Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des employés de Boeing se sont moqués de la FAA dans des messages internes avant les catastrophes du 737 Max,
D'après les récents documents publiés par l'avionneur

Le , par Stan Adkens

85PARTAGES

29  0 
Les avions 737 Max de Boeing demeurent cloués au sol depuis mars derniers, et les révélations sur les faits et pratiques chez l’avionneur américain continuent de faire la une des médias. Les dernières révélations risquent de garder les 737 Max, dont Boeing a suspendu la production ce mois, encore longtemps au sol. En effet, les derniers documents publiés par Boeing, dans le cadre des enquêtes sur l’avion à l’origine de deux accidents mortels, brossent un sombre tableau des réactions des employés face aux tentatives de Boeing de réduire le nombre de séances de formation en simulateur requis par la FAA pour certifier les pilotes de 737 Max, a rapporté le site Web du réseau de radiodiffusion NPR.

Les messages censurés, rapportés à l’origine par The New York Times, sont accessibles en ligne. Ils sont composés des courriels et des communications internes de Boeing. Dans un message, les employés se sont moqués de la FAA et se sont vantés d'avoir obtenu l'approbation des organismes de réglementation pour les jets sans exiger beaucoup de formation supplémentaire des pilotes. Dans un autre document, un employé s’est moqué de ses collègues qui ont participé au développement du 737 Max, disant que « cet avion est conçu par des clowns qui, à leur tour, sont supervisés par des singes ».


Ces messages proviennent de documents que Boeing a envoyés au Congrès en décembre. Des copies ont également été fournies au Comité sénatorial du commerce, des sciences et de la technologie et au Comité de la Chambre des représentants sur les transports et l'infrastructure. Ils montrent comment Boeing a essayé de réduire le nombre de séances de formation en simulateur requise par la FAA pour certifier les pilotes de 737 Max. les efforts de l’avionneur ont finalement laissé les pilotes sans préparation pour faire face à la faille fatale qui a fait s'écraser deux 737 Max des compagnies Ethiopian Airlines et Lion Air de l’Indonésie en cinq mois, tuant 346 personnes.

Dans un communiqué de presse publiée par la compagnie jeudi, la compagnie a qualifié de « complètement inacceptables » les messages de ses employés. « Ces communications contiennent un langage provocateur et, dans certains cas, soulèvent des questions sur les interactions de Boeing avec la FAA dans le cadre du processus de qualification des simulateurs », a dit Boeing. « Ces communications ne reflètent pas la société que nous sommes et devons être, et elles sont tout à fait inacceptables. Cela dit, nous restons confiants dans le processus réglementaire de qualification de ces simulateurs », a-t-il ajouté.

Certains des messages les plus inquiétants concernent des discussions sur des problèmes avec les simulateurs de vol Max de la compagnie, dans lesquelles les employés de la compagnie suggèrent qu'ils ont induit en erreur les régulateurs sur des problèmes potentiels avec le Max. Un employé a déclaré dans un message en 2018, en faisant référence à un échange d'informations avec la FAA, que « Je n'ai toujours pas été pardonné par Dieu pour la dissimulation que j'ai faite l'année dernière ».

Un autre échange accablant met en évident la gravité des problèmes qui sont apparus au cours du développement des avions de ligne et remet en question la sécurité du 737 Max bien avant que l'avion ne soit autorisé à transporter des passagers. Un employé a interrogé ses collègues en disant « Mettriez-vous votre famille sur un avion formé sur simulateur Max ? Je ne le ferais pas ». « Non », a répondu un autre employé.


Toutefois, dans un communiqué, la FAA a déclaré : « La FAA a examiné les documents les plus récents relatifs au 737 MAX soumis par Boeing afin d'identifier toute implication en matière de sécurité ». « Nos experts ont déterminé que rien dans la présentation ne faisait état de risques pour la sécurité qui n'avaient pas déjà été identifiés dans le cadre de l'examen en cours des modifications proposées sur l'avion », a ajouté l’agence fédérale.

« Les excuses de Boeing ne sont pas suffisantes après ces e-mails étonnants et épouvantables »

« Nous regrettons le contenu de ces communications et nous nous excusons auprès de la FAA, du Congrès, de nos clients transporteurs aériens et du public voyageur, pour cela. Nous avons apporté des changements importants en tant que société pour améliorer nos processus, nos organisations et notre culture en matière de sécurité », a déclaré Boeing dans son communiqué de presse.

Un responsable de Boeing a également déclaré que les communications ont été rédigées par un petit nombre d'employés, principalement des pilotes techniques de Boeing et du personnel impliqué dans le développement et la qualification des simulateurs de Boeing 737 Max. Le langage utilisé et les sentiments exprimés dans ces communications » ne sont pas conformes aux valeurs de Boeing, et la compagnie prend les mesures appropriées en conséquence », a dit Boeing dans sa déclaration.

Dans un communiqué, le représentant démocrate Peter DeFazio, qui préside la commission des transports et de l'infrastructure de la Chambre des représentants , a qualifié les documents en leur disposition d' « incroyablement accablants », en ajoutant qu’« ils brossent un tableau profondément troublant des mesures que Boeing était apparemment prêt à prendre pour échapper à l'examen des régulateurs, des équipages et du public voyageur, alors même que ses propres employés sonnaient l'alarme en interne ».

« Les excuses de Boeing ne sont pas suffisantes après ces e-mails étonnants et épouvantables », a déclaré le sénateur Richard Blumenthal, dans un tweet. « L'action et la responsabilité sont attendues depuis longtemps », a-t-il ajouté.


Le 737 Max a été développé particulièrement en urgence, en réponse au lancement de l'A320neo du concurrent européen Airbus, qui était considérablement plus économe en carburant que le Boeing 737 NG. Boeing a mis le 737 Max en service précipitamment, sans que les pilotes aient été correctement formés ni même sensibilisés à un logiciel qui a été à l’origine des deux crashs, sous prétexte que le 737 Max est juste une mise jour du 737 NG.

Les documents illustrent la force avec laquelle Boeing a imposé ses idées aux employés et à ses clients

Dans un courriel de 2017, le pilote technique en chef du programme 737, dont le nom n’a pas été révélé a déclaré : « Je tiens à souligner l'importance de maintenir fermement qu'il n'y aura aucun type de formation sur simulateur nécessaire pour passer de NG à MAX ». « Nous serons face à face avec tout régulateur qui tentera d'en faire une exigence ». Lorsqu’un client voulait une formation interne, cet employé a écrit que la formation supplémentaire « devrait être limitée ».

Dans une autre série de courriels de juin 2017 entre le pilote technique en chef et une compagnie aérienne non divulguée, Boeing a été agressif dans sa tentative de limiter la quantité de travail de simulation. « Il n'y a absolument aucune raison d'exiger de vos pilotes qu'ils aient besoin d'un simulateur MAX pour commencer à piloter le MAX », a écrit le pilote technique en chef. « Boeing ne comprend pas ce qu'une session de 3 heures de simulateur peut apporter », a-t-il ajouté.

Lorsque la compagnie aérienne interlocutrice du pilote technique en chef a fini par céder, ce dernier a envoyé un courriel à un autre employé de Boeing dont le nom n'a pas été dévoilé et en lui disant « On dirait que mon tour d'esprit Jedi a encore fonctionné ! Ce ne sont pas les droïdes que vous cherchez... »

Bien que les efforts de Boeing pour réduire la quantité de formation par simulation aient finalement été couronnés de succès, tous les employés n'étaient pas d'accord avec l'idée. Dans une autre discussion de mars 2018, un employé a écrit : « Je ne sais pas si je reviendrai en avril compte tenu de cela - je ne mens pas à la FAA. Je laisserai cela à des gens qui n'ont aucune intégrité ».

Boeing qui fait ses meilleurs efforts pour faire décoller son 737 Max depuis des mois, plonge de nouveau avec ces récents documents qui montrent le passage en force de l’avionneur pour faire voler son avion de ligne. Dans sa déclaration de jeudi, Boeing a qu’il était favorable à de nouveaux examens. « Nous accueillons favorablement, et soutiendrons pleinement, tout examen supplémentaire que la FAA juge approprié en rapport avec ces questions, ainsi que l'implication continue des comités du Congrès concernés par ces questions ».

Sources : Documents soumis (1, 2 & 3)

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Que pensez-vous des messages des employés ?
Selon vous, qu’est-ce qui va se passer pour le 737 Max, dont la production avait déjà été suspendue ce mois ?

Lire aussi

Boeing pourrait suspendre la production du 737 Max, en raison des répercussions économiques de la crise qui dure depuis 5 mois
Le correctif logiciel de Boeing pour le problème du 737 MAX submerge l'ordinateur de bord de l'avion, selon les pilotes de la FAA
Les écrans de cockpit des Boeing 737 NG deviennent vierges lors de tentatives d'atterrissage sur des pistes spécifiques, aux USA, en Colombie et en Guyana
La FAA aurait assoupli le processus d'approbation du logiciel MCAS du Boeing 737 Max en 2017, selon les résultats d'une enquête

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Edrixal
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 14/02/2020 à 14:34
Citation Envoyé par MRSizok Voir le message
Qu'il faut leur lâcher les basquettes. Boeing exerce depuis des années. Que si vraiment cette avion était si pourri et que les employées étaient si certain d'eux. Pourquoi ils ont rien fait?
Saleté d'employé ! Ils aurait pu faire un effort et court-circuité la hiérarchie et déposer une plainte au commissariat du coin quand même !
Peut être tout simplement qu'aucun employé n'avais toute les cartes en main pour pouvoir prendre une décision et ou apporter les preuves nécessaire. De plus quel est le poids d'un employé face à une multinationale, multimilliardaire ? Sans compte que c'est la boite qui leur verse un salaire et qu'ils doivent avoir signé des clauses de confidentialité de tous coter.

Non franchement, qu'attendent les employés ?
15  0 
Avatar de Christian Olivier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 14/02/2020 à 13:49
Boeing licencie l'un de ses cadres moyens suite à la divulgation de courriels "embarrassants" pour la société
Alors même que ce dernier ne semble pas impliqué dans cette affaire

Le géant de l’aérospatiale Boeing a licencié l’un de ses employés ce mercredi à la suite d’une affaire embarrassante concernant des courriels envoyés par des pilotes qui s’inquiétaient de la sécurité du Boeing 737 Max. Keith Cooper, l’ancien vice-président de la formation et des services professionnels chez Boeing, n’a pas participé à l’envoi ou à la réception desdits courriels, mais il a supervisé deux pilotes qui ont envoyé des messages internes dans lesquels ils se plaignent de l’avion de ligne, selon le Wall Street Journal, qui précise que les noms des employés qui ont écrit les courriels et les SMS ont été caviardés.


Pour rappel, les Boeing 737 Max sont interdits de vol depuis le 13 mars dernier à la suite de deux catastrophes aériennes distinctes impliquant ce modèle qui ont couté la vie à 346 personnes. Le constructeur américain d’aéronefs a depuis arrêté la production de l’avion peu et le jet 737 Max ne volera probablement pas avant au moins la mi-2020. Les détails des messages dans lesquels des employés du groupe affirment que l’avion a été fabriqué par des « clowns » ont plongé l'avionneur dans l’embarras. Ces messages rendu public en janvier dernier peu après le départ de l’ancien PDG de Boeing Dennis Muilenburg, mettent en scène un étalage choquant d’employés qui fustigent et/ou se moquent intentionnellement des clients de Boeing, des régulateurs de l’aviation civile US, de leurs responsables et de leurs collègues.

Les documents en question ont été remis plus tôt (en décembre dernier) au Comité des transports et des infrastructures de la Chambre des représentants des États-Unis ainsi qu'à la Federal Aviation Administration (FAA), le régulateur de l’aviation civile aux USA. Ils brossent un tableau inquiétant de la politique de Boeing en matière de sécurité et de la réaction du groupe au lendemain des deux accidents d’avion mortels qui ont pris la vie de 346 morts. L’avionneur américain avait déjà publié plus de 2016 messages internes, dont un émis par un pilote s’interrogeant sur les performances d’un dispositif de sécurité essentiel pendant les essais. D’autres messages sont cependant moins tendres vis-à-vis de Boeing lorsque leurs émetteurs (tous employés du groupe) font référence au 737 MAX :
  • « C’est une blague. Cet avion est ridicule » ;
  • « Je serai choqué si la FAA valide cette merde » ;
  • « Cet avion est conçu par des clowns qui sont à leur tour supervisés par des singes » ;
  • « Pourrais-tu faire monter un membre de ta famille à bord d’un avion d’entraînement Max sur simulateur ? Je ne le ferais pas ».

Certains messages semblent même évoquer des tromperies faites aux régulateurs sur les problèmes liés aux simulateurs ou aux avions : « Je n’ai pas encore été pardonné par Dieu pour la dissimulation que j’ai faite l’année dernière », a déclaré un employé dans un message de 2018.

Certains employés de Boeing se sont également moqués des responsables d’Indonesia Lion Air, les qualifiant « d’idiots », car ils voulaient que leurs pilotes suivent une formation supplémentaire sur le 737 MAX, un an avant l’accident mortel qui a fait 189 morts. Ces messages accablants montrent que Lion Air a fait part de ses préoccupations concernant la formation de ses pilotes et demandé à ce que ses pilotes suivent une formation plus poussée sur simulateur pour le 737 MAX. D’autres se plaignent de la direction de Boeing, de la sélection de fournisseurs à bas prix initiée par l’entreprise et du gaspillage d’argent.


Boeing, qui est pris dans la tourmente depuis des mois et cherche tant bien que mal à limiter la casse, a déclaré qu’il envisageait des mesures disciplinaires contre certains employés à cause de leurs échanges de messages. Hormis l’ancien DG du groupe (Muilenburg) qui a été évincé, Cooper est le premier employé à être licencié par Boeing, bien qu’il n’ait pris part à aucune des conversations troublantes publiées. Le cadre moyen a supervisé deux des pilotes qui ont fait part de leurs préoccupations. Toutefois, on ne pourrait pas non plus exclure que dans l'un des mémos cités précédemment (« cet avion est conçu par des clowns qui sont à leur tour supervisés par des singes »), le mot singe renvoie peut-être à Keith Cooper puisqu’il était superviseur.


Pour résumer : pour soigner son image, Boeing vient peut-être de renvoyer un employé (possible victime de discrimination raciale ?) qui ne savait apparemment rien sur des courriels avec lesquels il n'avait rein à voir, qu’il n’avait ni envoyés ni reçus et dans lesquels d'autres personnes exprimaient leurs préoccupations internes quant aux graves défauts de conception du 737 MAX, par exemple. Le point de vue de dirigeants du groupe serait-il que les cadres moyens comme Cooper auraient dû suffisamment menacer les personnes sous leur supervision pour qu’elles s’autocensurent ? La culture d’entreprise chez Boeing ne serait-elle pas à revoir ?

Source : WSJ

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
La culture d’entreprise chez Boeing ne serait-elle pas à revoir ?

Voir aussi

Boeing pourrait suspendre la production du 737 Max, en raison des répercussions économiques de la crise qui dure depuis 5 mois
Le correctif logiciel de Boeing pour le problème du 737 MAX submerge l'ordinateur de bord de l'avion, selon les pilotes de la FAA
Les écrans de cockpit des Boeing 737 NG deviennent vierges lors de tentatives d'atterrissage sur des pistes spécifiques, aux USA, en Colombie et en Guyana
La FAA aurait assoupli le processus d'approbation du logiciel MCAS du Boeing 737 Max en 2017, selon les résultats d'une enquête
14  0 
Avatar de Fleur en plastique
Membre averti https://www.developpez.com
Le 10/03/2020 à 11:41
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Certains pilotent savaient, des accidents ont été évités. Malheureusement l'information n'était pas parvenu à tout le monde
Justement. L'information n'était pas transmise parce que l'un des "avantages" du Boeing 737 MAX était l'absence totale de formation requise, donc économie de coût. De monstrueux pans de logiciels ont été mis en place pour autant que possible émuler l'ancien comportement, tout ça pour éviter une formation. Mais il aurait fallu aussi une formation pour le logiciel d'émulation, mais toute référence a été sciemment effacée et masquée.

Sans parler du fait de n'associer qu'un seul capteur à ce logiciel, et de ne pas prévoir de redondance, sauf à payer une option.

Tout a été fait côté Boeing pour maximiser les profits ; ceux de Boeing (plus de ventes grâce à la chimère d'un avion sans formation; tout en option, y compris la sécurité la plus élémentaire, et maximiser la présence de vieille technologie plus aux normes, notamment le fameux vérin de direction, en tirant partie de la clause du grand-père pour économiser des frais de développement et de certification), et ceux des compagnies aériennes clientes (pas de formation). Voilà où mène l'économie des coûts à l'extrême : des centaines de morts, un avion mort-né avec des centaines en stock qui n'ont jamais volé, une compagnie ruinée, une image désastreuse, le monde entier qui se moque de Boeing et de la soi-disante USA Qualität.

Il n'y a pas eu qu'une seule faute, mais des dizaines ; surtout côté Boeing, mais aussi côté FAA, on ne fait pas certifier un produit par son propre constructeur, cela paraît pourtant élémentaire. S'il n'y a pas de moyens, il n'y aurait pas dû avoir de certification. Si des politiques ont obligé la FAA à faire certifier par Boeing, ceux-là doivent être aussi traduits en justice.
14  0 
Avatar de rawsrc
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 10/01/2020 à 17:16
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
« cet avion est conçu par des clowns qui, à leur tour, sont supervisés par des singes »
Euh... Je ne voudrais pas la ramener mais ça ne s'applique pas forcément qu'aux avions...

12  0 
Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 21/01/2020 à 14:25
Boeing cherche à obtenir un prêt de 10 milliards de dollars US
pour faire face à la montée des coûts résultants des deux accidents mortels du 737 Max

Il y a à peu près un an maintenant que la crise de l’aéronef 737 Max a frappé Boeing. L’avionneur américain a essayé de résoudre le problème par plusieurs moyens, mais la situation a persisté durant tout ce temps. Cela aurait coûté de grosses sommes d’argent au constructeur qui se retrouve à présent dans un besoin de financement. Selon le média américain CNBC, à l’heure actuelle, Boeing serait en pleine négociation pour obtenir un prêt d’une valeur de 10 milliards de dollars pour faire face à la montée des coûts résultants des deux accidents mortels du 737 Max.

Les crashs des deux 737 Max, n’ayant laissé aucun survivant, ont eu lieu respectivement en octobre 2018 et en mars 2019. Il a été admis que c’est le nouveau système de décrochage MCAS qu’utilise le 737 Max qui est à l’origine de ces accidents. Toutes les compagnies ont cloué le 737 Max au sol et les actions entreprises par Boeing pour résoudre le problème n’ont pas abouti jusqu’à présent. Selon de nouvelles informations rapportées par les médias américains, l’avionneur a été obligé de suspendre récemment la production du 737 Max pour régler les problèmes urgents.

La crise du 737 Max aurait énormément coûté à la société, et à ceci s’ajoute maintenant l’arrêt de sa production. Cet arrêt dans la production, qui vient à peine d’être observé aurait eu des répercussions sur la chaîne d'approvisionnement et aurait déjà coûté des milliers d'emplois parmi les salariés de l’entreprise. Selon des sources proches du dossier en rapport avec les crashs, l’augmentation croissante des coûts liés à ces tragédies a poussé Boeing à entrer en pourparlers avec les banques pour bénéficier d’un prêt d’environ 10 milliards de dollars.


D’après eux, les banques qui se sont déjà engagées à contribuer au prêt comprennent Citigroup, Bank of America Merrill Lynch, Wells Fargo et J.P. Morgan. Actuellement, l'entreprise aurait déjà rassemblé au moins 6 milliards de dollars des banques jusqu'à présent. Elle continue également à dialoguer avec d'autres prêteurs pour obtenir d’autres contributions. Selon les personnes au courant du dossier, le montant total de la dette pourrait augmenter s'il y a une forte demande de la part des banques. Cela dit, le besoin de financement ne serait pas urgent, selon eux.

Cette dette serait juste à une consolidation des finances de Boeing. Par contre, le montant de la dette dépasse les prévisions des analystes sur le sujet. Par exemple, Jefferies Group LLC, une banque d’investissement américaine, a prévu au début du mois que Boeing émettrait 5 milliards de dollars de dette ce trimestre. Cependant, le retour des jets a été confronté à de nouveaux retards potentiels qui menacent d'augmenter les coûts de Boeing. Parallèlement à cette situation, un nouveau problème de logiciel a révélé par la compagnie la semaine dernière.

Selon l'une des personnes connaissant le sujet, le prêt que Boeing est en train de négocier sera un prêt à tirage différé de deux ans, ce qui signifie que Boeing pourra l'utiliser plus tard, ce qui n'affectera peut-être pas immédiatement sa cote de crédit comme le ferait un autre type de prêt ou d'obligation. J.P. Morgan estime que l'immobilisation au sol coûtera encore à Boeing environ un milliard de dollars par mois. Par ailleurs, les pilotes suivront à l’avenir une formation sur simulateur, un processus long et coûteux, avant que les jets ne puissent voler à nouveau.

La société paie aussi le prix fort de son manque de sérieux dans le processus d’approbation de son aéronef il y a quelques années. La société a enregistré des commandes d'avions négatives l'année dernière, son plus faible chiffre d'affaires depuis des décennies, et a cédé le titre de plus grand constructeur d'avions au monde à son rival européen Airbus. Le PDG Dennis Muilenburg a démissionné en décembre et a été remplacé par l'ancien président du conseil d'administration, David Calhoun.

Source : CNBC

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Boeing pourrait suspendre la production du 737 Max en raison des répercussions économiques de la crise qui dure depuis 5 mois

La FAA aurait assoupli le processus d'approbation du logiciel MCAS du Boeing 737 Max en 2017, selon les résultats d'une enquête

Boeing aurait délibérément bloqué le déploiement de mises à jour de sécurité destinées au 737 MAX avant les deux crashs mortels pour réduire les couts, selon un dénonciateur interne

Elles n'avaient pas acheté les DLC : les dispositifs de sécurité vendus en option par Boeing qui auraient permis d'éviter le crash des Boeing 737 MAX

L'actuel PDG de Boeing, Dennis Muilenburg, démissionne à la suite aux catastrophes liées au système anti-décrochage MCAS cette année
11  0 
Avatar de eldran64
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/02/2020 à 9:07
Ça me rappel des projets que j'ai pu faire et pour lesquels on ne me laissait pas le temps de faire de vrais tests.

Bref, ça craint de voir encore une faille de sécu en plus. Ca donne vraiment l'impression que c'était des tombeaux volant.
10  0 
Avatar de pierre-y
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 19/01/2020 à 13:14
Il serait surtout emps d'arrêter les frais. Quand un avion a autant de soucis, il faut revoir la copies et arrêter de faire voler ce genre d'appareil.
9  0 
Avatar de Jonathan
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 07/02/2020 à 8:19
Boeing a découvert un autre bug logiciel sur le 737 Max
mais la société reste confiante sur la remise en service de l’avion pour mi-2020

Alors qu’on croyait que les choses sont enfin en train de s’améliorer pour Boeing et ses avions 737 MAX, la découverte d’un bug dans le système informatique de l’avion vient compliquer la situation. Le bug a été découvert lors d'un audit de la technologie embarquée de l'avion, tenu le week-end dernier avec le régulateur américain de l'aviation. Le problème était qu'un voyant, conçu pour avertir d'un dysfonctionnement d'un système qui permet de soulever et d'abaisser le nez de l'avion, s'allumait alors qu'il n'était pas censé le faire.

Ayant découvert le problème, Boeing a immédiatement informé la Federal Aviation Administration (FAA) et la société fait savoir qu’elle travaille déjà à résoudre ce problème. C’est ce qu’a déclaré un porte-parole de la société : « Nous faisons les mises à jour nécessaires et travaillons avec la FAA sur la résolution de ce bug. Nos clients et fournisseurs sont constamment tenus informés des avancées. Notre priorité absolue est de garantir que le 737 Max est sûr et répond à toutes les exigences réglementaires. Nous intégrerons une modification du logiciel 737 Max avant la remise en service de la flotte pour nous assurer que ce voyant ne s'allume que comme prévu ».


Ce nouveau problème n’arrange pas les choses pour Boeing qui prévoyait remettre en service ses avions d’ici la mi-2020, mais jusqu'à ce que le défaut soit corrigé, il est peu probable que le 737 Max revienne dans le ciel. Par ailleurs, le chef de la FAA, Steve Dickson, a déclaré aux journalistes à Londres qu'un vol de certification pour le 737 MAX pourrait avoir lieu dans les prochaines semaines. Il est donc plus qu’urgent pour Boeing de corriger ce bug le plus tôt possible afin de réussir ce vol de certification s’il veut à nouveau voir ses 737 Max dans le ciel.

Ce bug est rappelons-le, la troisième faille logicielle découverte et signalée depuis les crashs du 737 Max qui ont tué 346 personnes. Malgré tout ceci, Boeing s'attend toujours à ce que le 737 Max reprenne ses vols d'ici mi-2020. Seulement, la FAA a clairement fait savoir qu’elle ne fonctionne pas sur la base d’un calendrier prescrit, mais qu’elle suit un processus approfondi pour autoriser à nouveau les 737 Max à voler. Il ne reste plus qu’à espérer pour Boeing que le bug sera rapidement corrigé et qu’aucune autre surprise désagréable ne viendra remettre en doute la sûreté de ses 737 MAX.

Source : CNN

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Pensez-vous qu’on soit prêt de revoir voler les 737 MAX de si tôt ?

Voir aussi :

Le logiciel de vol du 737 Max est défectueux, car Boeing a confié le travail à des ingénieurs payés 9 $/h ? Oui, selon d'anciens employés du groupe
Boeing aurait délibérément bloqué le déploiement de mises à jour de sécurité destinées au 737 MAX Avant les deux crashs mortels pour réduire les couts, selon un dénonciateur interne
Des messages texte montrent que des employés de Boeing étaient au courant en 2016 des problèmes qui ont conduit aux accidents mortels du 737 Max Liés au MCAS
9  0 
Avatar de calvaire
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 09/03/2020 à 12:55
quand bien même cette avion pourrais revoler, je suis pas sur que les clients ai envie de monter a bord même si c'est sans risque.

Pour moi Boeing a perdu ma confiance.... confiance qu'ils vont mettre du temps a retrouver, j'ai planifier un voyage pour le canada cette été et j'ai pris que des Airbus pour l'aller et le retour, j'ai préféré payer un peu plus cher(60€).
C'est pas juste un problème de conception que personne n'aurait pu prévoir, mais bien une escroquerie que Boeing connaissais très bien mais à préféré le profit à la sécurité.
9  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 10/01/2020 à 18:11
Leur arrogance coûte cher en vie humaine. Sinon, les messages trahissent une belle ambiance dans l'entreprise. En comparaison, Google passe pour un saint.

Boeing 737 MAX : le sous-traitant Spirit AeroSystems licencie près de 16 % de ses salariés
7  0