il y a plus urgent à faire, à l'heure actuelle.
Si tu prends les transports en commun, non, le plus urgent, c'est d'avoir de la 4G sur le smartphone... même au fin fond du métro... ça devient dur de croiser le regard de quelqu'un dans le métro ou le bus de nos jours! J'ose à peine imaginer le taux d'arthrose du pouce et des cervicales quand ils seront vieux tous ces gens...
2  0 
Avatar de sebbod
Membre actif https://www.developpez.com
Le 07/06/2019 à 10:57
Citation Envoyé par sebbod
Citation Envoyé par Maghin
A l'image de certaines inventions comme la voiture : au début c'est rigolo, après ça fait peur, puis à la fin c'est normal et on en voit partout.
C'est quand la fin ^^ parce que là on est toujours au stade ou ça fait peur, je me disais encore ce matin en croisant un camion poubelle sur une route de campagne où il n'aurait pas pu croiser un autre camion poubelle sans rouler dans le fossé (mais pour ma petite 207 le camion mordait même de mon coté de la route en dépassant la ligne médiane)... donc je me disais que c'était complètement dingue de faire des routes à double sens sans mur/raille/haie au milieu.
Tiens c'est marrant, le lendemain de ce message j'ai eu un accident (je n'en avais pas eut depuis 22 ans)
Quelqu'un m'a embouti l'arrière de ma voiture car il était en train de regarder son écran de téléphone.

L'homme ne c'est décidément pas faire 2 choses en même temps.

Et je pense que la voiture continuera de me faire peur et c'est un gage de survie que d'en avoir peur
2  0 
Avatar de sebbod
Membre actif https://www.developpez.com
Le 07/06/2019 à 11:09
Citation Envoyé par MarieKisSlaJoue Voir le message
Alors ne faudrait-il pas mieux commencer par arrêter l'industrie la plus polluante avant ?
Oui et c'est les CARGO de fret je pense voici une petite vidéo qui en parle



La croisière sa m'use

Côté soufre, 1 bateau de croisière = un million de voitures

https://www.fne.asso.fr/dossiers/lin...roisi%C3%A8res
https://www.wedemain.fr/Pollution-5-...ime_a3559.html
https://www.lemonde.fr/les-decodeurs...4_4355770.html
2  0 
Avatar de Jipété
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 04/09/2019 à 17:50
Et voilà, ça commence…

Citation Envoyé par
L’Agence spatiale européenne contrainte de détourner un satellite pour éviter une collision avec SpaceX

La société d’Elon Musk a refusé de changer la trajectoire de l’un de ses satellites, obligeant l’Agence spatiale européenne (ESA) à effectuer une manœuvre d’évitement.
source

Ce qui me fait penser à un truc qu'on a tous oublié : que deviendront ces satellites le jour où Spacex sera en faillite ? Avant, ici, sur Terre, ça restait sur place : on a tous connu des bâtiments abandonnés, des friches industrielles, mais là-haut ?
Qui va gérer les satellites tout rouillés sans plus personne pour les piloter ?

On n'aurait jamais dû laisser faire cette débilité, mais au nom de la "libre entreprise", tout, lentement mais surement, va nous péter à la gueule,
4  2