Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les correctifs proposés par la FAA ne sont pas suffisants pour le 737 Max, cloué au sol à cause des problèmes logiciels,
D'après un dénonciateur de Boeing

Le , par Stan Adkens

51PARTAGES

11  0 
L'Administration fédérale américaine de l'aviation (FAA) a proposé, en août, une longue liste de correctifs au 737 Max suite aux crashs qui ont tué 346 personnes avant de l'autoriser à nouveau à transporter des passagers. L’agence a ensuite demandé les commentaires du public sur les changements qu'elle prévoit d'exiger pour l'avion. Mais le syndicat représentant les ingénieurs de l'Administration fédérale de l'aviation, qui supervise la nouvelle conception du 737 Max cloué au sol, affirme que les solutions proposées par le gouvernement pour réparer l'avion ne vont pas assez loin, selon Bloomberg. Un dénonciateur de Boeing suggère également que les régulateurs ajoutent plus de protections à l'avion.

Les autorités de régulation de l'aviation américaine ont proposé de multiples corrections pour le 737 Max de Boeing immobilisé au sol depuis l’année dernière, dans l'un des ensembles d'exigences les plus complets que l'agence ait émis à la suite d'un accident. Parmi les changements : le système logiciel anti-décrochage MCAS qui faisait piquer le nez de l'avion dans les deux accidents ne serait plus activé de manière répétée et diverses mesures ont été prises pour minimiser les risques de dysfonctionnement.


En plus des corrections spécifiques au système impliqué dans les accidents, l’agence imposerait de vastes changements informatiques pour améliorer la fiabilité, ajouterait un voyant d'avertissement qui était inopérant lors des deux crashs et exigerait le réacheminement des fils électriques qui ne respectent pas les règles de sécurité. La FAA a donné 45 jours au public, depuis août, pour commenter ses nouveaux changements.

Selon un article publié par Bloomberg lundi, la National Air Traffic Controllers Association (NATCA), qui représente les ingénieurs de la FAA qui examinent et approuvent la certification de l'avion, a déclaré dans ses commentaires déposés lundi que le Max devrait devoir adhérer à des normes plus strictes sur les alertes dans le cockpit. Comme l'avion a été adapté à partir de versions antérieures, certaines parties de sa conception n'ont pas dû répondre aux dernières exigences de sécurité. Le syndicat a déclaré que les réglementations les plus récentes devraient s'appliquer.

Selon Bloomberg, les commentaires du groupe sont importants, car ils suggèrent qu'au moins une partie du personnel technique de la FAA n'est pas d'accord avec les révisions importantes proposées pour l'avion. Par ailleurs, un dénonciateur de Boeing a séparément demandé aux régulateurs d'ajouter des protections supplémentaires à l'avion.

Mais avant que l’agence fédérale ne puisse imposer les corrections, elle doit passer au crible les commentaires, qui s'élevaient à plus de 200 en date de lundi après-midi, la période des commentaires arrivant justement à sa fin en fin de journée le lundi. Selon Bloomberg, les avis déposés vont de consommateurs effrayés qui disent qu'ils ne voleront pas sur un Max à des livres blancs très techniques rédigés par des ingénieurs.

Les commentaires de la NATCA ne disent pas si des ingénieurs individuels se sont opposés à l'approbation préliminaire par la FAA de la nouvelle conception de Boeing. Le personnel technique de l'agence a parfois accusé les directeurs d'avoir été injustement ignorés, selon plusieurs rapports publiés après les crashs, dont un des démocrates de la Chambre des représentants publié la semaine dernière.

La FAA a dit en août que les modifications coûteraient aux compagnies aériennes américaines environ un million de dollars pour les 73 avions enregistrés dans le pays. L'agence n'a pas estimé combien il en coûterait pour effectuer les changements nécessaires sur les quelques centaines de 737 Max enregistrés dans d'autres pays et n'a pas pris en compte les coûts de Boeing. Boeing pourrait couvrir une partie des coûts de réparation des compagnies aériennes sous garantie, a déclaré la FAA.

Les commentaires de la NATCA comprennent cinq recommandations distinctes, selon Bloomberg. Elles vont de changements relativement mineurs dans les procédures d'urgence à un appel à ce qui semble être des révisions plus importantes du système d'alerte du cockpit de l'avion.

Malgré les changements proposés pour l'avion, celui-ci serait toujours sujet à des avertissements erronés provenant d'un seul capteur, a déclaré le syndicat. « Cette conception n'est pas conforme » aux règlements de la FAA et pourrait entraîner une confusion chez les pilotes, a-t-il dit.

Les correctifs ne prennent pas en compte les multiples dangers identifiés dans les deux accidents mortels de Max

La semaine dernière, le Bureau national américain de la sécurité des transports a déclaré que les propositions de la FAA étaient conformes à ses recommandations émises l'année dernière sur l'avion, tandis que les familles et les amis des victimes du crash ont demandé des changements complets avant le retour de l'avion, a rapporté Bloomberg.

Certains commentaires viennent de l'Air Line Pilots Association, qui représente plus de 60 000 membres d'équipage en Amérique du Nord. Le groupe a proposé plusieurs changements au plan de la FAA, comme la possibilité pour les pilotes de désactiver l'avertissement sonore qui se produit lorsqu'un avion est sur le point d'entrer en décrochage aérodynamique.


Curtis Ewbank, un dénonciateur qui a déjà fait part de ses inquiétudes sur la conception de l'avion aux enquêteurs du Congrès, a déclaré dans des commentaires déposés auprès de la FAA qu'une proposition visant à rendre obligatoire la réparation de l'avion n'avait pas pris en compte les multiples dangers identifiés dans les deux accidents mortels de Max et les incidents antérieurs.

« Il est clair que davantage d'actions sont nécessaires pour réviser les processus de la FAA afin qu'elle évalue avec précision la conception des avions et qu'elle réglemente dans l'intérêt du public », a déclaré Ewbank dans les commentaires publiés sur le site Web Regulations.gov.

Ewbank a déclaré que la FAA et Boeing devraient faire plus pour interdire les lectures erronées du capteur impliqué dans les deux crashs et améliorer les systèmes d'alerte de l'avion. De plus, l'agence devrait faire un examen plus large de la façon dont les pilotes réagissent aux situations d'urgence et procéder à une refonte plus approfondie du système de contrôle du vol, a-t-il dit.

Selon Bloomberg, la FAA et l'Agence européenne de la sécurité aérienne envisagent également d'exiger de Boeing qu'il adopte, après le retour de l'avion, des correctifs à plus long terme, dont certains sont similaires à ceux que propose Ewbank.

Robert Bogash, qui a déclaré avoir travaillé sur le 737 il y a plusieurs décennies, a demandé à la compagnie de publier davantage d'informations techniques sur la conception du système impliqué dans les crashs. L’ingénieur de Boeing à la retraite, qui a déclaré avoir également participé aux enquêtes sur les accidents, a déclaré que des modifications plus simples de l'avion, telles que la limitation de son poids et de son équilibre, pourraient permettre d'accomplir la même chose que le système MCAS impliqué dans les deux crashs, avec moins de risques.

« Personnellement, aucun d'entre nous ne souhaite un autre accident de 737 - nous avons consacré notre carrière à ce remarquable avion - et mes suggestions et commentaires visent à garantir que les résultats de cette immobilisation prolongée au sol soient aussi efficaces que possible », a déclaré Bogash.

Les nombreux commentaires signifient que l'avion ne peut probablement pas obtenir le feu vert officiel pour revenir avant octobre au plus tôt. Les compagnies aériennes devant recycler les pilotes et effectuer la maintenance de la flotte au sol, il faudra des semaines ou des mois de plus avant que les avions commencent à transporter des passagers. Toutefois, selon Bloomberg, un groupe de consommateurs qui défend les intérêts des passagers aériens, Travelers United, a déclaré qu'il soutenait le retour de l'avion.

« Après cet examen approfondi et sans précédent de la sécurité de l'avion, il est temps de mettre les 737 Max au service du public voyageur afin qu'ils puissent améliorer les options de voyage pour les consommateurs et réduire les émissions de carbone et la consommation de carburant », a écrit le président du groupe, Charles Leocha.

Selon un commentateur, puisque ces avions sont déjà hors service de manière inédite, il serait plus raisonnable et rigoureux de traiter les « problèmes systémiques », au lieu de se limiter à remédier seulement aux causes immédiates des accidents, même si « cela impliquera un travail d'ingénierie important ». Et vous, qu’en pensez-vous ?

Sources : Bloomberg, Curtis Ewbank

Et vous ?

Que pensez-vous des commentaires apportés aux changements de la FAA ?
Selon vous, Boeing devrait traiter les problèmes systémiques de l’avion ou se limiter à traiter les causes des accidents ?

Voir aussi :

Boeing a caché les défauts de conception des jets 737 Max aux pilotes et aux régulateurs, notamment la dissimulation de l'existence même du logiciel MCAS, d'après un rapport du Congrès
Le correctif logiciel de Boeing pour le problème du 737 MAX submerge l'ordinateur de bord de l'avion, selon les pilotes de la FAA
La FAA aurait assoupli le processus d'approbation du logiciel MCAS du Boeing 737 Max en 2017, selon les résultats d'une enquête
Le cauchemar du 737 MAX ne cesse de s'aggraver, un rapport accablant des enquêteurs de la Chambre US montre la pire défaillance de sécurité dans l'avion cloué au sol à cause des problèmes logiciels

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jeff_67
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 17/10/2020 à 11:40
Le régulateur européen n'a absolument aucune raison de faire une fleur à Boeing compte-tenu des 15% de taxes douanières sur les Airbus aux USA. Plus longtemps le 737 max sera interndit de voler en Europe, et mieux ce sera.
9  0 
Avatar de laloune
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 22/09/2020 à 13:23
L’ingénieur de Boeing à la retraite, qui a déclaré avoir également participé aux enquêtes sur les accidents[...]
ça commence à ressembler à un mauvais film hollywoodien cette histoire
4  0 
Avatar de TJ1985
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 25/09/2020 à 8:18
A voir, les avions cloués au sol ne manquent pas à grand monde. Alors qu'ils prennent leur temps et fassent bien les choses.
Et sur le fond, est-il toujours nécessaire de balader de l'humain dans chaque centimètre cube de la planète ? Est-ce une option durable ?
4  0 
Avatar de CaptainDangeax
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 28/09/2020 à 10:10
La méthode russe consistait à embarquer toute l'équipe d'ingénieurs lors des vols d'essais. Ainsi, ils étaient plus motivés pour fournir un travail de qualité.
C'est cette méthode qu'il faut employer avec Boeing : mettre tout le board dans l'avion et faire effectuer l'ensemble des tests de validation. On complète avec les N plus gros actionnaires. Si un seul membre du board manque à l'appel, pas de décollage et tous les avions restent cloués au sol. Une nouvelle forme de "la bourse ou la vie", quoi...
4  0 
Avatar de redcurve
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 17/10/2020 à 11:51
J'espère que cette histoire servira de leçon à Boeing, faire concevoir des softs par des ingé à 9$ de l'heure en outsourcing n'est pas l'idée du siècle. Finalement leurs ingé qui sont spécialisés dans ce type de système ont du réécrire complètement le soft de A à Z et bizarrement ça fonctionne vachement mieux
4  0 
Avatar de TJ1985
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 17/10/2020 à 12:11
Citation Envoyé par redcurve Voir le message
ça fonctionne vachement mieux
[quand c'est fait sur place.]

C'est marrant, ce constat est récurrent depuis les années 90, au début de l'out-sourcing en Inde. Les financiers ont vraiment la tête dure, ou les chefs de projets devraient de temps en temps développer un peu eux-mêmes avant de donner des délais et des budgets...
4  0 
Avatar de Edrixal
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 28/09/2020 à 10:30
Citation Envoyé par laloune Voir le message
de toutes façon même si certification il y a, le seul verdict va être celui des passagers. Il suffit d'une simple recherche pour trouver la liste des compagnies qui incluent des MAX dans leur flotte...
Parce que tu crois que la majorité des gens ce pose ce genre de question ? J'ai pris plusieurs fois l'avions, je me suis jamais demander sur quel avions j'étais.
J'vois pas pourquoi soudainement les habitudes de millions (sinon milliards) de passager vont changer. Ici, on en parle de Boeing, mais dans la presse ? Silence radio depuis longtemps. Les gens ne vérifierons pas.
2  0 
Avatar de phil995511
Membre averti https://www.developpez.com
Le 17/10/2020 à 19:13
Citation Envoyé par Jeff_67 Voir le message
Le régulateur européen n'a absolument aucune raison de faire une fleur à Boeing compte-tenu des 15% de taxes douanières sur les Airbus aux USA. Plus longtemps le 737 max sera interdit de voler en Europe, et mieux ce sera.
En effet, quoi qu'on ne dise, on n'a plus du tout l'envie de voler en 737 max...
2  0 
Avatar de OuftiBoy
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 18/10/2020 à 9:03
Entre "cama", on finit toujours par s'arranger... Cet avion n'aurait jamais dû volé, et ne devrait plus jamais le faire... Il a été mal conçu dès le départ (plusieurs ingénieur l'ont affirmer), et compter sur le "software" pour résoudre un problème "hardware", ça a des limites, ça reste une emplâtre sur une jambe de bois... Mais le "software" coûte moins cher que le hardware, alors certains abusent de cette "possibilité". Au prochain crash de ce cercueil volant, ont trouvera sûrement un responsable, et je parie que ce sera le pilote, le co-pilote ou une hôtesse de l'air qui aura fait du café à un "mauvais moment"...
2  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 19/10/2020 à 10:19
Citation Envoyé par JackIsJack Voir le message
Je me demande pourquoi ils n'ont pas simplement abandonné ce modèle max avec une communication du type : 'mea culpa. nous retournons aux modèles qui ont fait notre succès et qui ont une sécurité maximale prouvée par le temps'.
Parce-que la catastrophe financière serait telle que même Trump (ou Biden si il gagne) ne pourraient sauver la boite? Les 737 NG, la génération précédente, donc, sont dépassés en termes de performances et de consommation de pétrole. Plus personne n'en veut. Et le segment monocouloir est le segment clef de la profitabilité des acteurs du secteur. Pas un hasard si Bombardier a tenté le coup avec le serie C (raté, ils se sont fait bouffer par Airbus, bien content de rajouter le modèle à son catalogue sous le nom de A220), si Embraer a grandi ses Ejets jusqu'à arriver à un avion de taille quasi similaire (le E195 E2), si les chinois ou les russes ont de grandes ambitions dans le secteurs (C919 et MS21).
2  0