IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Amazon a déployé plus de 750 000 robots en 2023 pour exploiter les opportunités offertes par l'IA :
L'IA chez Amazon crée-t-elle ou remplace-t-elle des emplois ?

Le , par Bruno

20PARTAGES

3  0 
Amazon déploie plus de 750 000 robots de type humain dans ses opérations de chaîne d'approvisionnement, explorant ainsi les possibilités de collaboration entre l'IA et la main-d'œuvre humaine. Le robot Digit, capable de saisir et de soulever des objets, est testé pour des tâches répétitives, initialement pour déplacer des caisses vides. Ces robots visent à accélérer le stockage de marchandises et la livraison des commandes tout en travaillant en collaboration avec les employés. Cette initiative s'inscrit dans le cadre d'une série de solutions d'IA déployées par Amazon pour rendre ses opérations plus efficaces et sûres. Amazon affirme que le déploiement des robots a créé 700 nouvelles catégories d'emplois qualifiés au sein de l'entreprise, soulignant que l'IA contribue à créer des emplois plutôt qu'à les remplacer.

Amazon a dévoilé à la fin de l'année dernière qu'elle expérimentait deux nouvelles technologies pour renforcer l'automatisation de ses entrepôts, dont un robot humanoïde. Le robot, nommé Digit, est bipède et capable de s'accroupir, de se pencher, et de saisir des objets à l'aide de crochets reproduisant les mouvements des mains, selon les informations fournies par l'entreprise. Construit par Agility Robotics, il sera initialement utilisé pour assister les employés dans le regroupement des bacs vidés de leurs articles. Il est à noter qu'Amazon a fait un investissement dans Agility Robotics l'année précédente.

L'expert Martin Harbech souligne que cette avancée confirme l'avènement de la quatrième révolution industrielle, marquée par l'IA, la vision par ordinateur et la robotique. Bien que ces technologies ouvrent de nouvelles opportunités et rendent certaines industries plus sûres, il met en garde contre le défi crucial de requalification et de mise à niveau des compétences qui accompagne ce développement rapide de la technologie.


Une entreprise sur cinq utilise déjà l'intelligence artificielle, mais l'étude de Hays suggère que les employés ont encore peur de ses conséquences sur le lieu de travail. L'utilisation de l'intelligence artificielle sur le lieu de travail est en bonne voie, mais les employeurs et les travailleurs peuvent encore avoir des opinions divergentes. Sky News a rapporté que le géant du recrutement Hays a récemment mené une enquête qui a révélé que près d'un tiers des employés disent ne pas avoir les bonnes compétences pour utiliser au mieux la technologie de l'apprentissage automatique.

Les économies de coûts en particulier sont un argument de vente attrayant de l'IA, Sky News suggérant que 56 % des employeurs pensent que l'IA devrait être adoptée sur le lieu de travail, par opposition à seulement 8 % qui disent qu'elle devrait être redoutée. Par ailleurs, 49 % des employés estiment que l'IA devrait être adoptée, tandis que 13 % d'entre eux s'inquiètent de son impact.

De nouvelles inquiétudes quant à la disparition d'emplois grâce à l'intelligence artificielle

Ce rapport s'inscrit dans le sillage de nombreuses entreprises technologiques qui ont licencié un nombre considérable d'employés. Alphabet Inc, la société mère de Google, a notamment annoncé en janvier 2023 la suppression d'environ 12 000 emplois, soit 6 % de sa main-d'œuvre, l'entreprise se concentrant sur "l'opportunité substantielle" que représente l'IA pour l'ensemble de ses produits.

Meta lui a emboîté le pas en mars 2023, annonçant sa deuxième vague de suppressions d'emplois en l'espace de six mois afin d'améliorer « l'efficacité de l'entreprise ». BT cherche également à remplacer 10 000 emplois par l'IA d'ici à 2030. Cela témoigne de l'inquiétude des employés face à l'impact croissant de l'IA sur la main-d'œuvre, les employeurs identifiant les principaux avantages comme les économies de coûts, l'efficacité des processus et l'amélioration de la productivité.

Actuellement, selon l'enquête de Hays, 21 % des organisations déclarent utiliser déjà des outils d'IA tels que ChatGPT, tandis que 27 % investissent dans la formation de leur personnel pour qu'il se perfectionne dans cette technologie. Au total, 66 % des entreprises ont déclaré qu'elles autoriseraient les outils d'IA sur le lieu de travail, mais qu'elles continueraient à surveiller les cas d'utilisation.

Hays fournit continuellement des ressources supplémentaires sur l'IA au travail sur le site web de l'entreprise, en pesant le pour et le contre de l'adoption d'une plus grande technologie d'IA sur le lieu de travail. Dans la vidéo ci-dessous, Tim Olsen explique comment les employés peuvent utiliser les outils d'IA, ainsi que les secteurs qui sont déjà en train de changer grâce à l'IA.

Parallèlement à cette évolution rapide, 55 % des travailleurs affirment que leur employeur ne les prépare pas à l'utilisation de l'IA sur le lieu de travail. Cette situation a fini par susciter des inquiétudes accrues concernant les droits des travailleurs, et des appels ont été lancés en faveur d'une réglementation et d'une surveillance accrues de l'utilisation de l'IA dans les environnements de travail.

Poursuite des investissements : Le Royaume-Uni a toujours l'ambition d'être à l'avant-garde

En 2023, le gouvernement britannique s'est engagé à accroître ses investissements dans l'IA. En mars 2023, il a publié un livre blanc qui présente une nouvelle approche de la réglementation de l'IA, dans l'espoir de renforcer la confiance du public et de permettre aux entreprises d'innover et de se développer. Pourtant, il est primordial que le gouvernement, ainsi que les employeurs, continuent de s'attaquer à des questions telles que les préjugés fondés sur l'IA et veillent à ce que les préoccupations en matière de protection de la vie privée et de sécurité soient prises en compte dans le cadre de la réglementation de l'IA.

Cela pourrait contribuer à réduire certaines des inquiétudes auxquelles la main-d'œuvre humaine est actuellement confrontée dans de nombreuses industries quant à la manière dont elle pourrait être affectée à l'avenir.

Amazon affirme que le déploiement des robots a permis de créer 700 catégories de nouveaux types d'emplois qualifiés qui n'existaient pas auparavant au sein de l'entreprise. « En équipant nos employés de nouvelles technologies et en les formant pour qu'ils acquièrent de nouvelles compétences, nous créons des parcours de carrière et des moyens nouveaux et passionnants de contribuer à la vie d'Amazon », explique l'entreprise.

Ces types de développements en matière d'IA et d'automatisation ont été révolutionnaires pour les entreprises du monde entier. Toutefois, il est compréhensible que l'on se demande si l'IA et les robots remplaceront un jour les emplois humains. Le fait que des entreprises comme Amazon s'efforcent d'assurer la collaboration entre l'IA et la main-d'œuvre humaine est certainement un progrès qui suggère que les entreprises pourraient s'efforcer de renforcer leur main-d'œuvre au lieu de la réduire à l'avenir.


Martin Harbech, directeur du groupe Meta, a déclaré sur LinkedIn que le dernier développement de ces robots Amazon est la preuve que, que cela nous plaise ou non, « la quatrième révolution industrielle est là ». Il ajoute : « Il ne fait plus aucun doute que l'IA, la vision par ordinateur et la robotique remplaceront de nombreuses tâches au cours de la prochaine décennie. »

Harbech ajoute que la technologie de l'industrie 4.0 « débloquera de nombreuses nouvelles opportunités, rendra de nombreuses industries beaucoup plus sûres et créera de nombreux nouveaux emplois hautement qualifiés qui n'existent pas aujourd'hui. » Cependant, il prévient également que ce développement rapide de la technologie signifie également qu'il est « d'une importance critique » que les organisations « ne sous-estiment pas le défi massif de requalification et de mise à niveau des compétences qui se profile à l'horizon. »

L'IA chez Amazon crée-t-elle ou remplace-t-elle des emplois ?

Selon certains analystes, l'IA peut contribuer à remplacer certains emplois, mais il est crucial de prendre en compte le contexte spécifique de chaque industrie et entreprise. Dans le cas d'Amazon, le déploiement massif de robots dans ses opérations de chaîne d'approvisionnement indique une automatisation croissante de certaines tâches répétitives. Cependant, Amazon affirme également avoir créé de nouvelles catégories d'emplois qualifiés en introduisant cette technologie, ce qui suggère que l'IA peut également générer de nouvelles opportunités professionnelles.

En 2022, Amazon a dévoilé son premier « robot mobile entièrement autonome » ainsi que d'autres machines destinées à collaborer avec les travailleurs humains dans ses entrepôts. La société basée à Seattle, aux États-Unis, souligne que ces machines ne remplaceront pas complètement les êtres humains. En 2012, Amazon a acquis Kiva Systems, une startup spécialisée dans la robotique, pour 775 millions de dollars.

La société a récemment présenté plusieurs prototypes alimentés par des algorithmes d'IA et de vision par ordinateur, comprenant des pinces robotisées et des systèmes de stockage mobiles, développés au cours de la dernière décennie. Ces innovations visent à optimiser les opérations dans les entrepôts en assistant le personnel dans des tâches telles que le levage, le transport, et le balayage des articles de manière plus efficiente.


Il est indéniable que l'automatisation et l'IA peuvent remplacer des emplois dans certains secteurs, surtout ceux qui impliquent des tâches routinières et prévisibles. Cependant, cela peut aussi libérer du temps et des ressources humaines pour des tâches plus complexes et créatives. Il est essentiel que les entreprises et les gouvernements prennent des mesures pour anticiper ces changements, en investissant dans la formation et le développement de compétences pour garantir que la main-d'œuvre puisse s'adapter à l'évolution technologique.

La clé réside dans la manière dont la société gère cette transition, en veillant à ce que les avantages de l'IA soient équitablement répartis et que des mécanismes soient mis en place pour aider les travailleurs à acquérir de nouvelles compétences. Il est par ailleurs important de souligner que l'IA peut être un outil puissant pour accroître l'efficacité des entreprises, stimuler l'innovation et créer de nouveaux domaines d'emploi. En fin de compte, le débat sur la contribution de l'IA à la substitution ou à la création d'emplois dépend largement de la manière dont elle est mise en œuvre et gérée.

Sources : Vidéos

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet

Peut-on envisager que l'IA favorise la création d'opportunités professionnelles au lieu de provoquer la substitution d'emplois ?

Voir aussi :

Amazon présente des robots magasiniers qui ne se plaignent pas, ne démissionnent pas et ne se syndiquent pas

Amazon rachète le fabricant de robots domestiques iRobot pour 1,7 milliard de dollars, afin de proposer des produits pouvant aider les clients dans leurs tâches ménagères

Amazon consacrera 11 jours de bénéfices annuels au développement de robots d'entrepôt, l'entreprise tente d'éviter la syndicalisation en injectant 1 Md $ dans un programme d'investissement

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !