Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des employés de Boeing se sont moqués de la FAA dans des messages internes avant les catastrophes du 737 Max,
D'après les récents documents publiés par l'avionneur

Le , par Stan Adkens

60PARTAGES

29  0 
Les avions 737 Max de Boeing demeurent cloués au sol depuis mars derniers, et les révélations sur les faits et pratiques chez l’avionneur américain continuent de faire la une des médias. Les dernières révélations risquent de garder les 737 Max, dont Boeing a suspendu la production ce mois, encore longtemps au sol. En effet, les derniers documents publiés par Boeing, dans le cadre des enquêtes sur l’avion à l’origine de deux accidents mortels, brossent un sombre tableau des réactions des employés face aux tentatives de Boeing de réduire le nombre de séances de formation en simulateur requis par la FAA pour certifier les pilotes de 737 Max, a rapporté le site Web du réseau de radiodiffusion NPR.

Les messages censurés, rapportés à l’origine par The New York Times, sont accessibles en ligne. Ils sont composés des courriels et des communications internes de Boeing. Dans un message, les employés se sont moqués de la FAA et se sont vantés d'avoir obtenu l'approbation des organismes de réglementation pour les jets sans exiger beaucoup de formation supplémentaire des pilotes. Dans un autre document, un employé s’est moqué de ses collègues qui ont participé au développement du 737 Max, disant que « cet avion est conçu par des clowns qui, à leur tour, sont supervisés par des singes ».


Ces messages proviennent de documents que Boeing a envoyés au Congrès en décembre. Des copies ont également été fournies au Comité sénatorial du commerce, des sciences et de la technologie et au Comité de la Chambre des représentants sur les transports et l'infrastructure. Ils montrent comment Boeing a essayé de réduire le nombre de séances de formation en simulateur requise par la FAA pour certifier les pilotes de 737 Max. les efforts de l’avionneur ont finalement laissé les pilotes sans préparation pour faire face à la faille fatale qui a fait s'écraser deux 737 Max des compagnies Ethiopian Airlines et Lion Air de l’Indonésie en cinq mois, tuant 346 personnes.

Dans un communiqué de presse publiée par la compagnie jeudi, la compagnie a qualifié de « complètement inacceptables » les messages de ses employés. « Ces communications contiennent un langage provocateur et, dans certains cas, soulèvent des questions sur les interactions de Boeing avec la FAA dans le cadre du processus de qualification des simulateurs », a dit Boeing. « Ces communications ne reflètent pas la société que nous sommes et devons être, et elles sont tout à fait inacceptables. Cela dit, nous restons confiants dans le processus réglementaire de qualification de ces simulateurs », a-t-il ajouté.

Certains des messages les plus inquiétants concernent des discussions sur des problèmes avec les simulateurs de vol Max de la compagnie, dans lesquelles les employés de la compagnie suggèrent qu'ils ont induit en erreur les régulateurs sur des problèmes potentiels avec le Max. Un employé a déclaré dans un message en 2018, en faisant référence à un échange d'informations avec la FAA, que « Je n'ai toujours pas été pardonné par Dieu pour la dissimulation que j'ai faite l'année dernière ».

Un autre échange accablant met en évident la gravité des problèmes qui sont apparus au cours du développement des avions de ligne et remet en question la sécurité du 737 Max bien avant que l'avion ne soit autorisé à transporter des passagers. Un employé a interrogé ses collègues en disant « Mettriez-vous votre famille sur un avion formé sur simulateur Max ? Je ne le ferais pas ». « Non », a répondu un autre employé.


Toutefois, dans un communiqué, la FAA a déclaré : « La FAA a examiné les documents les plus récents relatifs au 737 MAX soumis par Boeing afin d'identifier toute implication en matière de sécurité ». « Nos experts ont déterminé que rien dans la présentation ne faisait état de risques pour la sécurité qui n'avaient pas déjà été identifiés dans le cadre de l'examen en cours des modifications proposées sur l'avion », a ajouté l’agence fédérale.

« Les excuses de Boeing ne sont pas suffisantes après ces e-mails étonnants et épouvantables »

« Nous regrettons le contenu de ces communications et nous nous excusons auprès de la FAA, du Congrès, de nos clients transporteurs aériens et du public voyageur, pour cela. Nous avons apporté des changements importants en tant que société pour améliorer nos processus, nos organisations et notre culture en matière de sécurité », a déclaré Boeing dans son communiqué de presse.

Un responsable de Boeing a également déclaré que les communications ont été rédigées par un petit nombre d'employés, principalement des pilotes techniques de Boeing et du personnel impliqué dans le développement et la qualification des simulateurs de Boeing 737 Max. Le langage utilisé et les sentiments exprimés dans ces communications » ne sont pas conformes aux valeurs de Boeing, et la compagnie prend les mesures appropriées en conséquence », a dit Boeing dans sa déclaration.

Dans un communiqué, le représentant démocrate Peter DeFazio, qui préside la commission des transports et de l'infrastructure de la Chambre des représentants , a qualifié les documents en leur disposition d' « incroyablement accablants », en ajoutant qu’« ils brossent un tableau profondément troublant des mesures que Boeing était apparemment prêt à prendre pour échapper à l'examen des régulateurs, des équipages et du public voyageur, alors même que ses propres employés sonnaient l'alarme en interne ».

« Les excuses de Boeing ne sont pas suffisantes après ces e-mails étonnants et épouvantables », a déclaré le sénateur Richard Blumenthal, dans un tweet. « L'action et la responsabilité sont attendues depuis longtemps », a-t-il ajouté.


Le 737 Max a été développé particulièrement en urgence, en réponse au lancement de l'A320neo du concurrent européen Airbus, qui était considérablement plus économe en carburant que le Boeing 737 NG. Boeing a mis le 737 Max en service précipitamment, sans que les pilotes aient été correctement formés ni même sensibilisés à un logiciel qui a été à l’origine des deux crashs, sous prétexte que le 737 Max est juste une mise jour du 737 NG.

Les documents illustrent la force avec laquelle Boeing a imposé ses idées aux employés et à ses clients

Dans un courriel de 2017, le pilote technique en chef du programme 737, dont le nom n’a pas été révélé a déclaré : « Je tiens à souligner l'importance de maintenir fermement qu'il n'y aura aucun type de formation sur simulateur nécessaire pour passer de NG à MAX ». « Nous serons face à face avec tout régulateur qui tentera d'en faire une exigence ». Lorsqu’un client voulait une formation interne, cet employé a écrit que la formation supplémentaire « devrait être limitée ».

Dans une autre série de courriels de juin 2017 entre le pilote technique en chef et une compagnie aérienne non divulguée, Boeing a été agressif dans sa tentative de limiter la quantité de travail de simulation. « Il n'y a absolument aucune raison d'exiger de vos pilotes qu'ils aient besoin d'un simulateur MAX pour commencer à piloter le MAX », a écrit le pilote technique en chef. « Boeing ne comprend pas ce qu'une session de 3 heures de simulateur peut apporter », a-t-il ajouté.

Lorsque la compagnie aérienne interlocutrice du pilote technique en chef a fini par céder, ce dernier a envoyé un courriel à un autre employé de Boeing dont le nom n'a pas été dévoilé et en lui disant « On dirait que mon tour d'esprit Jedi a encore fonctionné ! Ce ne sont pas les droïdes que vous cherchez... »

Bien que les efforts de Boeing pour réduire la quantité de formation par simulation aient finalement été couronnés de succès, tous les employés n'étaient pas d'accord avec l'idée. Dans une autre discussion de mars 2018, un employé a écrit : « Je ne sais pas si je reviendrai en avril compte tenu de cela - je ne mens pas à la FAA. Je laisserai cela à des gens qui n'ont aucune intégrité ».

Boeing qui fait ses meilleurs efforts pour faire décoller son 737 Max depuis des mois, plonge de nouveau avec ces récents documents qui montrent le passage en force de l’avionneur pour faire voler son avion de ligne. Dans sa déclaration de jeudi, Boeing a qu’il était favorable à de nouveaux examens. « Nous accueillons favorablement, et soutiendrons pleinement, tout examen supplémentaire que la FAA juge approprié en rapport avec ces questions, ainsi que l'implication continue des comités du Congrès concernés par ces questions ».

Sources : Documents soumis (1, 2 & 3)

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Que pensez-vous des messages des employés ?
Selon vous, qu’est-ce qui va se passer pour le 737 Max, dont la production avait déjà été suspendue ce mois ?

Lire aussi

Boeing pourrait suspendre la production du 737 Max, en raison des répercussions économiques de la crise qui dure depuis 5 mois
Le correctif logiciel de Boeing pour le problème du 737 MAX submerge l'ordinateur de bord de l'avion, selon les pilotes de la FAA
Les écrans de cockpit des Boeing 737 NG deviennent vierges lors de tentatives d'atterrissage sur des pistes spécifiques, aux USA, en Colombie et en Guyana
La FAA aurait assoupli le processus d'approbation du logiciel MCAS du Boeing 737 Max en 2017, selon les résultats d'une enquête

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de rawsrc
Modérateur https://www.developpez.com
Le 10/01/2020 à 17:16
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
« cet avion est conçu par des clowns qui, à leur tour, sont supervisés par des singes »
Euh... Je ne voudrais pas la ramener mais ça ne s'applique pas forcément qu'aux avions...

11  0 
Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 21/01/2020 à 14:25
Boeing cherche à obtenir un prêt de 10 milliards de dollars US
pour faire face à la montée des coûts résultants des deux accidents mortels du 737 Max

Il y a à peu près un an maintenant que la crise de l’aéronef 737 Max a frappé Boeing. L’avionneur américain a essayé de résoudre le problème par plusieurs moyens, mais la situation a persisté durant tout ce temps. Cela aurait coûté de grosses sommes d’argent au constructeur qui se retrouve à présent dans un besoin de financement. Selon le média américain CNBC, à l’heure actuelle, Boeing serait en pleine négociation pour obtenir un prêt d’une valeur de 10 milliards de dollars pour faire face à la montée des coûts résultants des deux accidents mortels du 737 Max.

Les crashs des deux 737 Max, n’ayant laissé aucun survivant, ont eu lieu respectivement en octobre 2018 et en mars 2019. Il a été admis que c’est le nouveau système de décrochage MCAS qu’utilise le 737 Max qui est à l’origine de ces accidents. Toutes les compagnies ont cloué le 737 Max au sol et les actions entreprises par Boeing pour résoudre le problème n’ont pas abouti jusqu’à présent. Selon de nouvelles informations rapportées par les médias américains, l’avionneur a été obligé de suspendre récemment la production du 737 Max pour régler les problèmes urgents.

La crise du 737 Max aurait énormément coûté à la société, et à ceci s’ajoute maintenant l’arrêt de sa production. Cet arrêt dans la production, qui vient à peine d’être observé aurait eu des répercussions sur la chaîne d'approvisionnement et aurait déjà coûté des milliers d'emplois parmi les salariés de l’entreprise. Selon des sources proches du dossier en rapport avec les crashs, l’augmentation croissante des coûts liés à ces tragédies a poussé Boeing à entrer en pourparlers avec les banques pour bénéficier d’un prêt d’environ 10 milliards de dollars.


D’après eux, les banques qui se sont déjà engagées à contribuer au prêt comprennent Citigroup, Bank of America Merrill Lynch, Wells Fargo et J.P. Morgan. Actuellement, l'entreprise aurait déjà rassemblé au moins 6 milliards de dollars des banques jusqu'à présent. Elle continue également à dialoguer avec d'autres prêteurs pour obtenir d’autres contributions. Selon les personnes au courant du dossier, le montant total de la dette pourrait augmenter s'il y a une forte demande de la part des banques. Cela dit, le besoin de financement ne serait pas urgent, selon eux.

Cette dette serait juste à une consolidation des finances de Boeing. Par contre, le montant de la dette dépasse les prévisions des analystes sur le sujet. Par exemple, Jefferies Group LLC, une banque d’investissement américaine, a prévu au début du mois que Boeing émettrait 5 milliards de dollars de dette ce trimestre. Cependant, le retour des jets a été confronté à de nouveaux retards potentiels qui menacent d'augmenter les coûts de Boeing. Parallèlement à cette situation, un nouveau problème de logiciel a révélé par la compagnie la semaine dernière.

Selon l'une des personnes connaissant le sujet, le prêt que Boeing est en train de négocier sera un prêt à tirage différé de deux ans, ce qui signifie que Boeing pourra l'utiliser plus tard, ce qui n'affectera peut-être pas immédiatement sa cote de crédit comme le ferait un autre type de prêt ou d'obligation. J.P. Morgan estime que l'immobilisation au sol coûtera encore à Boeing environ un milliard de dollars par mois. Par ailleurs, les pilotes suivront à l’avenir une formation sur simulateur, un processus long et coûteux, avant que les jets ne puissent voler à nouveau.

La société paie aussi le prix fort de son manque de sérieux dans le processus d’approbation de son aéronef il y a quelques années. La société a enregistré des commandes d'avions négatives l'année dernière, son plus faible chiffre d'affaires depuis des décennies, et a cédé le titre de plus grand constructeur d'avions au monde à son rival européen Airbus. Le PDG Dennis Muilenburg a démissionné en décembre et a été remplacé par l'ancien président du conseil d'administration, David Calhoun.

Source : CNBC

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Boeing pourrait suspendre la production du 737 Max en raison des répercussions économiques de la crise qui dure depuis 5 mois

La FAA aurait assoupli le processus d'approbation du logiciel MCAS du Boeing 737 Max en 2017, selon les résultats d'une enquête

Boeing aurait délibérément bloqué le déploiement de mises à jour de sécurité destinées au 737 MAX avant les deux crashs mortels pour réduire les couts, selon un dénonciateur interne

Elles n'avaient pas acheté les DLC : les dispositifs de sécurité vendus en option par Boeing qui auraient permis d'éviter le crash des Boeing 737 MAX

L'actuel PDG de Boeing, Dennis Muilenburg, démissionne à la suite aux catastrophes liées au système anti-décrochage MCAS cette année
11  0 
Avatar de pierre-y
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 19/01/2020 à 13:14
Il serait surtout emps d'arrêter les frais. Quand un avion a autant de soucis, il faut revoir la copies et arrêter de faire voler ce genre d'appareil.
8  0 
Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 10/01/2020 à 18:11
Leur arrogance coûte cher en vie humaine. Sinon, les messages trahissent une belle ambiance dans l'entreprise. En comparaison, Google passe pour un saint.

Boeing 737 MAX : le sous-traitant Spirit AeroSystems licencie près de 16 % de ses salariés
6  0 
Avatar de Altau
Membre averti https://www.developpez.com
Le 14/01/2020 à 15:11
Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
... au lieu de chercher à résoudre les problèmes, elle veut des coupables, et taper dessus plutôt que de se poser des questions sur les vraies causes des soucis...
Tout le monde, dont Boeing, connaît les questions et les réponses : c'est la valeur de l'action de Boeing mise à mal par le défaut de concurrence face à Airbus qui les a conduit à lancer ce projet 737MAX à la va-vite et à subvertir la FAA. De plus en plus, le poids des actionnaires, le profit sont la B-A BA de la gestion au détriment de tout le reste. Mais c'est vrai qu'ils auraient pu un peu mieux réfléchir aux conséquences possibles de ce comportement qui finit, un jour ou l'autre, par faire boomerang. La recherche du profit maximal privé est la plaie de nos sociétés.
6  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 13/01/2020 à 10:54
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
(.../...)Dans un communiqué de presse publiée par la compagnie jeudi, la compagnie a qualifié de « complètement inacceptables » les messages de ses employés. « Ces communications contiennent un langage provocateur et, dans certains cas, soulèvent des questions sur les interactions de Boeing avec la FAA dans le cadre du processus de qualification des simulateurs », a dit Boeing. « Ces communications ne reflètent pas la société que nous sommes et devons être, et elles sont tout à fait inacceptables. Cela dit, nous restons confiants dans le processus réglementaire de qualification de ces simulateurs », a-t-il ajouté.(.../...)
Ces gens là disaient la vérité, mais ils l'ont fait de manière non polie, alors c'est inacceptable..... on voit là le genre de réaction typique de toute structure toxique : au lieu de chercher à résoudre les problèmes, elle veut des coupables, et taper dessus plutôt que de se poser des questions sur les vraies causes des soucis.

Autre exemple : la hiérarchie Iranienne qui a promis de "punir les coupables" après le tir qui a dézingué un Boeing(un 737NG, donc un vrai avion) par erreur : aucune remise en question sur le matériel utilisé ou la formation de l'opérateur(les systèmes de DCA étaient-ils à jour sur l'identification des cibles? Si oui, l'opérateur était-il correctement formé? Si oui, sa hiérarchie a-t-elle paniqué et ordonné un tir contre toute évidence?)

Dans les deux cas, le grand chef cherche juste à se couvrir, et en aucun cas à régler les problèmes qu'il est payé(et bien payé) pour résoudre. C'est ça qui transparaît dans ces écrits. Ces mecs là ne savent que gueuler et accuser les autres. En aucun cas ils ne savent prendre des mesures pour améliorer ce qui se passe en interne. C'est le message (involontaire) sous-jacent des communications des uns et des autres
6  1 
Avatar de _informix_
Membre actif https://www.developpez.com
Le 10/01/2020 à 17:46
De la qualité à l'américaine ...
6  2 
Avatar de SimonDecoline
Membre expert https://www.developpez.com
Le 19/01/2020 à 11:49
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Ouais c'est jouable, l'avion est vraiment testé cette fois ci. Donc quand il passera les tests ce sera bon.
Le problème avec les logiciels c'est que parfois en corrigeant un problème on en créer d'autres (test de non régression).

Maintenant tous les pilotes du monde connaissent les problèmes et savent comment réagir. Donc dans le pire des cas ils devraient être capable d'éviter le crash (comme des pilotes l'ont déjà fait).
Rassure-moi : tu n'es pas développeur dans l'aéronautique, j'espère ?
6  2 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 20/01/2020 à 19:33
Citation Envoyé par labiloute Voir le message
(.../...)Vous SEMBLEZ vraiment ne pas comprendre que cela est plié : les voyageurs ne remonteront jamais dans un Max même si Boeing le rebaptise " Duchmoll", les gens ne sont pas idiots et tiennent à leur vie.
(.../...)
90% des gens ne savent même pas sur quel avion ils volent. Ils ne veulent pas de MAX...mais en prendront quand même sans même s'en rendre compte.
4  0 
Avatar de labiloute
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 21/01/2020 à 17:53
Je pense qu'a terme Boeing va scinder ses trois activités :

- Militaire (très très rentable)
- Spatial (Très rentable car les ricains font du protectionnisme avec la NASA)

Et les aéronefs pour le civil qui pourrait avoir, suivant comment la balance va pencher, du plomb dans l'aile. branche pourrie qu'ils pourraient couper ...

La situation de perdre 1 milliard de dollars par mois ne vas pas durer longtemps à mon avis car elle n'est pas tenable, même pour un monstre comme Boeing
(la preuve ils semblent anticiper un manque de trésorerie à moyen terme)

Finalement ce qui est fondamental est de savoir si depuis Mars 2019 BOEING a corrigé le ou les problème(s) sur le MAX ?
Si oui alors tout va bien, il suffit d'attendre que la FAA déroule ses procédures de certification... et d’espérer que le Délais ne soit pas trop long ?
Si non, alors la...

3  0