Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

SpaceX travaille sur la correction des satellites Starlink pour qu'ils ne perturbent pas l'astronomie,
En appliquant un revêtement spécial sur le fond des engins

Le , par Stan Adkens

179PARTAGES

5  0 
SpaceX a déjà déployé 120 mini-satellites en orbite basse par lot de 60 – un lot en en mai dernier puis un autre en novembre – pour commencer à établir son réseau Internet haute vitesse, et prévoit en lancer des milliers d'autres dans un proche avenir. Mais le fait que, dès le premier lancement, les satellites Starlink étaient aussi brillants dans le ciel nocturne, et que le PDG de SpaceX ait l'intention d'en envoyer 12 000 en tout dans le cadre de son projet Starlink, a fait souffler un vent de panique dans la communauté des astronomes. Cependant, après plusieurs plaintes, SpaceX serait maintenant en train de travailler sur le problème de la pollution lumineuse.

Pour le prochain lot de 60 satellites prévu pour être lancé en fin décembre, Space X mettra, sur le fond d’un des satellites, un revêtement spécial conçu pour rendre l'engin spatial moins réfléchissant et moins susceptible d'interférer avec les observations spatiales, a déclaré vendredi dernier Gwynne Shotwell, présidente et directrice générale de SpaceX, lors d'une réunion avec des journalistes au siège social de SpaceX à Hawthorne en Californie. Shotwell a déclaré que le problème de luminosité de Starlink posé à l'observation astronomique avait été inattendu, mais elle s'est engagée à le résoudre. « Nous allons y arriver », a rapporté Spacenews, une publication qui couvre l'actualité économique et politique de l'industrie spatiale et des satellites.


Starlink est le projet d’Elon Musk pour fournir de l’Internet haut débit depuis l’espace partout dans le monde. En mai dernier, Musk et SpaceX expliquaient qu'il faudrait attendre encore au moins six lancements supplémentaires (environ 400 satellites) pour espérer atteindre l’objectif final qui est de connecter chaque recoin de la Terre à un Internet haut débit et à faible latence. La vue de premiers satellites extrêmement brillants alignés dans le ciel nocturne a suscité des inquiétudes parmi les astronomes, qui craignent que la constellation n'interfère avec les recherches scientifiques.

Alan Duffy, astronome à l'université de Swinburne, avait estimé en mai que les satellites causent une pollution radio importante pour les radiotélescopes basés au sol et le déploiement des 12 000 microsatellites du projet Starlink pourrait signifier qu'il deviendra impossible de « balayer le ciel à la recherche d'objets radioélectriques de faible intensité ». Un autre astronome du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, Jonathan McDowell, avait estimé, d’après ses calculs, qu’on pourrait « en voir jusqu’à 100 à l’œil nu simultanément ». Selon lui, personne ne s’attendait à ce que les satellites soient aussi réfléchissants, car SpaceX avait assuré qu’il allait les orienter pour minimiser le phénomène.

En répondant aux préoccupations en mai, SpaceX avait déclaré qu’il serait impossible de voir simultanément les 12 000 satellites, qui seront à terme dispersés sur des orbites variables allant de 550 à 1 200 km et ne croiseront pas l’horizon au même moment, ce qui devrait permettre de réduire la luminosité des satellites. Les satellites seraient dans l'obscurité lorsque les étoiles seraient visibles, avait aussi dit l’entreprise.

Maintenant, Shotwell a admis que personne dans l'entreprise n'avait prévu le problème au moment de la conception des satellites. « Personne n'y a pensé », a-t-elle dit. « Nous n'y avons pas pensé. La communauté astronomique n'y a pas pensé ».

Concernant la solution de revêtement appliqué sur le fond de l'un des satellites du troisième lot, Shotwell a fait remarquer qu'il ne s'agit que d'une expérience et qu'il est impossible de prédire si cela fonctionnera. « Nous faisons des essais et des erreurs pour trouver la meilleure façon d'y parvenir », a-t-elle déclaré.

Selon la présidente et directrice générale de SpaceX, depuis l'apparition des premiers rapports faisant état de satellites Starlink perturbant les astronomes, l'entreprise a pris le problème au sérieux. « Nous voulons nous assurer que nous faisons ce qu'il faut pour que les petits enfants puissent regarder dans leur télescope », a-t-elle dit le vendredi dernier. « L'astronomie est l'une des rares choses qui excite les enfants dans l'espace ».


Le revêtement expérimental pourrait affecter la performance des satellites

La solution de revêtement n'est que la première étape vers une solution permanente à mesure que de nouveaux satellites seront déployés. Shotwell a indiqué aux journalistes que la société prévoyait de lancer des lots de 60 satellites toutes les deux à trois semaines au cours de l'année à venir pour construire la constellation qui sera prête à fournir une couverture mondiale d'ici la mi-2020.

En octobre dernier, il a été annoncé que SpaceX cherchait à obtenir l'autorisation de l'Union internationale des télécommunications pour l’exploitation de 30 000 satellites supplémentaires à une fréquence, à un niveau de puissance et à une position spécifiques dans l’espace. Ce nombre s’ajoutant aux 12 000 satellites déjà approuvés par la US Federal Communications Commission. SpaceX a déclaré, à l’époque, dans un communiqué que la société prenait des mesures pour « dimensionner de manière responsable » la capacité totale du réseau et la densité de données afin de répondre à la croissance des besoins des utilisateurs. L'entreprise a également annoncé son intention de fournir des vitesses gigabit et une latence de 25 ms.

Cependant, Laura Forczyk, propriétaire de la société de conseil en espace Astralytical, a déclaré que la raison pour laquelle SpaceX demandait des satellites supplémentaires était d’augmenter son revenu pour financer d’autres projets. « Ils ont beaucoup de projets ambitieux en cours pour lesquels ils ont besoin de financement », « plus la couverture mondiale est grande, plus leur marché est vaste », a indiqué Forczyk.

Lorsque Shotwell a parlé de l'effet sur les enfants qui regardent les satellites parmi les étoiles, elle a dit : « C'est cool pour eux de voir un Starlink. Mais ils devraient regarder Saturne, la lune... et ne pas vouloir être interrompus ».

Le revêtement expérimental qui rendrait le satellite moins réfléchissant pourrait affecter sa performance, et c'est quelque chose qui sera examiné, a dit Shotwell. « Ça change définitivement les performances du satellite, thermiquement. Ce sera un peu d'essais et d'erreurs, mais on va arranger ça », a-t-elle ajouté, d’après SpaceNews.

Toutefois, selon un commentateur du sujet, le problème de pollution lumineuse par les satellites est une chose que les astronomes étaient au courant, « puisqu'ils doivent faire face à toutes sortes de problèmes semblables ». Mais, ces derniers n’ont pas haussé le ton jusqu'à ce que les gens voient la première série de satellites Starlink et à quel point ils étaient lumineux.

« Quant à SpaceX qui ne pense pas aux implications astronomiques de Starlink, je peux le croire », a ajouté le commentateur. « Je pense que la plupart d'entre eux se préoccupaient davantage de savoir si cela était possible que des implications de faire cela ».

Sources : SpaceNews

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Pensez-vous que la solution de revêtement appliqué sur les satellites va-t-il résoudre le problème de luminosité des satellites Starlink ?
Quelle proposition de solution pouvez-vous faire pour que la constellation de SpaceX n’empêche pas les recherches scientifiques ?
Le revêtement expérimental qui rendrait le satellite moins réfléchissant pourrait affecter sa performance. Quel commentaire en faites-vous ?

Lire aussi

La flottille de 60 satellites de SpaceX est visible dans le ciel nocturne, et cela inquiète les astronomes
:fleche : SpaceX lance 60 autres satellites Starlink tout en établissant deux records de réutilisation de fusées, l'entreprise a connu 50 lancements consécutifs réussis
SpaceX d'Elon Musk vaut maintenant plus que Tesla, après le déploiement en orbite avec succès des 60 satellites Starlink
SpaceX d'Elon Musk demande l'autorisation pour le lancement de 30 000 satellites Starlink supplémentaires, mais ses motivations ne seraient pas assez claires

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Stan Adkens
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 17/01/2020 à 11:07
SpaceX teste un satellite noir pour réduire la menace de la "mégaconstellation" pour l'astronomie,
Pendant que les astronomes se penchent sur le problème

L'entreprise aérospatiale SpaceX a lancé trois lots de satellites Starlink, pour un total d'environ 180 satellites à ce jour. Le dernier lot a été lancé le lundi 6 janvier et les deux lots précédents avaient été lancés en mai et en novembre de l'année dernière. Ils sont plus évidents dans le ciel nocturne immédiatement après le lancement, avant qu'ils n'augmentent leurs orbites à des altitudes plus élevées où ils sont plus éloignés et semblent plus faibles. Toute la menace des mégaconstellations pour l’astronomie n’a pas encore été définitivement évaluée, mais les astronomes se sont plaints des traînées de lumière sur leurs images depuis le premier lancement de ces satellites. Toutefois, l'entreprise a décidé de trouver une solution au problème en envoyant sur le dernier lancement un satellite assombri expérimentalement.

Le satellite appelé DarkSat, lancé avec un "traitement expérimental d'obscurcissement", vise à réduire la luminosité de la mégaconstellation de satellites, dont les scientifiques craignent qu'elles n'interfèrent avec les observations astronomiques. Par ailleurs, d’autres entreprises s’apprêtent à lancer leur propre constellation de satellites, dont Télésat et LeoSat Enterprises du Canada, Amazon et OneWeb de Jeff Bezos. Par conséquent, d'ici quelques années, des dizaines de milliers de nouveaux satellites pourraient s'envoler au-dessus de nos têtes, et les traînées de lumière causées par leur réflexion pourraient dégrader les images astronomiques.


Le mercredi d’après le lancement de la troisième flotte de satellites, des milliers d'astronomes se sont rassemblés à Honolulu à Hawaï pour une réunion annuelle de l'American Astronomical Society (AAS), a rapporté Alexandra Witze dans le journal scientifique Nature. Lors de la réunion, ces scientifiques ont discuté de l’impact potentiel des satellites sur divers télescopes, et de ce qui pourrait être fait à leur sujet. « L'année 2020 est l'occasion de déterminer ce qui permet de réduire cet impact », a déclaré Jeffrey Hall, directeur de l'observatoire Lowell à Flagstaff (Arizona) et président du comité de la société sur la pollution lumineuse. Les astronomes ont, par ailleurs, exprimé leurs inquiétudes sur la façon dont la pollution lumineuse pourrait entraver leur capacité à faire de la recherche, depuis des mois.

Mais l’entreprise d’Elon Musk dit être déterminée à résoudre ce problème. Patricia Cooper, vice-présidente de SpaceX chargée des affaires gouvernementales relatives aux satellites, a déclaré lors d'une séance de la réunion sur l'astronomie que « SpaceX est absolument déterminé à trouver une solution pour que notre projet Starlink n'entrave pas la valeur des recherches que vous entreprenez tous ». Notons que jusqu'à présent, l'une des mesures prises par SpaceX a été d'essayer d'assombrir l'un des satellites. « Sur ce vol, SpaceX teste également un traitement expérimental d'assombrissement sur un des satellites afin de réduire davantage l'albédo du corps des satellites », a déclaré SpaceX lors d’un communiqué de presse.

Plusieurs facteurs contribuent à la luminosité des satellites, dont la constellation s'agrandit

De nombreux astronomes ont paniqué en mai, peu après le lancement par SpaceX du premier lot de 60 satellites Starlinks et les télescopes ont commencé à photographier leurs traînées de lumineuses. Leur luminosité a été une surprise, a dit Patrick Seitzer, un astronome de l'Université de Ann Arbor au Michigan. « Les nouvelles mégaconstellations qui seront mises en service pourraient être plus lumineuses que 99 % de tout ce qui se trouve en orbite terrestre, et c'est de là que vient l'inquiétude », a-t-il dit.

Lors de la réunion du 8 janvier, les astronomes, qui se sont entretenus avec des représentants de SpaceX, ont dit que plusieurs facteurs contribuent à l’étonnante luminosité des satellites. Selon SpaceX, la position des panneaux solaires pourrait y être pour quelque chose. En effet, la position temporaire des panneaux des satellites avant la montée en orbite pourrait les faire réfléchir davantage la lumière du soleil. La vitesse à laquelle un satellite se déplace à travers le champ de vision d'un télescope est également importante – plus il se déplace lentement, plus la luminosité s'accumule par pixel d'image, a rapporté Witze.

Selon le rapport, les calculs suggèrent que les traînées Starlink interféreront avec l'astronomie de façon plus significative durant les heures entourant le crépuscule et l'aube. C'est un problème particulier pour les observations qui doivent être faites au crépuscule, comme la recherche de certains astéroïdes proches de la Terre. Et pendant les courtes nuits d'été, les traces des satellites pourraient être visibles toute la nuit.


Selon les astronomes du Comité de l'AAS sur la pollution lumineuse, les interférences radio et les débris spatiaux, il y avait environ 200 objets en orbite autour de la Terre qui pouvaient être vus à l'œil nu avant le lancement du projet Starlink. Les satellites Starlink lancés jusqu'à présent ont à peu près doublé ce nombre, et SpaceX prévoit que 1 584 de ces satellites seront en orbite d'ici la fin de 2020. La constellation de satellites fournira l'Internet à large bande à un plus grand nombre de personnes dans le monde entier, a dit la société.

Selon Patrick Seitzer, ce nombre de satellites serait gérable. Mais « ce n'est qu'un début », a-t-il déclaré lors de la conférence de presse. SpaceX prévoit de lancer 10 ou 20 fois plus de satellites Starlink à terme, a-t-il dit. Selon le comité, ces satellites sont particulièrement préoccupants pour les observatoires qui effectuent de grandes études du ciel, comme le futur observatoire Vera C. Rubin (anciennement appelé Large Synoptic Survey Telescope). Il captera beaucoup de ces satellites perturbateurs dans ses images, lorsqu'il commencera à fonctionner en 2022.

L'assombrissement des satellites ne résoudra pas à lui seul le problème, d’après l’un des astronomes

Lors d'une conférence de presse tenue mercredi pendant la réunion sur astronomie, les astronomes du comité ont partagé ce qu'ils ont appris sur les plans de SpaceX et sur son nouveau satellite assombri grâce à une série de conversations au cours des derniers mois. Selon Jeffrey Hall, l'assombrissement des satellites ne résoudra pas à lui seul le problème, cependant. Le simple fait de peindre le corps des satellites d'une couleur plus foncée ferait que les satellites absorbent plus de chaleur pour la diffuser sous forme de lumière infrarouge.

Selon l’astronome, si la lumière infrarouge n'est pas visible pour les humains, c'est l'une des nombreuses sortes de lumière que les astronomes utilisent pour étudier le ciel. Le simple fait d'assombrir les satellites pourrait réduire la pollution lumineuse dans la lumière visible tout en augmentant la pollution dans l'infrarouge, a expliqué Hall.

Selon le rapport publié dans Nature, l’équipe de Tony Tyson, physicien à l'Université de Californie, à Davis, et scientifique en chef de l'Observatoire Vera C. Rubin, serait en train de travailler à la mise au point d'éventuels correctifs logiciels pour les traînées de satellite prévues, comme des moyens d'effacer électroniquement les traces et autres défauts qu'elles induisent dans les images astronomiques. Mais « il nous reste encore toute la complexité de la suppression de tous ces éléments et de toutes ces erreurs systématiques », a dit Tyson.

Selon Tyson, si les opérateurs de télescope savent précisément où chaque satellite apparaîtra et à quelle heure, ils peuvent faire pivoter le télescope pour pointer vers une autre partie du ciel où il n'y a pas de satellite. C'est possible s'il y a 1 000 satellites, mais pas s'il y en a des dizaines de milliers, car le télescope perd tellement de temps à manœuvrer que « c'est sans espoir », a-t-il ajouté.

L'obscurcissement est donc une première tentative de résoudre le problème. Avec DarkSat, les ingénieurs de SpaceX ont peint sur le satellite des surfaces qui diffusent ou réfléchissent la lumière de façon diffuse, a dit Cooper. Cela pourrait les rendre suffisamment faibles pour être invisibles à quiconque regarde un ciel nocturne typique, mais presque certainement encore visibles pour la plupart des télescopes de recherche astronomique, a rapporté Witze.

Toutefois, jusqu'à ce que le satellite noirci atteigne son altitude finale à la fin de février, les astronomes ne pourront pas effectuer de tests pour voir l'efficacité de ce "traitement expérimental d'obscurcissement " de SpaceX.

Source : Nature

Et vous ?

Pensez-vous que le "traitement expérimental d'obscurcissement " appliqué à l’un des satellites Starlink résoudra le problème de pollution lumineuse ?
Pensez-vous que les correctifs logiciels que l’équipe de Tony Tyson est en train de mettre en place pourront être efficaces contre les menaces des mégacontellations prévues ?

Lire aussi

SpaceX travaille sur la correction des satellites Starlink pour qu'ils ne perturbent pas l'astronomie, En appliquant un revêtement spécial sur le fond des engins
SpaceX lance 60 autres satellites dans le cadre de son projet Starlink, portant la flotte de satellites à 180, et devient le plus grand opérateur de satellites au monde
La flottille de 60 satellites de SpaceX est visible dans le ciel nocturne, et cela inquiète les astronomes
SpaceX d'Elon Musk demande l'autorisation pour le lancement de 30 000 satellites Starlink supplémentaires, mais ses motivations ne seraient pas assez claires
25  0 
Avatar de eldran64
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/02/2020 à 8:44
C'est le pot de terre contre le pot de fleur.
Je ne suis pas partisan de l'internet via les satellites.

Si on oublie le coût monstrueux d'autant de lancement, c'est surtout la pollution environnementale générée pour le lancement de tout ces satellites qui me préoccupe le plus.
Pour la partie pollution lumineuse, elle aura probablement des impacts sur les animaux diurnes (il faudrait faire des études là dessus).

Bref l'environnement d'un côté et le fric de l'autre pour moi la messe est dite.
12  2 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 17/08/2020 à 22:03
Citation Envoyé par Mister Nono Voir le message
Quoi on voit que certains mettent -1 à ton commentaire : cela n'est pas étonnant que notre belle terre soit devenue une poubelle.
Ou peut-être que certains sont très concernés par l'état de la terre, ce qui fait qu'ils préfèrent une vraie réflexion sur les problèmes plutôt qu'on mélange tout n'importe comment dans un petit message d'indignation générique convenu.
Les enjeux de la pollution terrestre et spatiale sont très différents. De même, ça n'a pas de sens de ramener un projet de télécommunication privé à une problématique de santé, c'est des moyens, des recherches et des personnes différentes. Parmi les autres choses que Starlink ne fait pas, on aurait aussi pu citer la paix au Moyen-Orient, trouver un sens a la vie et le retour de l'être aimé.

Citation Envoyé par kilroyFR Voir le message
Quel intérêt de tels débits quand la fibre (voir même l'ADSL ou la "4G" suffit pour la grande partie des besoins, jeux en ligne, regarder des matchs de foot, piloter son frigo ?
Visiblement tu n'habites pas dans une zone mal desservie, tant mieux pour toi, mais je t'assure que une bonne connexion haut-débit c'est un rêve pour beaucoup de personnes en environnement rural pour qui la fibre n'est pas envisageable et pour qui l'ADSL et la 4G peuvent être très mauvais.

Citation Envoyé par kilroyFR Voir le message
Pendant ce temps on ne sait toujours pas cloner un cheveu, on ne sait toujours pas guérir les maladies comme le sida, les hépatites (certes c'est un business lucratif pourquoi chercher), le covid etc.
Meme raoult l'a dit justement, on est mauvais sinon on aurait déjà des remedes a tous ces vrais besoins. Jouer avec la techno pour créer de faux besoins ca par contre on sait faire. C'est tellement plus fun.
Il y a aussi un principe de réalité qui fait que certaines choses sont plus faciles à faire que d'autre. La recherche médicale est un domaine qui exige globalement bien plus de temps que l'ingénierie, l'électronique ou l'informatique. Les processus biologiques étant souvent plus lent, moins predictibles, et que les êtres vivants sont des machines variées et variable que l'on doit prendre tel que la nature nous les a données, alors que la plupart des créations humaines sont construites selon des plans que l'on maîtrise quasi parfaitement.
Et pourtant la quantité de recherche qui se fait actuellement sur le Sida ou en génétique, c'est colossal comparé a Starlink qui est juste une production en série de technologies spatiales depuis longtemps maîtrisée. Et en ce moment, s'il y a bien un sujet sur lequel la recherche ne chôme pas, c'est bien le Covid, vu que malheureusement, la Chloroquine préconisée par le prophète marseillais peine toujours à démontrer son efficacité.

Je ne dis pas que toutes les nouveautés technologiques actuelles sont nécessaires, bien au contraire, des technologies comme la 5G, l'évolution matérielle forcée des PC/smartphones actuels, le tournant du tout en ligne actuel,... sont clairement un énorme gâchis au vu des besoins de la majorité des utilisateurs. Mais pour le coup Starlink serait un vrai plus pour les personnes privées du haut débit.

Citation Envoyé par kilroyFR Voir le message
C'est beau le progrès, mais comme déjà dit en filigrane plus haut on ira sur mars pour s'éloigner de cette planète devenue poubelle.
Sauf que non, pour peu qu'on se renseigne sérieusement sur les contraintes de ce qu'implique un voyage vers Mars, on apprend vite que ça serait la pire idée pour améliorer ses chances de survie. L’environnement de Mars sera toujours énormément plus hostile que la Terre même si elle subit les pires niveaux de pollution humaine. Aucune colonisation de Mars n'est envisageable sans une Terre opérationnelle pour la ravitailler en quasi permanence.
11  1 
Avatar de Leruas
Membre actif https://www.developpez.com
Le 17/01/2020 à 12:30
C'est indiqué dans l'article justement
9  0 
Avatar de Christian Olivier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 06/02/2020 à 6:30
SpaceX d’Elon Musk fait un grand pas en avant vers la fourniture d'Internet en Australie à travers Starlink
Et son vaste réseau de satellites interconnectés

Par le biais de l’Australian Communications & Media Authority (ACMA), le gouvernement australien a récemment approuvé l’inclusion des entreprises SpaceX - société du milliardaire Elon Musk -, Swarm Technologies et Kepler Communications dans l’Australia Foreign Space Objects Determination list qui répertorie les sociétés étrangères autorisées à demander des autorisations pour fournir des services de communication dans le pays.

La décision de l’ACMA d’inclure ces entreprises technologiques étrangères dans l’Australia Foreign Space Objects Determination list permet aux bénéficiaires de demander des licences pour fournir des services. L’inscription sur cette liste est notamment essentielle avant qu’un réseau satellitaire détenu par des étrangers ne soit autorisé à fonctionner sur des fréquences spécifiques en Australie. Grâce à cela, SpaceX pourra par exemple demander des licences afin d’établir des communications entre ses satellites et des bases en Australie. Le régulateur australien a toutefois précisé que faire partie de la liste « ;ne confère pas à l’entité un droit pour l’obtention d’une licence, mais constitue plutôt un prérequis pour qu’une licence d’appareil spatial puisse être délivrée ;».


SpaceX, officiellement Space Exploration Technologies Corporation, est une entreprise américaine travaillant dans le domaine de l’astronautique et du vol spatial. Fondée le 6 mai 2002 par l’entrepreneur milliardaire Elon Musk, SpaceX est l’un des deux prestataires privés à qui la NASA a confié un contrat de transport de fret vers la Station spatiale internationale (ISS) dans le cadre du programme COTS.

À travers son entreprise SpaceX, Elon Musk s’est lancé dans un nouveau défi : celui de permettre aux consommateurs du monde entier d’avoir enfin accès à une connexion Internet haut débit stable et de bonne qualité, mais qui n’est pas onéreuse. À terme, la société souhaite exploiter des milliers de satellites qui feront le tour de la planète à une altitude d’environ 482 à 1126 kilomètres. Ce projet a été baptisé Starlink. S’il aboutit, ce projet pourrait profondément modifier le paysage de l’industrie des télécommunications. Cela pourrait également rapporter des milliards de dollars à SpaceX chaque année (30 milliards de dollars, d’après Elon Musk) si Starlink pouvait effectivement concurrencer les fournisseurs Internet existants et aider à mettre davantage de personnes en ligne.

Elon Musk, le patron de SpaceX, est persuadé qu’à terme sa constellation Starlink qui se présentera comme un vaste réseau composé de milliers de satellites interconnectés deviendra « ;le système Internet à large bande le plus avancé au monde ;». SpaceX a déjà obtenu une autorisation similaire aux États-Unis en 2018, ce qui lui a permis quelques mois plus tard de procéder à titre expérimental au lancement de 60 satellites en Floride. La société d’Elon Musk a depuis mis en orbite 242 satellites dans le cadre de son projet Starlink dont l’ouverture commerciale de Starlink est prévue pour 2020.

Signalons au passage que SpaceX cherche aussi à obtenir l’autorisation de l’Union internationale des télécommunications pour l’exploitation de 30 ;000 satellites supplémentaires à une fréquence, à un niveau de puissance et à une position spécifiques dans l’espace. L’annonce a été faite le 15 octobre par SpaceNews (publication imprimée et numérique qui couvre l’actualité économique et politique de l’industrie spatiale et des satellites). Ce nombre s’ajoute aux 12 ;000 satellites déjà approuvés par la US Federal Communications Commission.

Basée à Toronto, Kepler Communications veut fournir des services de stockage et de transmission de données et d’Internet des objets (IoT) aux utilisateurs australiens en utilisant une constellation de satellites. Swarm Technologies, basée à Mountain View, en Californie, quant à lui, cherche à obtenir l’autorisation afin de proposer une connectivité bidirectionnelle pour l’IoT et les capteurs de machine à machine en Australie.

Cependant, tout le monde en Australie ne considère pas ce dénouement comme une bonne chose. L’opérateur australien de télévision Foxtel, par exemple, estime que SpaceX ne devrait pas figurer sur l’Australia Foreign Space Objects Determination list, assurant que les activités de cette entreprise sur le territoire australien interféreraient avec ses propres services satellitaires.

« ;C’est un maillon essentiel de notre chaîne de production, et les conséquences des interférences, des interruptions ou des dégradations de la marge se situent au plus haut niveau des conséquences pour une entreprise telle que Foxtel ;», a déclaré Foxtel.

Source : CNBC

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Sachant que l’Australie fait partie des Five Eyes, pensez-vous que SpaceX rencontrera d’éventuelles difficultés pour s’implanter an Australie ?

Voir aussi

SpaceX teste un satellite noir pour réduire la menace de la "mégaconstellation" pour l'astronomie, pendant que les astronomes se penchent sur le problème
SpaceX travaille sur la correction des satellites Starlink pour qu'ils ne perturbent pas l'astronomie, En appliquant un revêtement spécial sur le fond des engins
SpaceX d'Elon Musk demande l'autorisation pour le lancement de 30 000 satellites Starlink supplémentaires, mais ses motivations ne seraient pas assez claires
SpaceX lance 60 autres satellites dans le cadre de son projet Starlink, portant la flotte de satellites à 180, et devient le plus grand opérateur de satellites au monde
9  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 16/06/2020 à 11:01
La FCC émet des réserves sur la capacité du projet Starlink de SpaceX à fournir un service internet à faible latence,
l’entreprise pourrait ne pas pouvoir postuler pour un financement fédéral

Starlink est un projet d'accès à internet par satellite proposé par le constructeur aérospatial américain SpaceX reposant sur le déploiement d'une constellation de plusieurs milliers de satellites de télécommunications positionnés sur une orbite terrestre basse. Starlink a pour mission de transmettre aux consommateurs du monde entier une connexion internet haut débit qui n'est pas onéreuse.

La Federal Communications Commission (FCC) a déclaré avoir de « sérieux doutes » que SpaceX sera en mesure de fournir un service internet avec une latence inférieure à 100 millisecondes. Cette remise en question coïncide avec une vente aux enchères visant à distribuer 16 milliards de dollars de fonds fédéraux pour soutenir l’accès à internet en milieu rural. Si les informations de la FCC se confirment, SpaceX pourrait être désavantagée lors de cette vente aux enchères et surtout ne tiendrait pas sa promesse envers les futurs utilisateurs.

Dans un rapport sur la vente aux enchères de phase I pour le fonds d'opportunité numérique rurale (RDOF - rural digital opportunity fund), la FCC a admis que Starlink et d'autres fournisseurs LEO (low-Earth orbit, orbite terrestre basse) ont des avantages par rapport aux satellites géostationnaires qui fonctionnent à des altitudes beaucoup plus élevées. Cependant, la Commission est sceptique sur le fait que la latence puisse être déterminée uniquement par l'altitude orbitale, affirmant qu'elle peut également être affectée par des facteurs tels que « le traitement, l'acheminement et le transport du trafic vers sa destination » :

« Nous autoriserons cependant les candidats proposant d'utiliser un réseau à satellite à orbite terrestre basse à postuler pour offrir des services à faible latence basés sur les avantages intrinsèques des satellites à orbite terrestre basse qui peuvent fournir des services à latence plus faible que les satellites géostationnaires et à orbite terrestre moyenne. Les satellites en orbite terrestre basse ne sont pas soumis aux mêmes limitations de latence de propagation que les satellites en orbite supérieure. Nous ne connaissons toutefois aucun réseau en orbite terrestre basse capable de fournir aux consommateurs résidentiels un service à large bande susceptible de répondre aux exigences de latence aller-retour de 100 ms de la Commission. En l’absence d’un tel exemple de performance dans le monde réel, le personnel de la Commission n’a pas pu conclure pour l’instant qu’un demandeur dans cette catégorie est raisonnablement capable de répondre aux exigences de faible latence de la Commission. Nous doutons donc sérieusement que tout réseau en orbite terrestre basse sera en mesure de répondre aux exigences des candidatures pour les appels d'offres dans le niveau de faible latence.

« Les fournisseurs de services qui ont l'intention d'utiliser des satellites en orbite terrestre basse affirment que la latence de leur technologie est "dictée par les lois de la physique" en raison de l'altitude de l'orbite du satellite. Nous restons sceptiques quant au fait que l’altitude de l’orbite d’un satellite est le SEUL facteur déterminant de la capacité d’un demandeur de satellite à satisfaire aux exigences de performances de faible latence de la Commission. Comme l'ont expliqué les commentateurs, la latence subie par les clients d'une technologie spécifique n'est pas simplement une question de physique d'un lien dans la transmission. Le retard de propagation dans un réseau de satellites ne tient pas uniquement compte de la latence dans d'autres parties du réseau telles que le traitement, le routage et le transport du trafic vers sa destination ».

SpaceX a fait valoir que les doutes de la FCC ne sont pas fondés et que Starlink « franchira facilement le seuil de 100 millisecondes fixé par la Commission pour les services à faible latence, même en incluant son ‘temps de traitement’ dans les pires scénarios irréalistes ». En fait, avec des altitudes de 539 à 570 kilomètres (contre 3492 kilomètres pour les systèmes géostationnaires), SpaceX vise une latence inférieure à 20 millisecondes qui s’alignerait avec l’internet par câble. C’est d’ailleurs ce qu’a rappelé Elon Musk sur twitter.


Cela pourrait s'avérer, mais SpaceX est dans une situation délicate. La FCC a écrit qu'elle avait « de sérieux doutes que tout réseau en orbite terrestre basse serait en mesure de répondre aux exigences des candidatures abrégées pour les appels d'offres dans le niveau à faible latence ». En d'autres termes, SpaceX a peut-être raison sur ses allégations de latence, mais sans un réseau fonctionnel, il ne sera pas en mesure de le prouver à temps pour se qualifier pour le financement maximal.

Cela ne signifierait pas que SpaceX serait complètement écarté. Il peut toujours prétendre à un financement en dehors du niveau de faible latence, mais cela pourrait réduire les sommes qu'il serait éligible à recevoir.

SpaceX compte actuellement 480 satellites, mais aucun service grand public pour le moment, et il a exactement un mois pour soumettre une demande pour participer aux enchères. La société prévoit de déployer des services dans le nord des États-Unis et au Canada cette année, mais il serait probablement trop tard.


En mars, Elon Musk avait déjà fait valoir que Starlink proposerait une assez bonne expérience « car la latence sera très faible » avant d’ajouter : « Nous visons une latence inférieure à 20 millisecondes afin que chacun puisse jouer à un jeu vidéo fluide à un niveau compétitif, comme s’il s’agissait d’un seuil pour la latence ». D’après ce dernier, « la quantité de bande passante disponible sera suffisante pour permettre une utilisation typique d’internet, au moins dans les zones rurales », ce qui implique de pouvoir regarder des films en HD ou de jouer à des jeux vidéo dématérialisés probablement en HD aussi sans se soucier de la connexion.

Actuellement, plusieurs autres entreprises sont à différentes phases de planification et de lancement de leur constellation de satellites positionnés en basse altitude, notamment OneWeb, Telesat, Space Norway, Facebook et Amazon. Soulignant que « le monde semble avoir un appétit insatiable pour la bande passante » en ce moment, Elon Musk a précisé que sa société est prête à lancer les satellites d’autres entreprises technologiques dans l’espace même si ces dernières sont en concurrence avec Starlink.

Sources : Elon Musk, FCC

Et vous ?

Que pensez-vous des réserves de la FCC ? Du timing de leur communication ?
Que pensez-vous des propos d’Elon Musk et des ambitions qu’il affiche pour Starlink ?
Pensez-vous qu’une latence maximale de 20 ms soit un objectif réalisable pour le service que souhaite proposer SpaceX via son réseau de satellites en orbite basse ?
Les entreprises de télécoms n’auraient-elles du souci à se faire, si SpaceX parvenait à concrétiser son projet Starlink ?
7  0 
Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 07/01/2020 à 12:22
SpaceX lance 60 autres satellites dans le cadre de son projet Starlink, portant la flotte de satellites à 180,
et devient le plus grand opérateur de satellites au monde

SpaceX a annoncé l’année dernière son intention de fournir Internet haut débit depuis l’espace en créant la mission Starlink. L’entreprise a lancé à chaque fois une flotte de soixante satellites depuis le début de la mission, avec un premier lancement au mois de mai et un second lancement au mois de novembre 2019. Le troisième lancement, composé aussi de 60 nouveaux satellites, a eu lieu dans la nuit d’hier à aujourd’hui depuis le complexe de lancement 40 de Cap Canaveral, en Floride. Cela a été diffusé en direct sur le site officiel et la chaîne YouTube de SpaceX.

SpaceX continue de lancer sa constellation de satellites en réseau, connue sous le nom de Starlink. L'objectif de Starlink est de créer un réseau qui aidera à fournir des services Internet à ceux qui ne sont pas encore connectés, et de fournir un Internet fiable et abordable dans le monde entier. Ainsi, SpaceX a lancé hier à bord de la fusée Falcon 9 les 60 satellites de la troisième flotte. Si tout s’est bien passé, la mission Starlink devrait désormais contenir une flotte de 180 satellites en orbite. SpaceX prévoit de lancer à terme environ 12 000 satellites.

Ces satellites ont une structure compacte à écran plat pour fournir un service Internet mondial. Chaque vaisseau spatial ne pèse que 575 livres (260 kilogrammes). Toutefois, après le lancement du premier lot de 60 satellites Starlink en mai et du second en novembre dernier, de nombreux astronomes se sont plaints de la brillante chaîne de satellites qui entravait leurs observations. Pour y remédier, SpaceX a mis au point un traitement d'assombrissement dans le but de réduire la réflectivité. Le revêtement est actuellement testé sur l'un des satellites nouvellement lancés.


Jeff Hall, directeur de l'observatoire Lowell à Flagstaff en Arizona, a déclaré que jusqu'à présent les satellites Starlink n'ont été qu'un problème occasionnel. Cependant, il a aussi expliqué que le risque d'observation des étoiles augmentera à mesure que la constellation s'élargira et que d'autres sociétés lanceront leurs propres flottes. Télésat et LeoSat Enterprises du Canada seraient également sur le coup. Hall dirige le comité de l'American Astronomical Society sur la pollution lumineuse, les débris spatiaux et les interférences radio, et il collabore avec SpaceX sur cette question.

Selon certaines sources, la question est d'ailleurs à l'ordre du jour de la conférence de la société à Hawaï cette semaine. « Tout ce qui obscurcit les satellites est un pas dans la bonne direction », a déclaré Hall dans un courriel lundi. Selon lui, il est trop tôt pour savoir si le revêtement sombre développé par SpaceX fonctionnera, mais c'est certainement juste une première étape et pas assez pour atténuer les problèmes que l'astronomie va rencontrer avec les satellites Starlink. Cette question va-t-elle ralentir le projet de fourniture d’Internet depuis l’espace d’Elon Musk ?

En effet, les satellites Starlink sont initialement placés sur une orbite relativement basse (180 miles, environ 290 kilomètres), facilement visible comme un long amas allongé paradant dans le ciel nocturne. Quelques mois après, des propulseurs à krypton élèvent les satellites sur une orbite de 340 milles (environ 550 kilomètres). Selon SpaceX, plus l'orbite est haute, moins les satellites sont visibles depuis le sol. De même, SpaceX a dit qu'il fournit aux groupes d'astronomie les coordonnées des satellites à l'avance, afin qu'ils puissent éviter les temps de survol lumineux.

Selon certaines sources, avec ce troisième lancement qui porte la flotte de satellites Starlink à 180, SpaceX est devenu l'entreprise comptant le plus grand nombre de satellites en orbite au monde. De plus, la société prévoirait 20 autres lancements Starlink pour le compte de cette année. Cela dit, le problème de réflexion risque de devenir plus crucial dans les prochains mois, car d’autres entreprises se préparent également à lancer leur propre constellation de satellites. Parmi les autres, citons Amazon et OneWeb de Jeff Bezos. SpaceX pourrait entrer en service plus tard cette année dans le Nord des États-Unis et au Canada, puis s'étendre aux régions les plus peuplées du monde après 24 lancements.

Sources : SpaceX, Kennedy Space Center

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

Les 60 premiers satellites de Starlink, le projet d'Elon Musk pour fournir Internet depuis l'espace, sont lancés en orbite après deux tentatives

SpaceX lance 60 autres satellites Starlink tout en établissant deux records de réutilisation de fusées, l'entreprise a connu 50 lancements consécutifs réussis

La flottille de 60 satellites de SpaceX est visible dans le ciel nocturne et cela inquiète les astronomes

SpaceX annonce qu'il déploiera le haut débit par satellite à travers les États-Unis plus rapidement que prévu et demande le feu vert des autorités

SpaceX veut apporter aux consommateurs du monde entier une connexion Internet haut débit qui n'est pas chère. Baptisé Starlink, ce projet pourrait modifier le paysage de l'industrie des télécoms
6  0 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 21/01/2020 à 10:55
Oui une éruption solaire peut abimer les satellites, et même si c'est improbable pour la terre dans un avenir proche, souffler l’atmosphère d'une planète jusqu'à la rendre inhabitable.

Maintenant dans la réalité actuelle, on a depuis des dizaines d'années des satellites géostationnaires, qui malgré quelques nuisances, survivent plutôt bien dans l'ensemble. Starlink a beaucoup moins de risque d'être touché puisse que ces satelittes sont en orbite basse et donc mieux protégés par le champs magnétique terrestre.

Les vents solaire sont assez étudiés, il n'y a pas de grosse craintes dans l'avenir proche. Le jour où on aura des vent solaires assez forts pour griller l'intégralité d'une constellation en orbite basse, on risque d'avoir des soucis bien plus graves que l'internet haut débit ou la luminosité du ciel.
6  0 
Avatar de Nancy Rey
Chroniqueuse Actualités https://www.developpez.com
Le 23/04/2020 à 14:08
SpaceX lance avec succès le dernier lot de 60 satellites en orbite
La constellation compte désormais 420 satellites

SpaceX poursuit son initiative « internet depuis l'espace », en lançant mercredi dernier, un autre lot de 60 satellites à large bande en orbite depuis la Floride. C'est le septième lancement de l'entreprise pour son ambitieux projet Internet, connu sous le nom de Starlink. En cas de succès, SpaceX aura mis en orbite plus de 420 des quelque 12 000 satellites prévus.

Avec une constellation aussi massive en orbite, SpaceX espère pouvoir fournir une couverture internet mondiale depuis l'espace. Une fois qu'un nombre suffisant de satellites aura été lancé, la société prévoit de vendre des terminaux d'utilisateurs aux clients qui leur permettront de se connecter au réseau de satellites. Pour l'instant, il est prévu d'étendre une couverture partielle au Canada et au nord des États-Unis dans le courant de l'année, la couverture mondiale pouvant être disponible en 2021.

Elon Musk, PDG de SpaceX, a déclaré que la société n'a besoin que de 400 satellites pour fournir une « capacité opérationnelle initiale », puis de 800 satellites pour passer à une « capacité opérationnelle significative ». Cela signifie qu'après ce lancement, SpaceX aura le nombre minimum de satellites que Musk dit nécessaire pour faire démarrer Starlink.


Le dernier lancement de Starlink par la société ne s'est pas déroulé aussi bien que les autres. Lors de ce lancement en mars, l'un des principaux moteurs de la fusée Falcon 9 de SpaceX s'est éteint dès que le véhicule est monté dans l'espace, avec ses 60 satellites à sa remorque. La fusée a quand même réussi à mettre les satellites en orbite. De plus, le Falcon 9 n'a pas réussi à atterrir, manquant le vaisseau drone qu'il visait dans l'océan Atlantique. Les atterrissages de SpaceX ne font pas partie de la mission principale, qui consiste à mettre les satellites en orbite, mais un atterrissage raté est rare pour la société de nos jours. Et c'est le deuxième atterrissage raté de SpaceX cette année.

L'entreprise est à un peu plus d'un mois du lancement de ses premiers astronautes dans l'espace à bord de la fusée Falcon 9 pour la NASA. L'agence spatiale a travaillé avec SpaceX pour enquêter sur la panne de moteur du mois de mars afin de s'assurer qu'il ne s'agit pas d'un problème majeur avant que les astronautes ne montent à bord de la fusée. Un lancement en douceur va être nécessaire pour que SpaceX puisse maintenir la date de lancement prévue pour son vol de la NASA le 27 mai prochain.

Pour ce vol, SpaceX fait voler l'une de ses fusées Falcon 9 qui a déjà fait trois allers et retours dans l'espace. Une partie de la coque a également volé dans l'espace lors d'une mission précédente. Après le décollage, le Falcon 9 tentera d'atterrir une troisième fois sur l'un des drones autonomes de SpaceX dans l'océan Atlantique. SpaceX tentera également d'attraper les deux moitiés de sa coiffe, ou carénage de la charge utile, en utilisant deux des bateaux de la société équipés de filets géants. Jusqu'à présent, SpaceX n'a pas encore réussi à attraper ces deux moitiés de carénage et à faire atterrir une fusée sur le même vol.

Le projet Starlink est sous le feu des critiques à cause de la pollution lumineuse qu’il engendre. Les appareils brillent à cause de leur proximité avec la Terre et aussi de leurs grands panneaux solaires qui reflètent la lumière. Ce qui génère des inquiétudes chez les astronomes qui craignent que leurs observations du ciel soient gênées par la constellation Starlink.

Suite à la réflexion d’un internaute sur Twitter, concernant l’éclat plus intense des satellites Starlink et du fait de leur réflexion des rayons du Soleil, Elon Musk a précisé que cette brillance accrue vient de l’angle particulier du panneau solaire lors de la phase ascensionnelle pour atteindre l’orbite adéquate. « Nous corrigeons ça dès à présent », a assuré l’entrepreneur. « Nous prenons des mesures importantes pour réduire la luminosité des satellites. Elle devrait être beaucoup moins visible lors de la remontée de l'orbite en changeant l'angle du panneau solaire et tous les satellites seront équipés de pare-soleil à partir du lancement 9 », a-t-il ajouté.

Sources : Twitter, SpaceX

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

SpaceX travaille sur la correction des satellites Starlink pour qu'ils ne perturbent pas l'astronomie, en appliquant un revêtement spécial sur le fond des engins
SpaceX lance 60 autres satellites dans le cadre de son projet Starlink, portant la flotte de satellites à 180, et devient le plus grand opérateur de satellites au monde
Les 60 premiers satellites de Starlink, le projet d'Elon Musk pour fournir Internet depuis l'espace, sont lancés en orbite, après deux tentatives
La latence et la bande passante de Starlink seront suffisantes pour permettre un usage typique d'Internet, incluant le Cloud gaming et le visionnage de films en HD, d'après Elon Musk
7  1 
Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 04/06/2020 à 11:18
SpaceX Starlink a maintenant son propre système autonome avec un numéro ASN (Autonomous System Number)
et est présent au Seattle Internet Exchange

Chaque jour qui passe, SpaceX avance un peu plus dans sa mission qui est de transmettre aux consommateurs du monde entier une connexion Internet haut débit qui n'est pas onéreuse. Avec une constellation aussi massive en orbite, SpaceX espère pouvoir fournir une couverture Internet mondiale depuis l'espace. Une fois qu'un nombre suffisant de satellites aura été lancé, la société prévoit de vendre des terminaux d'utilisateurs aux clients qui leur permettront de se connecter au réseau de satellites. Pour l'instant, il est prévu d'étendre une couverture partielle au Canada et au nord des États-Unis dans le courant de l'année, la couverture mondiale pouvant être disponible en 2021.

SpaceX Starlink a maintenant son propre système autonome, un ensemble de réseaux informatiques IP intégrés à Internet et dont la politique de routage interne est cohérente, avec un numéro ASN (Autonomous System Number). L'entreprise est donc officiellement considérée comme un fournisseur d'accès à Internet et présent au Seattle Internet Exchange, un point d'échange Internet à Seattle. Hier, la fusée Falcon 9 de SpaceX a décollé avec succès et a déployé 60 autres satellites en orbite. La fusée a également atterri sur le drone de la compagnie dans l'Atlantique après le lancement, marquant la cinquième fois que cette fusée particulière a été récupérée après une mission.


SpaceX a donc lancé environ 480 satellites Starlink en orbite. Cela ne représente qu'une petite fraction des 12 000 satellites Starlink que la société est autorisée à lancer. L'objectif de ce projet massif est de fournir une couverture Internet mondiale depuis l'espace. Les satellites sont conçus pour acheminer la connectivité à large bande jusqu'à la Terre, les clients exploitant le système via des terminaux d'utilisateurs personnels. Ce lancement comprend un satellite légèrement différent du reste. Falcon 9 a une visière – ou un pare-soleil – qu'il a déployé dans l'espace. La visière est conçue pour bloquer la lumière du soleil, l'empêchant de se refléter sur les parties les plus brillantes du satellite, notamment leurs antennes. De cette façon, le satellite apparaît moins brillant dans le ciel.

Ce parasol est la dernière tentative de SpaceX pour atténuer la luminosité de ses satellites, qui apparaissent particulièrement brillants dans le ciel au lever et au coucher du soleil sur Terre. Le mois dernier, Elon Musk, PDG de SpaceX, a déclaré que la société n'a besoin que de 400 satellites pour fournir une « capacité opérationnelle initiale », puis de 800 satellites pour passer à une « capacité opérationnelle significative ». Cela signifie donc que SpaceX a le nombre minimum de satellites que Musk dit nécessaire pour faire démarrer Starlink.

La société a réussi à obtenir en mars dernier une licence gouvernementale, la Commission fédérale des communications (FCC) autorisant SpaceX à commencer à déployer jusqu'à un million d'antennes terrestres dont la société aura besoin pour connecter les utilisateurs à son offre de service Internet depuis l’espace, a rapporté CNBC en citant des documents fédéraux. Une version bêta publique pourrait commencer plus tard cette année pour certains utilisateurs dans le nord des États-Unis, vers le 14e lancement. Hier, c'était le 7e lancement des satellites v1.

SpaceX espère faire plus de deux lancements par mois, mais n'a pas encore atteint ce rythme. Les récepteurs au sol sont des antennes matricielles plates qui n'ont pas besoin d'être pointées avec précision comme c'est le cas des antennes paraboliques. Les antennes utilisateur sont susceptibles d'être assez chères au début (plusieurs milliers de dollars). La réduction des coûts des antennes utilisateur est le plus grand obstacle auquel Starlink doit actuellement faire face. Personne ne sait encore combien SpaceX facturera pour l'antenne ou le service.

Rappelons que le but principal de Musk, PDG de SpaceX, est de mettre des satellites en orbite afin de créer un vaste « Internet spatial » dont l’objectif serait d’accélérer la vitesse du trafic sur le Web, en plus de fournir une connexion à moindre coût aux 4,3 milliards de personnes jugées encore dépourvues, selon les statistiques d’une étude des Nations-Unies. Il espère même que son système sera utilisé un jour pour connecter à Internet des personnes vivant sur Mars, selon ses ambitions affichées en 2015.

Sources : PeeringDB, vidéo

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

SpaceX veut apporter aux consommateurs du monde entier une connexion Internet haut débit qui n'est pas chère. Baptisé Starlink, ce projet pourrait modifier le paysage de l'industrie des télécoms

Le vaisseau cargo spatial Crew Dragon de SpaceX s'est amarré avec succès sur l'ISS. Ses ordinateurs tournent sur Linux et les commandes sont gérées par écrans tactiles

La FCC approuve le déploiement par SpaceX de jusqu'à 1 million de petites antennes pour le réseau Internet Starlink, selon des documents fédéraux

SpaceX lance avec succès le dernier lot de 60 satellites en orbite, la constellation compte désormais 420 satellites

Les offres internet par satellite d'Amazon, SpaceX, OneWeb et d'autres entreprises pourraient faire économiser des milliards de dollars aux consommateurs dans le monde
6  0