IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le premier implant cérébral humain de Neuralink a connu un problème : l'implant cérébral a mal fonctionné après avoir été placé sur un patient humain
Selon la société d'Elon Musk

Le , par Jade Emy

15PARTAGES

4  0 
Neuralink a mis au point une interface cerveau-ordinateur qui pourrait aider les patients paralysés à contrôler des technologies externes avec leur esprit. En janvier, la société a implanté le dispositif sur un patient de 29 ans, Noland Arbaugh. Mais Neuralink a déclaré qu'une partie de son implant cérébral avait mal fonctionné dans les semaines qui ont suivi sa première procédure chez l'homme. Un certain nombre de fils se sont rétractés du cerveau de M. Arbaugh.

Neuralink a mis au point une interface cerveau-ordinateur, ou BCI, qui pourrait éventuellement aider les patients paralysés à contrôler des technologies externes en utilisant uniquement leur esprit. Le système de la société, appelé Link, enregistre les signaux neuronaux à l'aide de 1 024 électrodes réparties sur 64 "fils" plus fins qu'un cheveu humain, selon le site web de la société.

En janvier, Neuralink a implanté le dispositif sur un patient de 29 ans, Noland Arbaugh, dans le cadre d'une étude visant à tester sa sécurité. En mars, l'entreprise a diffusé une vidéo en direct avec M. Arbaugh pendant qu'il utilisait le BCI, et Neuralink a déclaré en avril que l'opération s'était "extrêmement bien déroulée".

Mais dans les semaines qui ont suivi, un certain nombre de fils se sont rétractés du cerveau de M. Arbaugh, a indiqué Neuralink. Cela signifie qu'il y avait moins d'électrodes efficaces, ce qui a empêché l'entreprise de mesurer la vitesse et la précision du Link. Neuralink n'a pas indiqué le nombre de fils qui se sont rétractés du tissu.

En guise de solution de rechange, Neuralink a déclaré avoir modifié l'algorithme d'enregistrement, amélioré l'interface utilisateur et travaillé à l'amélioration des techniques de traduction des signaux en mouvements du curseur. Neuralink aurait envisagé de retirer l'implant, mais le problème n'a pas posé de risque direct pour la sécurité de M. Arbaugh.

Bien que certains fils se soient rétractés du tissu cérébral de M. Arbaugh, Neuralink a déclaré qu'il utilisait le système BCI de la société environ huit heures par jour pendant la semaine, et souvent jusqu'à dix heures par jour pendant les week-ends. M. Arbaugh a déclaré que le Link était comme une "surcharge de luxe" et qu'il l'avait aidé à "se reconnecter avec le monde", selon la société.


Voici le billet de blog de Neuralink concernant les progès de son expérience :

Progrès de l'étude PRIME - Expérience de l'utilisateur

Redonner de l'autonomie aux personnes atteintes de tétraplégie

On estime que 180 000 Américains vivent avec une quadriplégie et que, chaque année, 18 000 autres souffrent d'une lésion paralysante de la moelle épinière. Nous vivons dans une société numérique où une grande partie de notre travail, de nos loisirs et de notre vie sociale dépendent fortement de l'utilisation d'ordinateurs et d'appareils intelligents. Les personnes atteintes de quadriplégie constatent souvent que leurs besoins de s'engager de manière transparente dans le monde numérique ne sont pas satisfaits, ce qui entraîne une diminution de l'indépendance, l'isolement et des difficultés financières. Notre objectif est de fournir une interface performante qui améliorera le contrôle des appareils numériques pour les personnes atteintes de quadriplégie, libérant ainsi leur potentiel personnel et professionnel.

La première étape vers cet objectif a été franchie il y a un peu plus de 100 jours à l'Institut neurologique Barrow de Phoenix, en Arizona, où Noland Arbaugh, le premier participant à l'étude PRIME, a reçu son implant Neuralink (Link). Comme nous l'avons indiqué dans notre dernier billet, l'opération s'est très bien déroulée et Noland Arbaugh a pu rentrer chez lui le lendemain.

L'objectif de l'étude PRIME est de démontrer que le Link est sûr et utile dans la vie quotidienne. Nous surveillerons ses performances techniques à distance et quantifierons tout avantage qu'il apporte en chronométrant la durée d'utilisation indépendante et en évaluant comment il affecte la qualité de vie des participants à l'étude.

  • Noland Arbaugh, participant à l'étude PRIME : "Vous m'en donnez trop, c'est comme une surcharge de luxe, je n'ai pas été capable de faire ces choses en 8 ans et maintenant je ne sais même pas où commencer à allouer mon attention".


Première expérience du participant

Avant d'avoir le Link, la principale interface numérique de Noland était un stylet pour tablette tenu par la bouche (bâton buccal) qui devait être mis en place par un soignant. Le bâton buccal ne peut être utilisé qu'en position verticale pour faire fonctionner une tablette. En cas d'utilisation prolongée, elle peut entraîner une gêne, une fatigue musculaire et des escarres ; elle empêche également l'élocution normale.

  • Noland Arbaugh, participant à l'étude PRIME : "Ce qui est le plus confortable, c'est que je peux m'allonger dans mon lit et utiliser [le Link]. Pour toute autre technologie d'assistance, il fallait que quelqu'un d'autre m'aide ou que je m'assoie. La position assise est une source de stress pour mon corps et mon esprit, ce qui peut provoquer des escarres ou des spasmes. Cela me permet de vivre à mon rythme, sans avoir besoin de quelqu'un pour m'ajuster, etc. tout au long de la journée."


Dans les semaines qui ont suivi son opération, Noland a utilisé le Link pour contrôler son ordinateur portable dans différentes positions, y compris lorsqu'il était allongé dans son lit. Il joue à des jeux informatiques en ligne avec des amis (échecs, Civilization VI), navigue sur Internet, fait du streaming en direct et utilise d'autres applications sur son MacBook, tout cela en contrôlant un curseur avec son esprit. Il a même utilisé le Link pour jouer à Mario Kart sur une console Nintendo Switch - ce qu'il n'avait pas pu faire depuis sa lésion de la moelle épinière.

  • Noland Arbaugh, participant à l'étude PRIME : "[The Link] m'a aidé à me reconnecter au monde, à mes amis et à ma famille. Il m'a donné la possibilité de faire à nouveau des choses par moi-même sans avoir besoin de ma famille à toute heure du jour et de la nuit."


Utilisation du BCI

En semaine, Noland participe à des sessions de recherche jusqu'à 8 heures par jour. Le week-end, l'utilisation personnelle et les loisirs peuvent dépasser 10 heures par jour. Récemment, il a utilisé l'appareil pendant 69 heures au total en une semaine : 35 heures de séances structurées et 34 heures supplémentaires d'utilisation personnelle.

  • Noland Arbaugh, participant à l'étude PRIME : "Il y a un mois, je pensais que la canne buccale était bien meilleure que le BCI. Lorsque nous les avons comparés, j'ai vu que le BCI était tout aussi bon, voire meilleur, et qu'il continuait à s'améliorer ; les jeux auxquels je peux jouer maintenant sont bien meilleurs que les précédents. Je bats mes amis dans des jeux où, en tant que tétraplégique, je ne devrais pas les battre."



La participation aux sessions de recherche nous permet d'évaluer la performance de Link. La mesure standard de la vitesse et de la précision du contrôle du curseur est le nombre de bits par seconde (BPS), calculé à l'aide d'une grille. Des valeurs de BPS plus élevées indiquent un meilleur contrôle du curseur. Lors de sa toute première session de recherche, Noland a établi un nouveau record mondial pour le contrôle du curseur par un BCI humain, avec 4,6 BPS. Il a ensuite atteint 8,0 BPS et tente actuellement de battre les scores des ingénieurs de Neuralink utilisant une souris (~10 BPS). Le Link est capable de distinguer les clics gauche et droit et permet un contrôle du curseur suffisamment précis pour sélectionner des cibles de taille similaire aux plus petites icônes et boutons d'un écran d'ordinateur portable. La capacité de sélectionner de petites cibles en utilisant plusieurs types de clics permet à Noland d'utiliser des applications et de jouer à des jeux sur son ordinateur portable, ce qui n'était pas possible avec sa canne buccale.

Dans les semaines qui ont suivi l'opération, un certain nombre de fils se sont rétractés du cerveau, ce qui a entraîné une diminution nette du nombre d'électrodes efficaces. Cela a conduit à une réduction du BPS. En réponse à ce changement, nous avons modifié l'algorithme d'enregistrement pour qu'il soit plus sensible aux signaux de la population neuronale, nous avons amélioré les techniques de traduction de ces signaux en mouvements du curseur et nous avons amélioré l'interface utilisateur. Ces améliorations ont produit une amélioration rapide et soutenue du BPS, qui a maintenant dépassé les performances initiales de Noland.


Nos travaux actuels visent à porter les performances de contrôle du curseur au même niveau que celles des personnes valides et à étendre les fonctionnalités à la saisie de texte. À l'avenir, nous avons l'intention d'étendre les fonctionnalités de Link au monde physique afin de permettre le contrôle de bras robotisés, de fauteuils roulants et d'autres technologies susceptibles d'accroître l'autonomie des personnes atteintes de tétraplégie.

Rejoignez la communauté Neuralink

Si vous êtes enthousiaste à l'idée de redonner de l'autonomie aux personnes dont les besoins médicaux ne sont pas satisfaits, n'hésitez pas à postuler à nos postes vacants. Si vous souhaitez façonner l'avenir des technologies d'assistance en participant à un essai clinique de Neuralink, rejoignez notre registre de patients.

  • Noland Arbaugh, participant à l'étude PRIME : "Je pense que cela devrait donner à beaucoup de gens beaucoup d'espoir sur ce que cette chose peut faire pour eux, d'abord et avant tout leur expérience de jeu, mais ensuite cela se traduira par beaucoup plus et je pense que c'est génial."
Source : Neuralink

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Pensez-vous que ces progrès sont crédibles ou pertinents ?

Voir aussi :

Elon Musk annonce la pose avec succès du premier implant cérébral sur un cobaye humain par Neuralink et ravive le débat sur les avantages et les inconvénients de cette interface cerveau-ordinateur

Elon Musk annonce que la nouvelle puce cérébrale de Neuralink est déjà en mesure de restaurer la vision de singes aveugles, l'entreprise ambitionne de guérir à terme la cécité chez l'homme

82 % s'opposent à l'implantation de puces cérébrales, 10 % sont indécis, 2 % sont prêts à faire des essais, selon un sondage suite aux expérimentations Neuralink d'Elon Musk

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 10/05/2024 à 7:54
Citation Envoyé par Jade Emy Voir le message
Quel est votre avis sur le sujet ?
C'est de la R&T, des déconvenues sont inévitables, la perte de signal permettant de mesure la vitesse de communication est un quasi non évènement pour nous.
En dessous de le perte de communication sans capacité de la relancer les évènements ne valent même pas le coup d'être plus débattus que ça.
Par contre une chose m'interpelle, tous les messages de Noland Arbaugh sont retranscrits par Neuralink. Son état de santé etc je comprend bien, mais que Neuralink transcrive que Link est une "surcharge de luxe" (que veut dire surcharge dans ce cas?) pour enchainer sur la reconnexion au monde.
Dans les situations de R&T les "signaux faibles" méritent toujours d'être analysés parce qu'ils sont peut être le signe avant coureur d'un plus gros problème ou l'inspiration de la prochaine révolution ou juste une erreur de mesure.
Pensez-vous que ces progrès sont crédibles ou pertinents ?
Je penses qu'ils le sont.
Par contre je me méfie du fait que le tableau soit tout blanc.
1  0