IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Cruise affirme que de nouvelles données montrent que ses voitures autonomes seraient nettement plus sûres que celles conduites par des humains
En s'appuyant sur une étude menée par l'UMTRI

Le , par Bruno

10PARTAGES

10  0 
La société de robotaxis Cruise a récemment publié un rapport sur la sécurité pour informer le public des mesures prises pour garantir la sécurité de ses véhicules autonomes. Selon ce rapport, les véhicules de Cruise ont parcouru près de 8046720 Km, dont 804672 Km sans conducteur, sans incidents majeurs. Pour évaluer leur sécurité, Cruise a comparé ces performances à une référence humaine basée sur une étude menée par l’Institut de recherche sur les transports de l’université du Michigan (UMTRI). Cette étude a analysé 5,6 millions de miles de données de conduite humaine dans un environnement urbain ciblé.

En fin de compte, Cruise a utilisé ce taux d’accidents impliquant des conducteurs humains comme référence fondamentale pour évaluer la sécurité de sa flotte sans conducteur. Leur approche progressive, similaire à celle utilisée dans des domaines critiques tels que l’aérospatiale et les dispositifs médicaux, contribue également à renforcer la sécurité. Pendant la phase initiale, les véhicules autonomes sont supervisés par un opérateur qui peut reprendre le contrôle en cas d’urgence. Une fois que la technologie est mature, Cruise passe à une phase sans opérateur, où le robotaxi conduit entièrement seul.


Les efforts de collecte de données de cette étude se sont déroulés sur une période de deux ans, de 2016 à 2018, avec une collaboration étendue entre Cruise, General Motors (GM), UMTRI et VTTI - deux des principaux centres de recherche sur les transports. Le domaine de conception opérationnelle (ODD) de l'étude comprenait l'ensemble de la ville de San Francisco, à l'exclusion de certaines routes à grande vitesse (par exemple, des vitesses affichées supérieures à 56,327 kilomètre par heure). En outre, l'étude a mesuré les performances des conducteurs humains de véhicules de transport public.


L'utilisation simultanée de deux études de conduite naturelle (l'étude à grande échelle de l'UMTRI et l'étude avec instruments de précision du VTTI, ainsi qu'une flotte commune UMTRI-VTTI) a permis à l'équipe de recherche d'obtenir une mesure statistiquement fiable du taux d'accidents liés au covoiturage humain dans l'ODD désignée. La flotte UMTRI, plus importante, appartenait à la filiale Maven de GM et fournissait un ensemble plus vaste de données sur les kilomètres et les événements, tandis que la flotte VTTI appartenait en partie à la filiale Maven et en partie aux chauffeurs, et fournissait un ensemble plus restreint mais plus précis de données sur les kilomètres et les événements. La flotte commune aux deux études a permis une comparaison détaillée des mécanismes respectifs de détection des accidents.


« Ce qui manque à la recherche sur les véhicules autonomes, c'est une référence qui va au-delà des données disponibles et qui reflète fidèlement le conducteur humain. Avec le soutien de General Motors et de Cruise, les experts de l'UMTRI ont pu adopter une nouvelle approche révolutionnaire pour générer des références au conducteur humain dans des environnements comparables aux déploiements ADS », a déclaré le Dr Carol Flannagan, auteur principal de l'article et professeur de recherche à l'UMTRI. « Nous avons étudié les comportements de conduite réels des conducteurs de véhicules de transport public dans un environnement urbain complexe qui peut être utilisé de manière significative comme référence pour des performances comparables des conducteurs humains. »

Cruise a annoncé son bilan en matière de sécurité après avoir parcouru son premier million de kilomètres sans conducteur. L’entreprise a comparé ses performances en matière de sécurité sans conducteur à une référence humaine approximative. Waymo et Cruise ont parcouru un total combiné de 8 millions de kilomètres sans chauffeur, ce qui fait dire certains observateurs que les voitures autonomes seraient plus sûres que les voitures conduites par des humains.

Cependant, les véhicules Cruise ont été impliqués dans des accidents graves, ce qui a conduit le département californien des véhicules motorisés à exiger que Cruise réduise de moitié sa flotte de taxis sans chauffeur pendant que ces accidents faisaient l’objet d’une enquête.

Depuis quelques années, Cruise et Waymo, filiale d'Alphabet, sont autorisées à exploiter chacun une flotte de taxis autonomes dans certaines villes des États-Unis, dont Phoenix en Arizona et San Francisco en Californie. Mais au fil du temps, il s'est avéré un peu difficile pour les habitants de faire face à la nature imprévisible de ces flottes. Les habitants ont protesté verbalement contre Cruise et Waymo, mais comme les deux entreprises font pression pour étendre leur terrain d'opération. Cette situation ne plait pas à certains habitants de la région qui ont choisi une méthode peu orthodoxe pour se rebeller contre ces voitures autonomes.

Cruise face à la colère des militants anti-voitures autonomes

Récemment, plusieurs rapports ont signalé que les détracteurs des taxis autonomes de San Francisco forcent les véhicules à s'immobiliser à l'aide de cônes de signalisation. Selon les rapports, un groupe de militants hostiles aux voitures autonomes a lancé ce qu'il appelle la « semaine du cône » et appelle les habitants de la ville à participer à l'opération de sabotage. Le groupe est contre l'expansion des services de robots taxis, qualifiant les véhicules de danger mortel pour la population.

En début de ce mois, un conducteur à San Francisco a percuté une femme et l’a projetée sur la voie occupée par un robotaxi Cruise qui lui a roulé dessus avant de s’immobiliser sur son corps. Question au centre de la table : la seconde collision aurait-elle pu être évitée si un conducteur humain était au volant du véhicule Cruise ? Oui, si l’on prend en compte la réponse d’un enseignant en intelligence artificielle au sein d’une université américaine.

Face à face : l’humain et le véhicule dit autonome évalués sur un critère qui est le temps de réponse dans des situations aléatoires. Et à ce propos, l’expert déclare sans détour que le temps de réponse de l’humain dans des situations de ce type est meilleur que celui des véhicules dits autonomes dans leur stade actuel d’évolution. « Le temps de réponse moyen d’un humain est meilleur que celui d’un véhicule dit autonome », souligne-t-il.

Selon des études, il y a eu un total de 13 200 000 accidents avec 23 600 000 véhicules uniques impliqués aux États-Unis en 2021. Cela donne une estimation de 1,8 véhicule pour un accident, ce qui indique que la plupart des accidents sur la route aux États-Unis impliquent en moyenne deux véhicules. L’examen les données disponibles sur les accidents des services de transport à la demande, qui montrent un taux similaire de collisions entre véhicules et une responsabilité légèrement supérieure à 50 % pour le sous-ensemble d'accidents du VTTI.

« Selon nos estimations, attribuer 50 % de la responsabilité principale au conducteur humain moyen impliqué dans un accident est une hypothèse raisonnable. Cette répartition tient compte du principe selon lequel une partie est généralement jugée principalement responsable dans un accident impliquant deux véhicules », déclare Cruise.

En appliquant cette hypothèse à l'indice de référence des accidents impliquant un conducteur humain établi ci-dessus, nous obtenons une estimation grossière de 1 accident sur 30 828,8 kilomètres ODD (soit le double du kilométrage par accident) ; ou 32,45 accidents par million de kilomètres (soit la moitié du nombre d'accidents).

L'indice de référence du taux d'accidents du transport en autosolisme élaboré à partir des données de l'UMTRI et du VTTI dans le livre blanc porte sur le taux d'accidents global, ou la fréquence des accidents, du transport en autosolisme à San Francisco. Mais il n'aborde pas le risque significatif de blessure ou de contribution primaire.

Pour approfondir ces éléments, Cruise a réalisé une analyse supplémentaire des données de référence afin de développer des mesures pour le risque significatif de dommages corporels et la contribution primaire. « Lorsque nous pensons aux accidents individuels, nous ne tenons pas seulement compte du fait qu'un accident a eu lieu, mais aussi de la part de responsabilité de chaque partie dans l'accident, ainsi que de la gravité de l'accident », écrit Cruise. Un accrochage à un stop n'a pas les mêmes implications sur la mesure du comportement de conduite qu'un franchissement de feu rouge à grande vitesse.

L’affirmation de Cruise est basée sur des données spécifiques concernant la sécurité de ses véhicules autonomes. Cependant, il est essentiel de garder à l’esprit que les comparaisons entre les voitures autonomes et les conducteurs humains sont complexes et multifactorielles. Voici quelques points à considérer :

  1. Données spécifiques :il serait utile d’examiner en détail les données sur lesquelles Cruise fonde sa déclaration. Quelles sont les mesures de sécurité utilisées ? Comment ont-elles été collectées et analysées ?
  2. Contexte d’utilisation :les voitures autonomes sont souvent testées dans des environnements contrôlés, tandis que les conducteurs humains font face à une variété de conditions réelles sur la route. La sécurité dans des situations complexes, telles que les intempéries, la circulation dense ou les comportements imprévisibles d’autres conducteurs, est un facteur important ;
  3. Évolution technologique :les voitures autonomes sont encore en développement. Leur sécurité s’améliore constamment, mais elles ne sont pas encore parfaites. Les conducteurs humains ont également la possibilité d’apprendre et de s’adapter ;
  4. Acceptabilité sociale :la confiance du public dans les voitures autonomes est un élément clé pour leur adoption généralisée. Les perceptions individuelles de la sécurité peuvent varier considérablement.

En fin de compte, il est essentiel que les entreprises comme Cruise continuent à partager des informations transparentes sur leurs performances en matière de sécurité et à travailler en collaboration avec les organismes de réglementation pour garantir la sécurité de tous sur la route.

Source : Cruise, UMTRI

Et vous ?

L'affirmation de Cruise, qui prétend que : « Ses voitures autonomes sont nettement plus sûres que celles conduites par des humains », est-elle pertinente ?

Que pensez-vous des voitures autonomes ?

Quels sont les biais et les limites potentiels de l'étude, notamment en termes de représentativité, de fiabilité et de validité ?

Voir aussi :

Voitures autonomes : les pompiers sont contraints de briser la vitre d'un taxi Cruise, sans conducteur, pour l'arrêter, Cruise et Waymo veulent accélérer leurs efforts de déploiement

Une personne décède après qu'un robotaxi Cruise a fait obstruction à une ambulance, d'après les pompiers de San Francisco : le véhicule entièrement autonome va-t-il demeurer une utopie ?

Un robotaxi Cruise prend du béton frais pour une route normale et s'enlise dans la matière visqueuse, les régulateurs demandent à Cruise de réduire « immédiatement » sa flotte de robotaxi de 50%

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 23/10/2023 à 18:55
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
L'affirmation de Cruise, qui prétend que : « Ses voitures autonomes sont nettement plus sûres que celles conduites par des humains », est-elle pertinente ?
Bref, une boîte qui nous dit que ses produits sont bien, quoi... Ça n'a aucune valeur. De plus ils n'ont pas de voitures réellement autonomes, vu qu'ils ont des opérateurs pour reprendre régulièrement la main dessus.
Et puis on a bien vu la fiabilité de leurs voitures au cours des moins passés. Quelle blague!

Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Que pensez-vous des voitures autonomes ?
C'est une vaste blague.
3  0 
Avatar de lvr
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/02/2024 à 14:29
C'est typiquement dans ce genre de situations des consultation citoyennes auraient leur utilité. Dans le cas de l'autorisation des taxis sans conducteur, je serais surpris que l'autorisation l'emporte.
4  1 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 01/03/2024 à 13:31
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Les voitures autonomes sont-elles vraiment plus sûres que les conducteurs humains, ou est-ce une simple hypothèse ?
Beaucoup de choses se cachent derrière plus sûr:
Oui une voiture autonome ne sera jamais ivre au volant
Oui une voiture autonome ne sera jamais fatigué au volant
Oui une voiture autonome ne sera jamais en train de réfléchir à autre chose qu'à sa conduite
Mais
Non une voiture autonome n'est pas (encore) capable de prendre une décision humainement naturelle dans une situation exceptionnelle
Donc une voiture autonome est peut être statistiquement plus sûre qu'un humain mais il y a des situations où elle ne l'est pas et il n'est, de mon point de vue, pas acceptable qu'une voiture autonome ne soit pas capable d'éviter un accident qu'un conducteur moyen est capable d'éviter.

Donc une voiture autonome n'est pas plus sûre que le chauffeur moyen en situation inhabituelle.

Je suis aussi curieux de savoir comment une voiture réagit si elle conduit dans un environnement qui n'est pas celui de son entrainement.
Par exemple : je ne serais pas surpris qu'une voiture autonome belge n'arrive jamais à quitter le périphérique toulousain quand tout le monde quitte le boulot ou qu'une voiture autonome toulousaine provoque un accident en Belgique parce qu'elle s'impose pendant une tirette (passage de 2 voies à 1 seule)
Selon vous, les voitures autonomes peuvent-elles réduire le nombre d’accidents de la route de manière significative ?
Oui mais elles augmenteront aussi certains types d'accidents.
Les voitures autonomes peuvent-elles être programmées pour prendre des décisions éthiques en cas d’accident ?
L'éthique est une notion culturelle donc si elles étaient capable de le faire elles devraient intégrer, au minimum, un paramètre de localisation.
3  0 
Avatar de _toma_
Membre averti https://www.developpez.com
Le 26/02/2024 à 23:59
A un moment quand une tâche est trop complexe pour être automatisée, faut peut-être se rendre à l'évidence et arrêter d'essayer de l'automatiser, non ?
3  1 
Avatar de _toma_
Membre averti https://www.developpez.com
Le 27/02/2024 à 11:42
L'automatisation serait plus facile sur le ferroviaire
J'ai été conducteur de train à une époque de ma vie.
J'ai fait ma formation il y a presque 20 ans.
Déjà à cette époque, tout dans les locomotives était numérique et il y avait un retour d'info sur énormément de composants de la loco (enregistrement de ces infos dans une "boite noire" pour traitement ultérieur ou traitement temps réel pour provoquer l'arrêt automatique du train en cas de non respect d'une procédure, d'absence de réaction du conducteur, d'excès de vitesse...)
Il y a des balises au sol avec lesquelles le train communique pour connaître la vitesse maximale autorisée sur le tronçon.
Il y a des rails qui guident le train.

Bref, d'un point de vue de l'automatisation, le système est infiniment moins complexe qu'une voiture qui se retrouve sur une route où on peut/doit choisir son chemin et où les autres utilisateurs en font autant.

Quel politicien/PDG ne rêverait pas de se débarrasser des cheminots ?
Si malgré l'apparente simplicité du système (ça roule sur des rails, tout ce qu'il y a à faire c'est freiner ou accélérer) il n'a pas été automatisé, il doit bien y avoir une raison : les choses ne sont peut-être pas aussi simples qu'elles le semblent (et pour les voitures c'est encore pire je pense).
3  1 
Avatar de smarties
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 27/02/2024 à 20:41
Citation Envoyé par _toma_ Voir le message
Bref, d'un point de vue de l'automatisation, le système est infiniment moins complexe qu'une voiture qui se retrouve sur une route où on peut/doit choisir son chemin et où les autres utilisateurs en font autant.

Quel politicien/PDG ne rêverait pas de se débarrasser des cheminots ?
Si malgré l'apparente simplicité du système (ça roule sur des rails, tout ce qu'il y a à faire c'est freiner ou accélérer) il n'a pas été automatisé, il doit bien y avoir une raison : les choses ne sont peut-être pas aussi simples qu'elles le semblent (et pour les voitures c'est encore pire je pense).
Je suis d'accord mais certaines lignes de métro sont automatiques par exemple.
Je pense que le ferroviaire est peu automatisé car cela coûterait très cher de moderniser ces réseaux et probablement que les cheminot s'y opposeraient violemment.
2  0 
Avatar de thierryc
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 03/03/2024 à 6:44
Méfions-nous de données type Therac 25.
La démonstration de la sureté des systèmes autonomes ne doit pas reposer sur une comparaison avec l'humain, impossible à reproduire et avec des biais. Par exemple, 1 milliard de km de conduite autonome sur des autoroutes américaines ne veut strictement rien dire. Autre problème : même si les données ont démontré une absence temporaire d'accidentalité sur une version du système, qui peut prédire la même chose après un complément d'apprentissage ou un changement d'architecture (par exemple, la suppression des Lidar sur les Tesla, dramatique)?
Si la génération actuelle d'automates basées sur l"IA n'est pas sûre et ne peut pas le démontrer, que les chercheurs et ingénieurs travaillent sur une nouvelle génération qui, elle, prendrait en compte la sureté fonctionnelle dès le cahier des charges.
2  0 
Avatar de nl.smart
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 12/02/2024 à 16:36
Bonjour,

La foule humaine qui s'en prend aux machines me rappelle un dessin animé, voir ci-dessous, à visionner jusqu'au bout.

En 1982 un dessin animé illustrait déjà la rébellion humaine envers les machines.

https://crowdbunker.com/v/4yxtoYBEPJ
1  0 
Avatar de _toma_
Membre averti https://www.developpez.com
Le 27/02/2024 à 22:20
Je suis bien d'accord avec toi ;-).

A noter aussi que pour le métro, le contexte est complètement différent : c'est un endroit où entre deux gares, les voies sont inaccessibles au public (sur les lignes automatisées en tout cas) tout en étant proches et relativement faciles d'accès pour les équipes techniques.

Pour revenir sur les investissements que tu évoques, on peut aussi noter que malgré le fait que les voies soient inaccessibles au public, ça ne suffit pas : tous les quais ont en plus été équipés de cloisons avec portes automatiques pour que le bord du quai ne soit accessible aux usagers que quand il y a un métro à quai.
1  0 
Avatar de Heydrickx
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 04/03/2024 à 8:06
Les voitures autonomes sont une amélioration prometteuse. Qu'elles soient ou non plus sûres pour l'instant que la conduite par des êtres humains, il est certain qu'elles finiront par le devenir.
Parce que les voitures autonomes vont se diriger méthodiquement, progressivement, constamment vers un mieux au fil des améliorations et du "fine-tuning" prenant en compte de plus en plus de situations. Tandis que l'être humain est changeant. Certains conducteurs sont responsables, d'autres non. Et les conducteurs responsables sont parfois distraits, pressés, fatigués. Pour changer cela il faudrait changer notre nature.

Les questions éthiques pour moi n'ont pas lieu d'être. Il n'est question ici que de chiffres : 1 mort vaut mieux que 5 morts. Qui en fera le moins ? Les voitures autonomes causent peut-être déjà moins d'accidents que les conducteurs humains. Et si cela n'est pas le cas maintenant, cela le sera bientôt. Toujours par rapport aux questions éthiques, je trouve cela absurde de se demander comment l'on programmera une voiture autonome pour résoudre les conflits éthiques. Faut-il qu'elle "dévie de sa course en heurtant une personne âgée si c'est pour éviter un enfant ?" et ce genre de questions. Comme si un être humain, dans un temps où il est déjà trop tard pour freiner et éviter le drame et où tout se passe en une fraction de seconde, allais - lui - avoir le temps de réfléchir pour prendre la meilleure décision éthique. La vérité est que sa réaction sera probablement un réflexe et que la notion d'éthique n'entrera pas davantage en ligne de compte pour lui que pour la voiture autonome.
1  0